d

20 août 2019 - Galerith League of Legends

Caëlan, la Grosse Interview

Caëlan, la Grosse Interview

La première édition de la LFL désormais terminée, c'est l'occasion pour nous de faire un bilan avec l'un des protagonistes de la scène française, Caëlan. Le coach de Solary a accepté, en exclusivité pour O'Gaming, de revenir sur sa saison et de partager avec nos lecteurs ses impressions sur les performances de l'écurie française. C'est parti pour la Grosse Interview, avec Caëlan.

 

Cette saison de LFL se termine, pour Solary, sur deux victoires, face à aAa puis Rogue. La conclusion positive d’une saison globalement difficile. C’est un soulagement pour toi et ton équipe de sortir la tête haute ? Ou un soulagement que la saison soit enfin terminée pour enfin passer à la suite ?

Alors c’est clairement plus agréable de sortir de cette saison compliquée avec un peu de vert sur le compteur, même si on aurait préféré que ça arrive plus tôt ! C’est clairement positif de pouvoir bien terminer cette saison, surtout que cela faisait déjà plusieurs semaines que les Playoffs n’étaient plus atteignables et que nous avions d'ores et déjà commencé à travailler pour la suivante.

 

Une victoire obtenue plus tôt dans le split aurait changé les choses, psychologiquement, pour les joueurs ? As-tu des regrets sur cette saison ? 

Une victoire plus tôt aurait clairement joué sur le moral, et nous aurait laissé plus de temps (qui a dû être investi dans s’assurer que le moral et la motivation restent au top) Je pense que les 12 défaites d'affilée ne reflètent quand même pas le réel potentiel de l’équipe, beaucoup de ces games étaient clairement jouables et se sont jouées à peu de choses, mais bon au final c’est la meilleure équipe qui gagne, et nous n’avons pas su concrétiser ! Je ne pense pas avoir tant de regrets que ça cependant, je sais que j’ai donné tout ce que je pouvais et qu’il en est de même pour les gars, c’est surtout qu’il a été complexe de trouver notre  playstyle, notre équilibre et fixer notre cohésion d’équipe.

 

Malgré tout, les défaites se sont globalement jouées sur des détails. Qu’a-t-il manqué à Solary pour avoir ces petits déclics ? Alors, à qui la faute ?

Avec deux rookies complet – et je parle bien de vrais rookies, pas les rookies de LEC/LCS qui jouent plusieurs années en ligue nationale pour jouer au niveau au dessus, Hantera et Manaty avaient tout deux une expérience compétitive en équipe proche de zéro en venant chez nous – le lancement allait forcément être compliqué, on y était préparé. Trouver l’équilibre entre chacun, qui devrait jouer quel rôle au sein de l’équipe, qui est leader et qui est playmaker, c’est vraiment pas quelque chose de simple quand ça ne vient pas naturellement, et ça nous a demandé beaucoup de travail. Je pense pas qu’une personne soit à blâmer, chacun a eu ses phases compliquées, et ce sont les efforts de chacun qui ont permis de progresser jusque-là.

 

 

Quel match a été le plus marquant pour toi cette saison ? Et pour quelle raison ? 

Je pense que le match contre Misfits a été le plus marquant, et pas forcément de la bonne façon. Pour le contexte, on avait un lead monstrueux avec trois infernaux, et le Vladimir de Dan Dan nous a complètement retournés suite à plusieurs erreurs. C’est une partie qui a vraiment fait mal au mental, bien plus que les autres. Nous n’avions aucune victoire au compteur, il allait falloir se battre pour les Playoffs, chaque game étant importante, et cette game nous tombe dessus. Ç'a facilement instauré une dynamique de  « si on n'a pas pu gagner cette game, alors comment on peut gagner ? » Cela a évidemment pris du temps à se régler, beaucoup de discussions, et on a pu continuer, avancer sur un bon rythme.

 

Le recrutement de Tonerre, en provenance de Gamers Origin, a été voulu pour qu’il apporte son expérience au roster Solary. Comment cela s’est-il caractérisé au quotidien (en scrims comme pendant les matchs officiels)? 

Tonerre apporte beaucoup d’input lors des débriefs suite à son expérience dans une équipe différente, il n’a pas toujours les mêmes points de vue sur certaines situations et n’a pas peur de le dire, et cela apporte beaucoup de profondeur aux discussions.

 

On a beaucoup souligné l’impact positif de Katare dans le gameplay de l’équipe, comment as-tu travaillé avec lui pour qu’il soit aussi constant dans ses performances ? 

Alors sur ce point-là, c'est surtout Katare qui en a le mérite, je ne pense pas avoir fait énormément pour qu’il ait cette constance, il l’a toujours eue. Une petite piqûre de rappel sur ses bases lorsqu’il se perdait et c’était largement suffisant.

 

Dans votre effectif 100% français, quel bilan tires-tu de l’arrivée des deux jeunes joueurs Manaty et Hantera, nouveaux sur la scène pro ? Solary restera-t-elle dans cette optique de miser sur le long terme et de donner la possibilité à de nouveaux joueurs français d’éclore sur une scène professionnelle ? 

Pour l’instant nous sommes dans une dynamique où l’on trouve notre groupe très efficace, ils poussent beaucoup pour aller de l’avant et je pense que ça se voit. Manaty et Hantera apportent beaucoup de motivation à l’équipe, de par leur envie de montrer ce qu’ils valent. C’est donnant-donnant, ils motivent l’équipe par leur rigueur d’entrainement et l’équipe les aide à aller de l’avant.

 

 

Quel est ton regard sur le format de cette première édition de la LFL ? Que faudrait-il améliorer ? 

J'ai toujours eu du mal avec les BO1, même si je comprends que d’un point de vue spectateur c’est ce qu’il y a de mieux, d’un point de vue compétitif ce n’est pas ce qui va représenter forcément au mieux le niveau des équipes. Mais ça m’étonnerait que cela change un jour, surtout quand l’organisation préfère décaler le début des match à 20h quitte à jouer le dernier match a minuit – voir plus par moments – pour le viewership.

 

Pour aller plus loin sur ce thème, que penses-tu du fait que la LFL tende à s’internationaliser de plus en plus, attirant même des joueurs coréens ? 

Cela allait forcément arriver, plus on cherche à atteindre un niveau important, plus la fourchette européenne devient insuffisante pour certains, et plus on va se diriger vers l’extérieur pour trouver le profil qui convient le mieux à son équipe. Et c’est bon pour tout le monde, meilleur est le niveau de la compétition, plus les joueurs seront poussés vers le haut.

 

Faisons un bilan un peu plus personnel. Parlons de toi et de tes nouvelles fonctions de coach, comment s’est passé la transition de joueur à coach ? As-tu un modèle, un coach qui t’inspire ? 

La transition s’est relativement bien passée, surtout que j’avais déjà coaché par le passé plusieurs joueurs, même si c’était a un niveau individuel et pas collectif. Je n’ai pas vraiment de modèle, c’est assez difficile d’accéder a de véritables infos sur l’impact des coachs au sein d’une équipe, le milieu est encore trop jeune.

 

Tu prends du plaisir dans ce nouveau costume de coach ? Est-ce que ce nouveau rôle a changé ton rapport avec League of Legends, le jeu en lui-même ? 

C’est assez plaisant d’aider des joueurs à aller chercher plus loin, carrément. Après cette transition à beaucoup changé l’approche de mon investissement sur le jeu, beaucoup moins de solo queue et beaucoup plus de temps de visionnage (rires !)

 

Petite question d’avenir pour terminer, reverrons-nous Solary en LFL l’année prochaine ? Avec coach Caëlan à sa tête ?

Bien sûr qu’on sera là l’année prochaine, l’équipe a encore beaucoup à prouver, et ils ont faim de Playoffs, les vacances en avance ça énerve vite.

 

Un grand merci à Caëlan d'avoir accepté de répondre à nos questions. Nous espérons que cette première édition de la Grosse Interview vous aura plu, et nous nous vous retrouverons avec plaisir pour une prochaine entrevue, avec un autre invité !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.