d

14 août 2017 - Strift League of Legends

Brace yourselves : EU LCS Playoffs are coming !

Brace yourselves : EU LCS Playoffs are coming !

Après dix semaines de saison régulière de segment d’été, six équipes des EU LCS sont parvenues à se qualifier pour les Playoffs. Pour celles-ci, il s’agit à présent de la dernière ligne droite : l’ultime étape leur permettant d’accumuler des points et espérer se qualifier aux Worlds.

Six équipes, ce sont six identités différentes. Ce sont six familles de joueurs aspirant à porter toujours plus haut leurs couleurs et encore davantage de fans. Le caractère déterminant du segment d’été prendra alors toute son ampleur lorsque celui-ci viendra mettre fin aux rêves de grandeur de leur équipe favorite… Comme le disait Cersei Lannister de Game of Thrones, « Quand on joue au jeu des trônes, soit on gagne, soit on meurt. » Nos six écuries vont donc devoir s’investir pleinement pour triompher de leurs rivales. Voyons ensemble de quelles ressources chacune d’entre elles dispose pour triompher du segment d’été et laquelle de ces grandes familles parviendra à conquérir le trône des EU LCS.

Fnatic, de la maison Targaryen

Pendant que Trevor « Quickshot » Henry se plaisait à les apparenter à des rois déchus, l’équipe la plus titrée des EU LCS a entamé une patiente reconstruction tout au long de l’année. Ayant toujours été supportée par une grande communauté de fans, Fnatic revient aujourd’hui avec le vent en poupe pour reconquérir la région et l’on a envie de dire : enfin. À l’instar de Daenerys, l’équipe de Martin « Rekkles » Larsson incarnait cette dynastie presque éteinte pour qui chacun nourrissait secrètement – allez, pas la peine de le nier – l’espoir de les voir réussir à nouveau. Culminant au KDA de 11.7, l’AD Carry de Fnatic a mené son équipe au sommet du groupe A. Malgré quelques accrocs, les joueurs ont montré au cours du segment d’été qu’ils seraient les plus sérieux adversaires pour les Playoffs à venir. Parviendront-ils à récupérer la couronne des EU LCS qu’ils n’ont pas portée depuis 2015 ? Réponse à Paris !

G2 Esports, de la maison Lannister

Qui de mieux que la maison Lannister pour représenter les « bad boys » des EU LCS ? Bien qu’ils aient peiné à gagner le cœur de leur région et se faire des supporters, les « nouveaux rois » de l’Europe ont exercé une domination sans partage sur le continent pendant un an et demi. G2 n’a néanmoins plus montré le même visage depuis ses exploits du MSI et a réalisé un second segment douloureux. Malheureusement pour elle, ses ennemis cherchent aujourd'hui à l'abattre dès ce premier signe de faiblesse. Le surprenant upset de Roccat, qui s’est imposée 2-1 ce jeudi, a d’ailleurs mis fin aux espoirs de première place de l'écurie espagnole. Il ne faut cependant pas sous-estimer cette équipe qui a déjà prouvé qu’elle était capable de réaliser des performances bien supérieures au niveau moyen de la ligue.  Les triples champions régionaux demeurent ainsi parmi les équipes occidentales les plus attendues aux Worlds et ne laisseront pas cette opportunité leur échapper si aisément.

Unicorns of Love, de la maison Stark

Tout le monde a un petit faible pour les Stark. En Europe, Unicorns of Love n’est pas en reste de fans non plus, en attestent leurs plus-que-fidèles supporters toujours présents au LCS studio. Malgré cela, ces derniers n’ont jamais vraiment réussi à percer et atteindre les sommets. Était-ce dû à de mauvaises décisions par le passé ? En tout cas, c’était le cas de la famille Stark… Aujourd’hui cependant, le vent commence à tourner et l’équipe a prouvé au cours du dernier segment qu’elle faisait partie des meilleures écuries d’Europe. Même en ayant assuré la 2e place du groupe B, elle devra montrer le meilleur d’elle-même pour battre lors d’un best-of-5 les redoutables adversaires que représentent G2 et Fnatic. Les encouragements de Romain, le manager de l'équipe, et son « Love Hurts Crew » (nom que se donnent les fans d’UoL) pourraient cependant avoir un rôle à jouer dans la motivation de l’équipe lors des matchs à venir à l’AccorHotels Arena.


Romain Bigeard avait déjà déchaîné la foule à Hambourg plus tôt cette année.
Crédits : @Lolesports

H2K Gaming, de la maison Arryn

Depuis son arrivée en LCS, H2K a toujours fait partie des meilleures équipes de la ligue. Comme les Arryn dans Game of Thrones, ils ont su s’adapter aux différentes époques en faisant évoluer leur roster mais en maintenant un certain niveau de qualité. Grâce notamment à leur midlaner Fabian « Febiven » Diepstraten, leader de la ligue en KDA à sa position, et à leur célèbre jungler Marcin « Jankos » Jankowski, les H2K ont bien l’intention de s’emparer de la couronne des EU LCS. D’un point de vue purement statistique, H2K constitue la deuxième meilleure équipe d’Europe et possède la moyenne la plus basse de durée de partie, qui peut s’interpréter comme une grande capacité à snowball ses avantages. Néanmoins, l’équipe semble être son propre ennemi puisqu’elle a réalisé des performances en dents de scie tout au long du segment. Toutefois, grâces à des résultats récents très encourageants et un passif de 2 matchs gagnés à 0 face à Splyce, 1 à 0 face à Misfits, l’équipe a bon espoir de prendre confiance durant le premier match de Playoffs et continuer sur sa lancée en finale, malgré sa défaite contre UoL ce dimanche.

Misfits, de la maison Mormont


Malgré son jeune âge, Dame Lyanna Mormont a déjà témoigné de sa bravoure à plusieurs reprises.
Crédits : HBO

Les derniers arrivés en EU LCS, même s’ils semblent en deçà des autres équipes – notamment G2 Esports et Fnatic – ne sont pas à prendre à la légère. Ayant atteint la quatrième place au segment de printemps, Misfits a réalisé de très bons résultats cette année, en particulier si l’on considère qu’elle était en Challenger Series il y a seulement un an. Ce faisant, l'équipe a déjà accumulé de nombreux supporters. Par ailleurs, les points engrangés durant le segment précédent peuvent toujours lui permettre d’obtenir un meilleur seeding que H2k et Splyce aux Qualifiers régionaux.

Splyce, de la maison Martell

Arrivée récemment dans l’histoire, Splyce a rapidement gravi les échelons puisqu’elle a obtenu sa qualification pour les Worlds dès sa première année. Ce nouveau protagoniste a donc facilement trouvé sa place au sein de l’intrigue des EU LCS. Malheureusement, la désillusion fut rapide… et brutale (cf. Worlds 2016). Qui plus est, la courbe de progression de l’équipe semble s’être grandement atténuée cette année et n’ayant gagné aucun match face aux très sérieux compétiteurs que sont Fnatic, G2 et H2K, les chances de victoire de l’équipe semblent faibles. Sa devise « Insoumis, Invaincus, Intacts » promet d’être difficile à respecter.

Alors que l’été touche à sa fin, seules les équipes les plus tenaces posséderont assez de ressources pour endurer les Playoffs et ainsi mettre le cap sur le championnat du monde. Même si les principaux protagonistes semblent être connus, sommes-nous jamais à l’abri d’un rebondissement ? Brace yourselves, EU LCS Playoffs are coming ! Et bien sûr, c'est à suivre dès samedi 17h sur O'Gaming LoL !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.