d

11 oct. 2016 - Darkkoubi Divers

Champions of Anteria : Pas vu, pas pris

Champions of Anteria : Pas vu, pas pris

Depuis tout petit, je fus bercé aux productions du studio Blue Byte, ce fameux studio allemand qui nous abreuve depuis les années 90 de jeux de gestion géniaux, mais un peu austères, tels que The Settlers et la série des Anno. Alors quand on m'a proposé de tester le dernier jeu du studio, dont je n'avais pas entendu parler, c'est avec une énorme joie que j'ai accepté et avec une grande fébrilité que j'ai cliqué sur « jouer ».

Champions of Melting Pot.

Le jeu s'ouvre sur une introduction animée qui nous présente un univers médiéval-fantastique sans originalité puis nous lance enfin dans le bain de ce Champions of Anteria.

Lors du tutoriel je découvre donc qu'il s'agit d'un mélange de Hack'n'Slash et de jeu de gestion. Le jeu se déroule en deux temps, dans un premier temps, vous êtes donc dans un Hack'n'Slash, où vous contrôlez trois héros avec chacun leurs attributs. Il y a d'abord Vargus, le guerrier bourrin adepte du corps à corps, Anslem, le moine qui envoie des sorts et Nusala, l'archère qui permet d'attaquer de loin et d’empoisonner les ennemis. On pourra débloquer, plus tard, deux autres héros au cours de l'aventure, de ce côté là rien de nouveau.

Un des seuls originalités est le système de roue élémentaire, sorte de Janken où chaque élément bat un autre élément et s'avère faible face au précédent. Ce système aurait pu être une très bonne idée, il est malheureusement sous-exploité et au final, on se contente d'avancer et de tuer tous les ennemis qui se présentent sans vraiment tenir compte de leur élément.

Le système de roue élémentaire.

 

Dans le deuxième temps, vous gérez votre village, agrandissez vos territoires qui vous permettent de construire plus de bâtiments et ainsi gagner plus de ressources, de fabriquer de nouvelles armes, des potions de soin etc...

La construction des bâtiments est liée a votre nombre de péons, qu'il faut accueillir dans des résidences avant qu'ils aillent travailler aux champs, à la mine etc... Là aussi rien de nouveau, c'est du déjà vu depuis Warcraft .

La partie gestion de sa ville.

 

Dans l'ensemble, le jeu ne brille pas vraiment par son originalité, on sent que les développeurs ont cherché à prendre ce qui se faisait dans d'autres jeux et de rassembler le tout dans ce Champions of Anteria. Et c'est bien la qu'est le problème...

 

Antery'a rien, mais vraiment rien.

Le jeu se révèle en effet très approximatif dans sa partie combat. La mise en file d'attente des capacités s'avère fort peu intuitive et la sélection des personnages est un véritable calvaire. Mais le plus horripilant reste la gestion des hitbox qui aurait mérité beaucoup plus de travail. Il m'est arrivé un nombre incalculable de fois de cliquer « au travers » de l'ennemi. Le système de pause active, que je n'utilisais jamais, est devenu le seul moyen de pouvoir corriger toutes les approximations du jeu. Utiliser un système de gameplay non pour sa fonction première mais pour compenser les approximations du jeu, avouez qu'il y a de quoi rire.

 

Les environnements neigeux sont pourtant beaux.

 

Les phases de boss qui sont les seuls véritables bons moments sont gâchés par tous ces problèmes. Je pensais me faire des combats épiques, et je passais mon temps à rager sur tous ces problèmes de hitbox, pathfinding et de ciblage.

Ne cherchez pas non plus beaucoup d'originalité dans les missions proposées, de l’escorte de convoi, tuer un groupe d'ennemis, ou protéger des points stratégiques, tout se répète continuellement.

Du coté des environnements, pas d'originalité non plus. On passe de la forêt, au désert, au mont enneigé et puis encore à la forêt etc... Le tout est en plus pas très joli et il m'est même arrivé d'avoir des bugs d'affichage de textures.

Quant à la phase gestion, elle devient vite lassante car peu développée. On monte dans l'arbre de compétences, qui nous débloque de nouveaux bâtiments, on lance la construction et ainsi de suite pendant 15 heures de jeu.

Pour ce qui est de la partie technique, on ne peut pas dire que le jeu soit beau. La direction artistique façon cell-shading est déjà vue depuis longtemps et n'apporte en soit rien de plus a un jeu qui aurait mérité encore quelques mois de travail.

Un jeu mal fini 510Points positifs
  • Le système de roue élémentaire
  • Les combats de boss, plutôt sympathiques
  • Tourne sur de petites configs
Points négatifs
  • IA à la ramasse
  • Hitbox et ciblages vraiment horripilants
  • Mais c'est moche !
  • Très vite lassant
  • L'humour. Pourquoi ?

Champions of Anteria veut mélanger deux genres, mais n'est bon dans aucun. À force de pomper des concepts qui ont été vus et revus ailleurs, les développeurs allemands de Blue Byte en ont oublié de faire un bon jeu. Le tout est en plus miné par des problèmes techniques incompatibles avec le genre.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.