d

13 avr. 2018 - Kyoomei League of Legends

Afreeca Freecs - Kingzone DragonX : les clés du match

Afreeca Freecs - Kingzone DragonX : les clés du match

Ah, le printemps ! Les beaux jours arrivent, les oiseaux chantent, et le soleil se lève suffisamment tôt pour qu'on soit de bonne humeur en allumant le stream de la finale LCK. Les Kingzone DragonX, champions en titre et larges vainqueurs de la saison régulière, affrontent l'équipe Afreeca Freecs, qui s'est imposée face à KT Rolster en demi-finale. Les Freecs vont-ils se faire rincer comme tout le monde l'imagine ?

Survivre à la tempête

En demi-finale, les victoires des Freecs ne se sont pas vraiment décidées en early game (sauf lors de la quatrième manche, avec un ace au dragon à 10 minutes de jeu). Contre une équipe s’appuyant sur des lanes fortes telle que KT Rolster, ce n’est pas forcément une faute : Afreeca a pris de meilleures décisions une fois la barre des 20 minutes passée, et n’a donc pas spécialement tremblé pour s’imposer 3-1.
 


À peine 1000 golds d'écart entre KT et Afreeca à la 27ème minute de jeu, et puis... tout va très vite.
Crédits : Riot Games

 

Toutefois, l’histoire sera toute autre face à Kingzone, habituée à démolir ses adversaires très tôt et à boucler ses parties avec un seul Nashor. Il y a fort à parier que les dragons opteront comme souvent pour des match-ups positifs sur leurs trois lanes, avec un Peanut cherchant à gêner au maximum son adversaire direct ; l’objectif pour Afreeca sera donc de ne pas couler dans les premières phases de jeu, pour espérer surprendre Kingzone en late game. Et c’est plus facile à dire qu’à faire.

Grande première pour Mowgli

Lorsqu’on est en concurrence avec Spirit, considéré comme l’un des tout meilleurs junglers du monde, il est difficile de prétendre à un temps de jeu conséquent, encore plus en Playoffs. Pourtant, en demi-finale, Mowgli est venu se substituer à l'ancien joueur Samsung Blue, très décevant lors de la game 1. Un choix payant pour Afreeca, puisque l’équipe a remporté les trois manches suivantes pour s’imposer, et ce malgré la rentrée de Score du côté KT.
 


Tout mignon le petit Mowgli ! Mais Peanut ne compte pas lui abandonner ses fangirls,
et une solution sera de le démolir dans la jungle...
Crédits : @BoDE_0414

 

Avec trois fois moins de parties jouées que son aîné cette saison, et un pool de champions moins varié, Mowgli affiche tout de même un score flatteur de 10 victoires pour 3 défaites. Toutefois, s’il a l’occasion de participer à cette finale contre Kingzone (le jour de son anniversaire !), il lui faudra avoir les épaules solides pour ne pas sombrer face à un Peanut impressionnant depuis février. Dans ces conditions, le manque d’expérience des matches à gros enjeu peut coûter cher…

La course à l’engage

La méta favorise certes les supports de mêlée disposant de fortes capacités à engager un combat, mais avec TusiN et GorillA, ce sont deux énormes clients qui vont s’affronter. Très à l’aise dans ce registre de « playmaker », Alistar et Braum devraient être un enjeu central pour ces deux joueurs. TusiN est également un grand amateur de Rakan (8 parties jouées, pour autant de victoires), tandis que GorillA pourrait faire appel à son Taric. Naturellement, Tahm Kench sera aussi très contesté.

Décisif lors du match contre KT Rolster, TusiN aura comme souvent la lourde tâche de se montrer tranchant pour mener son équipe à la victoire. Face à une botlane aussi expérimentée que PraY et GorillA, ce ne sera pas chose facile, mais les Freecs ont montré de très bonnes facultés d’adaptation dimanche dernier ; même si Kingzone reste grande favorite, Afreeca conserve des chances grâce à son support capable de vraies prouesses mécaniques.

Khan, l’anti-méta

Au royaume de la toplane, les tanks sont rois. Ornn, Sion, Maokai et autres Cho’Gath font leur loi, et semblent bien difficiles à déloger. Cette observation, une nouvelle fois confirmée lors des finales occidentales, s’applique dans toutes les ligues depuis de nombreuses semaines… sauf à Khan. Khan, lui, n’en a rien à foutre des tanks. Jugez plutôt : hormis 3 parties avec Sion, son pool de champions est bien plus séduisant.
 


Voilà voilà... Khan pose les bases.
Crédits : GamesOfLegends

 

Diabolique avec Gangplank, imprenable avec Jayce, Khan est un monstre absolu et justifie sans peine la confiance placée en lui par ses entraîneurs qui le laissent de bon gré massacrer sa lane avec des champions agressifs. Kiin a beau tenir son rang à merveille, le laisser choisir son match-up pourrait être une stratégie de survie valide pour les Freecs.

 

C'est bon, vous êtes hypés ? Pour savoir laquelle de ces deux équipes nous rendra visite à Paris pour le MSI (et, probablement, viendra gagner le tournoi), rendez-vous samedi à 10h sur O'Gaming !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.