d

30 janv. 2015 - Mandark Divers

Captain Toad : Treasure Tracker : champignons hallucinants

Captain Toad : Treasure Tracker : champignons hallucinants

À première vue, Toad et sa copine Toadette ne sont pas les personnages que l'on s'attendait à voir mis en avant au point de leur dédier une aventure à part, et si tu penses, amie lectrice, ami lecteur, que si tel est aujourd'hui le cas c'est qu'ils sont devenus des monstres de charisme, tu te fourres le pad dans le z'yeu jusqu'au connecteur.

En effet, la première et principale raison de leur soudaine présence sous les projecteurs est dûe au fait... qu'ils ne peuvent pas sauter. Petite explication...

Enter the shrooms

À la base, ce fabuleux puzzle-game qu'est Captain Toad : Treasure Tracker est issu de The Adventures of Captain Toad, un mini-jeu dispo dans Super Mario 3D World, mini-jeu qui à l'origine devait se jouer avec le personnage de Link, de la série The Legend of Zelda. Seulement voilà, outre le fait que le choix de l'elfe taiseux pour tenir le rôle principal n'emballait pas Miyamoto Shigeru, les développeurs désiraient avant tout que les niveaux de ce jeu dans le jeu soient de petite superficie, et un personnage pouvant sauter présentait un problème : celui d'avoir des cartes trop grandes.

En cherchant un peu, ils ont alors rapidement réalisé que le personnage du Captain Toad, second couteau dans la série des Mario Galaxy, ferait parfaitement l'affaire puisque son énorme sac à dos le prive de toute velléité bondissante.

Et voilà comment un des personnages les moins aimés du roster de Big N est devenu (avec sa copine Toadette) la tête d'affiche d'un des meilleurs jeux de ces dernières années.


Les maps de départ ne sont pas grandes, mais ça se complexifie par la suite

Car il faut le dire, Captain Toad : Treasure Tracker est tout simplement une pure merveille, une vraie petite pépite alliant réflexion, humour, gameplay de master et – suite logique – addiction totale.

Pourquoi ? Parce que partant d'un concept simple, l'équipe de Hiratake Shinya et Motokura Kenta (les réalisateurs du jeu) a su développer un soft qui, comme tout (vraiment) bon soft siglé Nintendo-in-da-house, ne laisse pas présager d'une superbe montée en puissance après des prémices qui, tout au plus, pourraient laisser penser que l'on va se retrouver face à un jeu pour gamins en bas âge. Preuve en est qu'il ne faut préjuger de rien quand on tombe sur un jeu qui commence de façon simple, et que simple n'est définitivement pas synonyme de simpliste.

Et ce concept, pour celles et ceux qui entendent causer du jeu pour la première fois, consiste à déplacer l'ami Toad – d'autres fois ce sera Toadette – sur de petites maps afin qu'il/elle rejoigne une big fat étoile dorée, synonyme de fin de niveau, tout en récupérant accessoirement les trois gemmes plus ou moins secrètement cachées dans le décor et dont l'obtention d'un certain nombre est nécessaire pour passer certains paliers.

Alors comme je l'ai dit plus haut, nos amis les champis ne peuvent pas sauter, mais ils peuvent – via le joueur et sa mablette – faire tourner la map dans tous les sens (un peu à la manière de Fez) pour révéler de nouveaux points de passage et/ou des pièces et gemmes cachées ou arracher les mauvaises herbes pour récupérer des pièces d'or, des bonus ou des navets, ces derniers pouvant se révéler être des projectiles bien utiles pour se débarrasser de certains bad guys, tous issus de l'univers Mario, soit dit en passant. Pas bégueule, Captain Toad : Treasure Tacker glisse aussi quelques clins d'œil à Luigi's Mansion et Donkey Kong de temps à autre...

Wii U oblige, certaines cartes nécessiteront d'actionner manuellement des mécanismes directement sur l'écran tactile de la mablette dont les fonctions gyroscopiques seront également mises à contribution, par exemple lors de certaines séquences qui se déroulent en wagonnet et où le pad se transforme soudain en viseur.

C'est dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures soupes (de champignons) !

Malgré les récentes déclarations de Mister Dan Adelman, qui a récemment été plutôt critique vis-à-vis du géant de Kyôto alors qu'il quittait celui-ci après neuf années de bons et loyaux services en tant que responsable du département « démat » et des relations avec les studios indés (et bien que ces critiques – qui n'ont rien à voir avec un quelconque bashing, on parle ici de retour d'expérience de quelqu'un qui peut se permettre de l'ouvrir sur le sujet et qui lui-même voit sa démarche comme constructive – soient à prendre avec la considération qu'elles méritent), le classicisme « old school », à tous les niveaux, de Big N peut certes être perçu comme un frein par rapport à l'évolution de la concurrence, mais c'est aussi paradoxalement ce qui rassure les fans hardcore du constructeur/éditeur, et Captain Toad : Treasure Tracker en est un parfait exemple.


Indiana Toad ?

Conclusion

Dans la plus pure tradition du genre, le jeu, divisé en trois chapitres d'une petite vingtaine de niveaux chacun (sans compter les niveaux bonus), gagne progressivement en complexité et se renouvelle constamment grâce à une utilisation parfaitement dosée et absolument pas répétitive de mécaniques de jeu déjà bien connues de toutes celles et tous ceux qui ont déjà pris en main un titre du plombier moustachu ou de son frangin – et si ce n'est pas le cas, no soussailles, vu que la simplicité de prise en main des jeux Nintendo reste le meilleur atout de l'éditeur.

Ajoutez à cela une intelligence qui force le respect en matière de game-design, de rythme et de courbe de progression de la difficulté, une importante rejouabilité pour tout débloquer, quelques boss mignons/grognons typiquement représentatifs du style de Big N et – ça fait tout de même du bien en ces temps troublés et maussades – beaucoup de couleurs et une ambiance gentiment kawaii, et vous obtenez un jeu dont il est très dur de décrocher après quelques minutes et vers lequel on revient souvent.

Bref, du pur Mandark Approved !

Les champignons, c'est bon et c'est de saison ! 810Points positifs
  • Prise en main simple et gameplay profond
  • De nombreuses maps et une bonne replay-value
  • Un savoir-faire et un rythme impeccables
  • Une ambiance kawaii qui fait du bien dans ce monde de brutes
  • Sacrément addictif !
Points négatifs
  • Pas pour celles et ceux qui n'aiment ni les champis ni se creuser les méninges
  • Sinon je vois pas...

Excellente surprise que ce Captain Toad: Treasure Tracker, d'autant plus que de prime-abord il ne paye pas de mine ! Nintendo montre une fois de plus que classicisme n'est pas synonyme d'ennui et livre un jeu à la finition impeccable, un vrai bijou dans son genre. Alors fan de Big N, tu sais ce qu'il te reste à faire.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.