d

26 avr. 2018 - Maginn League of Legends

Best-of moves spécial playoffs

Best-of moves spécial playoffs

Et non, vous ne rêvez pas, votre chronique favorite revient pour un numéro spécial ! Aujourd'hui on vous propose de revenir sur les playoffs des ligues majeures, qui s’achèvent samedi avec la finale de la LPL, afin de vous décrypter les plus belles actions. Vous étiez en manque de beau jeu ? Et bien vous allez vous régaler !

Yass sur Cass

Pour inaugurer cette édition spéciale, on retrouve le midlaner belge Yasin « Nisqy » Dincer sur un des ses picks de prédilection : Cassiopeia. Le prodige des Splyce marche sur l'eau dans ces playoffs et il va faire regretter aux Vitality de lui avoir laissé l'étreinte du serpent. Au moment où cette action commence, Nisqy est en 6/0/1 et a 50 cs d'avance sur son vis-à-vis Jiizuke, en d'autres termes, il est complètement fed. Ce qui n'enlève rien à cette superbe action.

Le belge est seul sur la botlane et voit sa route coupée par Cabochard, suivi de tous ses coéquipiers. Comprenant que sa mort est inévitable, il va alors se retourner pour vendre cher sa peau. Il flash au-dessus des pyromâcheurs de Jinx et pétrifie les deux carrys adverses avec un regard de la méduse impitoyable.

Jactroll doit alors dévorer son midlaner, mais il ne fera que retarder sa mort, puisque Nisqy l'attend à la sortie avec sa bombe nocive, décisive, car elle va également toucher Minitroupax et permettre à Nisqy de le two-shot. Gilius viendra finalement à bout du serpent, mais les Vitality sortent de cet échange la queue entre les jambes et sans carry.

Un doublé en un contre cinq qui vient s'ajouter à la liste impressionnante des plays de Nisqy durant ces playoffs. Yasin vient dès sa première saison s'imposer comme un des meilleurs midlaners européens.

Docteur Poub et Mister P.O.B

Ok, j'ai été dur avec Pobelter cette saison, mais parfois il a vraiment cherché à se retrouver dans les fails de la semaine. Cependant, il faut bien reconnaître une excellente saison de sa part, récompensée par une victoire finale à laquelle il est loin d'être étranger, à l'image de son titre de MVP de la finale, très largement mérité.

On retiendra surtout son Azir et plus particulièrement cette action en game deux. Team Liquid est en avance, mais vient de perdre Xmithie. Qu'à cela ne tienne, ils ont l'avantage du terrain dans l'enclo du nashor et n'ont pas peur du trois contre quatre et, surtout, ils ont des cojones.

Poubelleter ne prendra aucune part à cette action, en revanche, The Notorious P.O.B, lui, est bien là et c'est pas pour rigoler : Flash – Partition Impériale sur quatre personnes, dont un Ezreal qui va regretter d'avoir dash aussi tôt. Pobelter condamne à une mort certaine ses quatre adversaires et offre à son équipe un avantage considérable, qu'ils ne lâcheront plus.

Parfait, efficace, décisif, un des meilleurs moves de ces playoffs. Le midlaner américain a des origines coréennes et ça se voit.

Kai'Sa ne tienne, je fonce !

Si on ne devait retenir qu'une seule action de tous les playoffs, toutes régions confondues, ce serait celle-ci.

Bang est de retour et il le fait savoir en montrant ce qu'il vaut sur le tout nouvel AD Carry du jeu : Kai'Sa. Les SKT sont devant les KSV dans cette première game des playoffs LCK et cherchent à conclure avec un dernier fight. Ils trouvent l'engage avec un double knock-up d'Effort, immédiatement suivi d'un taunt flashé de Faker, qui parvient à tuer Ambition, mais se retrouve en mauvaise posture.

C'est alors que Bang, qui était parvenu à sniper Ruler avec un rayon du néant inspiré, utilise son instinct meurtrier vers celui-ci, à la surprise générale, puisqu'il fonce plus ou moins dans le tas. Mais Ruler est immédiatement protégé par Crown et CoreJJ, qui font tous deux office de support.

Les SKT semblent alors abandonner Bang, le croyant condamné, mais le double champion du monde est plein de ressources et il va alors utiliser tout son DPS, augmenté par le proc de sa Guinsoo, pour faire littéralement fondre les barres de point de vie de ses adversaires. Il focus astucieusement Ruler, utilise son heal et se repositionne à l'abri derrière ses sbires avec son flash.

Ça y est, Bang vient d'arracher un triple kill en un contre trois, offrant ainsi la partie à son équipe. Des balls d'acier et une très bonne estimation de ses dégâts lui permettent de transformer ce qui ressemblait à un suicide, en une action méritant le titre de meilleure de tous les playoffs. Bang Bang !

Mentions Honorables

Pour le plaisir des yeux, voici désormais une petite compilation d'autres actions nous ayant fait frémir.

Tout d'abord, impossible de ne pas mentionner les deux pentakills de Rekkles, notamment le premier, qui n'est pas officiel, mais est parfaitement exécute, récompensant ainsi une performance irréprochable du Suédois sur toute la finale.

On reste dans le registre des Carrys AD avec une autre excellente performance en finale, cette fois-ci de Pray, qui a montré en quatre parties, l'étendue de sa maîtrise de Kai'Sa, notamment sur cette action.

Enfin, dans un registre moins spectaculaire, on admirera tout de même ce superbe cancel de headbutt avec un coup de bidon par Mlxg, parfaitement timé (attention ça va très vite, ne clignez pas des yeux ! ).

Même aux meilleurs...

Personne n'est à l'abri d'un bon gros fail et pour le prouver, je vous propose de retrouver deux habitués de la rubrique, mais plus souvent du côté plays que du côté fails.

D'un côté nous avons Smeb, vainqueur de la LCK en 2016, vice-champion du monde 2015, élu MVP de la LCK et ayant à son actif deux apparitions dans les moves de la semaine, pour de superbes actions. Cette fois encore, il semble parti pour sa troisième apparition, l'action commençant très bien pour lui, puisqu'il parvient à réaliser une sOAZ de toute beauté... jusqu'à ce qu'il soit rattrapé par l'auto-attaque de Bang, qui aura traversé la moitié de la carte pour lui asséner le coup fatal. Pas de bol pour cette fois Smeb !

Enfin, le seul vrai fail de ces playoffs est attribué à celui qui reste le meilleur joueur de tous les temps, malgré une saison bien moins bonne que les précédentes : Faker.

Inutile et fastidieux, deux adjectifs décrivant parfaitement la tâche qu'est de résumer le palmarès gargantuesque du joueur. Néanmoins, malgré tous ses titres, il arrive que Faker se plante. Et sur ce coup-là, il s'est planté en beauté, puisqu'il oublie tout simplement de flash, ce qui lui coûte la vie. Si ça, ce n'est pas une preuve que personne n'est parfait, je ne sais pas ce qui vous convaincra !

Et voilà, j'espère que vous avez apprécié le retour de la rubrique du beau jeu, pour cette petite rétrospective spéciale playoffs. On se retrouve bientôt sur O'Gaming !

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.