d

03 oct. 2014 - ZeManiaK Divers

Ar Nosurge : un ovni dans l'univers JRPG

Ar Nosurge : un ovni dans l'univers JRPG

Je n'ai jamais joué à Ar Tonelico auparavant. J'étais donc quelque peu démuni quand Ar Nosurge, sa suite spirituelle, m'est tombée dans les mains. On tient ici un jeu qui s'écarte du gameplay des JRPG « ordinaires », avec son système de combat innovant, ses dialogues fournis, et des idées souvent bonnes mais pas sans défauts. Petit tour d'horizon de cet OVNI vidéo-ludique.

Une histoire bien construite (et parfois trop)

Le scénario se partage entre deux binômes bien distincts : Delta et Cass d'un côté, Ion et Earthes de l'autre. Le dernier nommé s'avère être un robot et l'enveloppe charnelle quasi-officielle du joueur (pulvérisant le quatrième mur à plusieurs reprises). Ces deux groupes sont joués à tour de rôle, et à partir d'un certain moment dans le jeu peuvent être switchés en se rendant à l'auberge : pratique pour qu'un groupe déverrouille une porte grâce aux actions de l'autre groupe, mais cela reste épisodique.

Ces quatre personnes se trouvent dans des camps différents au sein d'un conflit opposant les humains, qui errent dans l'espace à bord  d'un vaisseau spatial à la suite de la destruction de leur planète, et les Sharl, des êtres angéliques qui ne font pas l'unanimité parmi l'humanité. Il n'est pas possible de rentrer dans le détail du scénario sans le spoiler un minimum, donc je m'arrêterai là. Sachez simplement que le scénario de ce jeu est très développé et assez intéressant, bien qu'il nécessite beaucoup de dialogues....

Bon ok, énormément de dialogues...

Bon ok, un peu trop de dialogues pourrait-on dire. Le jeu est en effet très textuel, et la possibilité de « dive » – c'est-à-dire de plonger – dans les mondes intimes des héroïnes et de leurs camarades donnent au titre une durée de vie énorme, mais qui demande de lire un volume de texte assez impressionnant. Le jeu en vaut la chandelle, en ce qui me concerne, mais les réfractaires au TL;DR seront prévenus, ils risquent de ne pas apprécier.

 

Un gameplay original et tactique à souhait

Habituellement, les combats de RPG vous mettent aux prise avec un groupe de même nombre que le vôtre, parfois avec quelques petits ennemis en plus... Dans Ar Nosurge, la plupart des combats (hors scénario) vous font combattre entre 20 et 30 ennemis. Pas de panique, ils arrivent par vagues bien droites et propelettes, se faisant détruire les uns après les autres par le tandem que vous contrôlez. Si au départ, le héros que vous jouez (Delta ou bien Earthes) n'a le choix qu'entre trois attaques « de base », d'autres se rajouteront assez vite au menu (qui vous demanderont de l'énergie, visible en bas à droite de l'écran). Ces attaques chargent le burst de la demoiselle qui vous soutient, lui permettant, une fois ce dernier assez chargé, de le relacher pour éliminer automatiquement les vagues d'ennemis restants. Il faudra faire attention cependant puisque le nombre de tours de jeu est limité (excepté pour certains combats obligatoires), et c'est le Game over qui vous attend si vous avez épuisé tous vos tours. Heureusement, bien enchaîner ses attaques et utiliser les bons skills au bon moment peut vous donner un tour bonus, tout comme le fait d'annihiler tous les sbires d'une même vague. Un système atypique, mais auquel on s'adapte assez vite une fois maîtrisé. Une astuce toutefois : quand vous devez vous défendre, faites bien attention à utiliser la barrière (applicable seulement trois fois par tour) pour vous protéger des attaques des boss, logiquement plus puissantes que les autres.

On tient là un des soucis du jeu : certaines options sont expliquées, d'autres pas. Certes le jeu vous explique comment utiliser les attaques des amis, utilisables une fois par combat, ou les objets consommables, mais j'ai dû me débrouiller pour savoir comment utiliser les attaques à énergie. Bon point : les deux groupes se jouent de la même façon, à ceci près que les Song Magic diffèrent selon que ce soit Ion ou Cass. Cependant, la difficulté en mode normal reste très très facile, et vous aurez parfois vraiment envie de changer en mode hard pour avoir un peu de challenge. Puisque cela augmente aussi les récompenses de fin de combat, cela aide également le farming...

 

33 ennemis bien disposés en ligne proprement , et il y a en peut-être  encore d'autres.

 

Cachez ce contenu (parfois) mal-sein que je ne saurais voir

Une fois quelques heures passées, le jeu affiche un contenu assez dense : entre le fait de pouvoir synthétiser des objets pour débloquer des équipements, d'autres synthétisations, et au bout du bout des attaques d'amis en combat, on peut facilement  trouver des sujets de conversations pour augmenter ses capacités d'upgrade au bassins de purification, mais aussi grinder les niveaux et surtout les Dive points. Ces derniers permettent le fameux « dive » déjà évoqué pour aller visiter les pensées des demoiselles qui nous aident, et ça peut prendre longtemps. Ces mondes alternatifs ont d'ailleurs la bonne propriété de changer le ton de l'aventure, généralement en le rendant plus léger, ce qui est appréciable. Les graphismes eux ne sont pas extraordinaires, sauf pour les attaques spéciales et quelques cinématiques. La bande son par contre est assez jouissive, ce qui se tient dans un jeu ou les chansons tiennent une place primordiale. Les pistes audio tiennent bien à l'oreille, et sont suffisament diverses pour éviter la monotonie.

Mais c'est maintenant l'heure de pointer du doigt le gros souci du jeu : l'atmosphère parfois malsaine qui s'en dégage. Après avoir fouillé le web pour voir si d'autres reviewers, notamment anglophones,  partagaient mon point de vue (ce qui fut le cas, du moins pour certains papiers), je me suis dit que décidément, Ar Nosurge franchissait parfois la ligne. Certes, il n'est pas le premier jeu, encore moins le premier jeu japonais, à faire des références plus ou moins graveleuses, mais là c'est l'ambiance entière qui fait se poser des questions. Le pire fut lorsque j'ai vu Ney, un des personnages du jeu, une femme majeure mais bloquée dans un corps d'enfant à cause de ses pouvoirs, nue dans un bain (avec les bulles pour couvrir, encore heureux) dans une position très courante dans le fan service japonais, mais là... Même le chara-design de certains persos (Ney encore, mais aussi Earthes) me rend mal à l'aise. Je ne sais pas jusqu'à quel point ce sentiment est personnel, mais là encore entrez prévenus : vous risquez parfois de vous sentir gêné aux entournures. Quel dommage, pour un jeu qui ne nécessitait pas autant de fan service aussi creepy.

 

Dans n'importe quel autre jeu j'aurais mis ça sur le compte d'une imagination perverse, mais dans celui-ci... sérieux c'est quoi cette excroissance entre les deux jambes là, Earthes?

 

Conclusion

Ar Nosurge est un JRPG qui vaut définitivement le coup d'oeil, mais il faut se préparer à de longs dialogues, une atmopshère parfois... malséante, et des graphismes datés pour une PS3. Mais en plongeant un peu plus loin, on trouvera un système de combat original et addictif, très stratégique, une histoire forte et des dialogues à foison (parfois très inspirés), ainsi que de multiples fins. Un jeu très peu hypé qui divisera les joueurs, mais qui a de quoi attirer, si on arrive à rentrer dedans.

 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.