d

14 oct. 2014 - Shadrood Divers

Alien : Isolation, que vous avez de grandes dents !

Alien : Isolation, que vous avez de grandes dents !

Tous les Alienophiles se souviennent encore probablement du tristement célèbre Aliens: Colonial Marines, et ont sûrement éprouvé un drôle de sentiment en apprenant la nouvelle de l’arrivée d’Alien Isolation... Mais Sega semble avoir appris sa leçon en confiant au studio Creative Assembly la lourde tâche de redorer le blason de cette saga si longtemps bafouée. L’approche est cette fois-ci différente, car vous aurez le droit à un cache-cache géant ambiance horreur plutôt qu’à un FPS. Que vous réserve ce nouvel opus, les paris sont-ils tenus ? Voici qui devrait vous éclairer.

Chéri, ça va couper !

Alien Isolation est sans aucun doute le plus bel hommage au film « Le Huitième Passager », un film qui a traumatisé des générations et sûrement souillé quelques draps. Alien Isolation est un FPS basé sur l’infiltration baigné dans l’horreur (non, on ne peut plus parler de tendance à ce niveau-là), un genre qui selon moi colle complètement à l’ambiance qu’a toujours inspiré les films, avec son stress infini dû au danger omniprésent, créé pour beaucoup par la bande-son et les effets sur la lumière ou les décors, ce qui, ne nous le cachons pas, rend l’immersion totale.

Mais le plus gros du boulot et du résultat revient à l’alien lui-même, avec sa plastique travaillée, ses animations très réalistes (du moins de ce que j’ai pu en voir du fond de mon casier) et dotées d’une IA rarement vue dans un jeu vidéo (vous vous demanderez parfois s’il n'est pas dans votre tête). En tout cas, je vous préviens tout de suite, pour avoir fait le jeu dans une difficulté intermédiaire, la moindre erreur vous sera fatale. Fini l’époque de l’IA débile à souhait, place à la traque !

Je vous le disais, l’alien est aussi intelligent qu’imprévisible, et pas uniquement lors de vos parties de cache-cache sanglant, puisque même ses interventions scriptées, qui sont obligatoires dans le scénario pourront vous demander plusieurs essais avant de comprendre son comportement. Et finalement, c’est ce qu’on attend d’un FPS qui veut faire honneur à la saga.

Je suis caché, je suis une fougère !

Ohé ohé Alien abandonné... !

Je vous en parlais plus haut, le travail sur la direction artistique est à couper le souffle. L’ambiance sonore est magnifiquement orchestrée et couplée à des éclairages qui ont bénéficié d’un travail très léché. Aussi, si vous voulez avoir une maigre chance, le casque ou un son 5.1 sont indispensables. Ajoutez à cela une ambiance sombre, des éclairages volumétriques, de la poussière qui réduit la visibilité, et bien sûr un détail que beaucoup ont tendance à oublier, mais la hauteur sous plafond durant toute l’aventure est réduite au possible, nuancée par de gigantesques salles vides, rendant l’atmosphère angoissante et suffocante.

Cependant, tout n’est pas tout rose (ou tout noir), car le plan technique quant à lui montre rapidement ses limites. Entre ses chargements un peu incompréhensibles, des visages avec un peu trop de botox ou certains passages un peu trop vides de sens... Le craft est lui aussi hasardeux pour les personnes qui choisiront de se laisser tenter par une manette : en effet, le manque de précision du stick pourra poser quelques problèmes lors de certaines opérations. Dernier détail important, et j’ai l’impression de m’en plaindre sur chaque test que je réalise (ceux qui auront lu mon test de Dead Rising 3 comprendront) mais c’est dingue ce que la portée pour interagir avec les différents objets est réduite ! Que ce soit pour ouvrir la millième porte du vaisseau, escalader une échelle, ou ne serait-ce que ramasser un élément de craft, marteler votre touche va s’avérer souvent frustrant voir crispant, surtout lorsque l’on est poursuivi par un alien qui a les crocs !

Ce n’est pas le droïde que vous recherchez

Coupez, on la refait !

Aussi puissant que puisse être Alien Isolation, on pourra lui reprocher la présence trop fréquente de passages Die & Retry qui risquent de vous rendre complètement fou, l’apparition de la bête étant parfois aléatoire, ou liée au bruit. Vous me direz, que peut faire une si frêle jeune femme face à un prédateur quasi parfait ? Certes, on est d’accord, Creative Assembly souhaite renforcer ce sentiment en vous imposant de mourir un bon nombre de fois, mais ont leur reprochera tout de même un manque de souplesse de ce côté-la. Et pour cause, le jeu ne disposant d’aucun checkpoint, chaque mort vous ramènera à votre dernière sauvegarde manuelle. Et imaginez bien que l'alien ne pouvant être tué, vous aurez déjà beaucoup de chance si vous arrivez à lui échapper. Vous aurez souvent bien envie de lui faire sauter le cerveau afin de pouvoir faire votre vie tranquille, mais non ce ne sera pas possible, la discrétion restera donc votre meilleur atout ! Vous allez donc parfois vous retrouver dans des situations où vous allez devoir vous retaper pour la douzième fois une cinématique suivie d’une QTE pour ouvrir une porte, puis d’une séquence variable pour débloquer la suite, le tout en louchant sur votre détecteur de mouvement, et en retenant votre respiration en espérant survivre assez longtemps pour rejoindre le prochain point de sauvegarde. Car ceux-ci, bien que très présents, sont placés un peu de façon random, et c’est bien dommage, car cela provoque ce genre de situations dont le jeu aurait pu se passer. De plus, il est à noter que pour les joueurs consoles et les petites configs PC, les temps de chargements sont très longs. Le jeu est jouable aussi sur l'Oculus Rift, mais n'ayant pu mettre la main dessus, je ne saurai vous dire si cela influe sur le chargement, mais ça doit sacrément faire flipper !

'paraît que le feu, ça protège des bêtes, ça marche sûrement aussi sur celle-là !

Forever alone

Il y avait pourtant des solutions pour éviter ces phases rageantes de non-jeu, par exemple une sauvegarde automatique, via résolution d’objectifs ou via checkpoints, qui n’auraient pas réduits la difficulté du jeu sans s’encombrer pour autant de passages détestables. De même, le défaut des sauvegardes manuelles est que si vous sauvegardez alors que la bête est proche de vous, voire à vos trousses, le seul avertissement que vous aurez sera un bip sonore, preuve que les développeurs ont pensé au problème, ils ont laissé la possibilité de revenir jusqu’à deux sauvegardes en arrière. De quoi vous réjouir, n’est-ce pas ?

Finalement si l’on enlève les confrontations avec la bête qui se montreront brutales, éprouvantes et sévères, Alien Isolation est un jeu assez monotone, qui jongle entre fans service et une partie de Unlock Simulator, le jeu étant en effet blindé de portes à ouvrir et mécanismes à activer, chacun avec une méthode différente, à croire que Creative Assembly a fait deux jeux en un. Entre QTE inutiles et labyrinthes peu naviguables à cause d'une map illisible, vous allez donc passer dix heures à ouvrir des portes, cinq autres à essayer de vous repérer, trois autres à slalomer entre les obstacles qui essayent péniblement de cacher des murs invisibles (parce qu’il faut le savoir, vous ne pouvez ni sauter, ni déplacer d'objets, à croire que l’héroïne trouvait sa survie trop facile), il ne restait finalement plus que deux heures de cache-cache vraiment prenant avec la bête pour que le cahier des charges semble atteint. Le mode Survie quant à lui et les bonus de précommandes sont amusants, mais sans plus.


Si vous voulez un premier aperçu du jeu, je vous propose ici le début de l’aventure, avec les cinématiques. 

Conclusion

Avis aux fans d’Alien, le film de Ridley Scott a enfin trouvé une œuvre à son égal. Avec une ambiance proche de la perfection, l’immersion est totale, et le danger omniprésent. Ces réussites sont parfois gâchées par une gameplay un peu trop old school et il est flagrant que la durée de vie a été étirée plus que de raison, plutôt que d’ajouter du réel contenu. Finalement isolé, vous allez répéter les mêmes actions encore et encore, le combat étant trop inégal. L’idée est bonne, le concept est excellent, mais le jeu ne l’est pas forcément pour autant.

 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.