d

28 nov. 2014 - Shadrood Divers

Civilization : Beyond Earth. Le futur, c'est vous !

Civilization : Beyond Earth. Le futur, c'est vous !

À chaque nouvel arrivage de Civilization, c'est une grande bouffée d'air frais pour les accros aux jeux de gestion/stratégie au tour par tour. Et quelle bouffée, puisque Firaxis a décidé de nous emmener dans le futur de ce que pourrait être l'humanité dans Beyond Earth. Et c'est vous qui allez devoir guider l'espèce humaine... Qu'allons-nous devenir ?

La version courte pour justifier le jeu, c'est qu'il n'y a plus assez de place pour l'humanité sur cette pauvre planète Terre, et vous devez donc réussir à coloniser un nouveau monde. À vous de faire vos choix pour toute une civilisation, pour survivre et mettre en place votre nouvelle histoire, mais quid des autochtones qui résident déjà sur place ?

Let the fun begin !

Les premiers changements apportés par Beyond Earth sont visibles dès la création de la partie. Vous aurez toujours la possibilité de jouer avec des paramètres aléatoires, la partie personnalisée quant à elle vous apportera de nouvelles combinaisons. Tout d'abord, vous devrez choisir entre huit sponsors, chacun ayant des bonus qui lui sont propres. Vous aurez ensuite à personnaliser de façon très poussée votre début de partie, que ce soit le choix de la navette de colonisation initiale, un bonus à la nourriture ou obtenir gratuitement une unité. Bref, vous pourrez vraiment adapter votre départ au style de jeu que vous souhaitez mettre en avant.


Un paramétrage de partie digne des Sims

L'arrivée sur cette nouvelle terre hostile ne sera pas de tout repos. Entre faune et flore, vous allez devoir agir vite et surtout intelligemment. La faune, à première vue très dangereuse, ne le sera pas forcément. Alors ne partez pas au combat la tête baissée façon Starship Troopers, mais demandez-vous si cela ne vous sera pas plutôt bénéfique de les amadouer pour les laisser attaquer un adversaire à la place ? La flore, quant à elle, pourra se révéler plus compliquée à gérer avec ses miasmes. Le miasme, espèce de poche de gaz toxique qui vous empêche de vous déplacer dessus sous peine de subir des dégâts constants à chaque tour, permettra aussi à la faune de se développer. Mais rassurez-vous, vous aurez tous les bâtiments et satellites à votre portée pour contenir l'avancée du swarm miasme !


Fini le temps des barbares sans QI  !

Diriger ou se faire diriger, telle est la question ?

Au fil des ans, Civilization a fait des efforts pour se rendre de plus en plus accessible à un public plus large, et Beyond Earth met un coup de pied dans la ruche avec l'arrivée des quêtes. Elles vous serviront de guide et de tutoriel, mais elles sont implantées de façon à ce qu'on puisse se laisser aller à penser que c'est l'histoire qui s'écrit sous nos yeux. Loin d'être une mauvaise chose, ces quêtes vont même s'adapter à votre style de jeu et aux trois affinités disponibles dans le jeu. Ces affinités vont d'ailleurs vous octroyer des bonus au fur et à mesure que vous accomplirez des quêtes selon leur credo, ce qui peut vous donner un avantage certain en milieu de partie.


L'inventaire de quête vous aidera à avancer, sans vous limiter

Une ligne de conduite au pluriel

Pour ceux qui l'ignorent encore, le principe de Civilization, c'est de commencer avec une petite ville, un ouvrier, et de réussir à partir de là à construire une civilisation puissante, respectée et florissante, le tout en dominant les peuples ou colonies autour. Et pour y arriver dans Beyond Earth, vous aurez plusieurs styles de jeu possibles, sachant que chaque décision que vous prendrez vous orientera vers l'une de ces affinités, mais que rien n'est fixe, et que vous pouvez jongler de l'un à l'autre. Vous orienterez-vous vers la « Suprématie » en utilisant la technologie comme moyen pour dompter la nature et vos adversaires ? Ou bien peut-être préférez-vous être en « Harmonie » avec cette nouvelle planète en vous adaptant à la nature, tel un genre d’elfe du futur ? À moins que vous ne vous la jouiez conservateur, avec la « Pureté » qui se veut devenir une copie conforme de la Terre, sans concession. Cela étant, comme je le disais plus haut, rien n'est figé, et même si se focaliser sur une affinité vous amènera plus rapidement aux unités spécifiques à chacune d'elle, vous pouvez très bien alterner entre les styles et finalement inventer votre propre voie. In fine, ce n'est pas la route que l'on empreinte qui importe mais la destination (oui j'invente des proverbes, mais dans le futur il existe peut-être !).


Chaque décision orientera votre développement

Réfléchis bon sang, réfléchis !

Eh oui, car Civilization, c'est avant tout de la réflexion. Il va vous falloir équilibrer les productions de votre empire pour pouvoir continuer à vous développer sans omettre le bien-être de votre population, l'avancée technologique, l'exploration, la défense de vos colonies, l'entretien de votre armée... Bref, vous allez devoir déjà bien réfléchir à où placer vos nouvelles villes : à proximité de ressources rares ou de grandes plaines pour l'expansion ? Ou bien près de la mer pour favoriser commerce et développement maritime ? Rassurez-vous, le jeu vous indiquera des emplacements recommandés qui seront largement suffisants pour débuter, le temps que vous soyez assez à l'aise pour prendre votre propre décision quant au placement de chaque nouvelle cité.


Les fins de partie peuvent s'avérer lentes et un peu brouillon

Que nous réserve le futur ?

Intéressons-nous à un des points majeurs de Civilization, le développement technologique. Car il y a du nouveau dans Beyond Earth : la toile technologique ! Finies les limitations historiques du style « Bah non, tu peux pas rechercher l'aviation en 1248, mec... ça fait pas sérieux... bon tant pis... ». Dans Beyond Earth, vous pouvez vous orienter à peu près dans le sens que vous voudrez, même si certaines sous-recherches seront verrouillées le temps que vous fassiez la recherche maîtresse : par exemple, vous ne pourrez pas rechercher la vitesse de déplacement navale si vous n'avez pas recherché la navigation... Logique ! Par contre, vous pourrez rechercher la navigation avant de rechercher la roue, si vous voulez. Bref, le concept est simple, vous pouvez progresser et évoluer de la façon qu'il vous plaira, mais il faudra faire certaines recherches quand même. D'ailleurs, j'en profite pour féliciter la réussite de Firaxis à ce niveau-là, car le système de recherche va loin ! Vous pourrez aller jusqu'à terraformer la planète pour vous en servir à votre usage, ou carrément (âme sensible s'abstenir) faire des mixages de plusieurs races extraterrestres pour les transformer en super soldat aliens.

Un allié de taille

Je vous parlais de la possibilité d'interagir avec la faune locale, eh bien autant vous dire que nous sommes bien au-delà des précédents Civilizations et de leurs barbares sans QI. Dans Beyond Earth, vous pouvez considérer les aliens comme une colonie à part entière puisqu’ils sont dotés d'une I.A. propre et qu'ils sont capables de prendre leurs propres décisions. Attaquez la faune locale et vous verrez rapidement tous les copains arriver pour vous casser la figure ! En revanche, si vous êtes plutôt en « Harmonie » avec eux, vous pourrez faire en sorte qu'ils s'en prennent à vos ennemis. Le concept est génial et donne un réel impact quant aux décisions que l'on prend vis-à-vis des autochtones. Vous l'aurez compris, les possibilités sont infinies, ou presque.


Un exemple de victoire par contact

La politique oui, mais celle du futur c'est mieux !

L'aspect diplomatique a toujours été l'une des pierres angulaires de Civilization tout comme l'espionnage. Dans Beyond Earth, quelques aménagements ont été faits pour rendre ces pans de jeu moins austères, mais force est de constater que cela ne change pas grand chose. La seule nouveauté intéressante, c’est la possibilité via l'espionnage d'inciter les copains aliens à attaquer une cité désignée. Et même s'il vous faudra être patient pour en arriver à de telles phases de jeu, une partie pouvant être longue, cela n'en reste pas moins très marrant. L'I.A. a quant à elle parfois des comportements étranges et un peu hors propos concernant la diplomatie. Et cela peut parfois chambouler la partie pour des raisons un peu saugrenues... J'en ai eu l'exemple en 1v1 contre l'ordinateur : alors que nous avions des relations cordiales, l'I.A. a décidé qu'elle préférait la guerre. Plutôt étrange.

Conclusion

Avec Beyond Earth, ne vous attendez pas à redécouvrir le tour par tour, puisque finalement on reste dans un Civilization, et malgré toutes ces nouveautés, il est impossible de s'y tromper. Cela dit, il est impossible aussi de ne pas apprécier ce nouvel opus qui nous propulse dans un futur crédible où vous devez choisir le prochain palier de l'évolution humaine à travers son histoire, ses choix, ses valeurs. Comptez sur une durée de vie très solide en solo comme en multi, Beyond Earth vous plaira ! Et même si l'on peut encore reprocher des fins de parties un peu lentes, ou des textes à rallonge pour vous expliquer le moindre détail du jeu, Beyond Earth est addictif et on a envie de tester chaque possibilité. Et c'est normal car malgré une accessibilité facile de prime abord, la profondeur est assez énorme et nécessite des heures de jeu avant d'être comprise mais vous allez prendre votre pied à écrire et à maintenir le futur de l'humanité, et finalement c'est la seule chose qui importe.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

4 commentaires

XarAyanee
XarAyanee - 30/11/2014 15h46

Très bon article bien construit, même si l'auteur doit beaucoup aimer starcraft l'article donne envie de jouer à ce civilisation.

Sa doit vraiment être fun d'envoyer l'armada alien sur ses enemis en se contentant de se dévelloper et de regarder le massacre.

Shadrood
Shadrood - 01/12/2014 12h54

Salut XarAyanee,
Merci pour ton commentaire, c'est vrai que j'aime bien regarder des compet' de Starcraft, même si je n'y joue pas vraiment moi-même.
Shadrood.

Vaag
Vaag - 04/12/2014 16h29

Moi je suis (encoreà très déçu de l'aspect diplomatique du jeu. On est ultra limité, les autres IA ne veulent JAMAIS coopérer excepter quand c'est 10 fois à leurs avantage. Je veux dire même quand on "oblige" l'IA à utiliser la diplomatie en tant de guerre, tu le démonte et le gars te propose toujours la paix contre genre 2 de tes villes.

Bah oui bien sûr coco :D

Petite tips au passage pour ceux qui galèrent avec les trade route à renouveller 28 fois vous pouvez (légalement :p) modifier un fichier dans dossier du jeu qui allonge le nombre de tours avant le renouvellement. cf cherchez sur internet :p

Vaag
Vaag - 04/12/2014 16h31

En "temps" de guerre désolé je Hearthstone en même temps -_-'

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.