d

08 juil. 2014 - Only StarCraft 2

Comment gagne-t-on une MLG ?

Comment gagne-t-on une MLG ?

La MLG a fait, la semaine dernière, un retour triomphant après plus d'un an d'absence : avec un évènement offline de presque 270 joueurs, un double stream à succès et surtout des matchs d'anthologie pour un final inattendu. Tous les ingrédients qui donnent un évènement grandiloquent y étaient, et quasiment personne n'aurait pu prédire la victoire de Trap, surtout avec la présence d'un plateau très relevé avec des joueurs comme Polt (dernier vainqueur en date d'une MLG), Scarlett, viOLet ou encore HyuN.

Le succès de Trap étant un évènement dans l'évènement, il est nécessaire de dresser un petit bilan pour comprendre comment ce joueur, qui a priori n'avait que peu de chances de prétendre à la victoire finale, a pu être sacré au nez à et la barbe de l'immense Polt.

Trap, un anonyme ?

Jeune Protoss de 20 ans, Trap est le stéréotype du joueur coréen standard. Démarrant dès l'enfance sur BroodWar, il est repéré par SouL, l'un des huit mastodontes de la KeSPA, preuve d'un talent précoce certain, mais il ne fera toutefois pas une seule performance, sans doute cantonné à un rôle de practice partner. Son switch sur Starcraft II n'est pas des plus réussis, il est péniblement éliminé du Code A de la Saison 5 de la GSL (la première saison incluant les joueurs KeSPA). Il est toutefois l'un des joueurs majeurs de STX SouL pour la deuxième saison de la Proleague en 2012, et malgré quelques coups d'éclat (contre Jaedong, Soulkey ou Rain entre autres), il termine avec un ratio à peine positif.


Son véritable envol se produit à l'aube de l'année 2013, avec la sortie de l'extension Heart of the Swarm. En effet, il joue beaucoup plus de matchs officiels, notamment en WCS où il s'illustre lors de la saison 3 en terminant 3/4ème. Au tout début de l'année 2014, Trap est contraint de changer d'équipe, puisque STX SouL disband à la mi-décembre après la perte de son sponsor principal, STX Corporation. Il est tout de suite recruté par Incredible Miracle, ce qui s'explique aisément par le fait qu'un des coachs de IM, Choi Seung Min, était chez SouL sur BroodWar et a sans doute suivi avec intérêt son évolution. Le début de l'année 2014 est toutefois plutôt décevant, puisqu'il retombe en Code A dès la saison 2 de la GSL.

Pourcentage de victoires de Trap depuis ses débuts sur Starcraft II, via Aligulac


Arrive donc cette MLG Ahaneim il y a une semaine, où Trap se présente dans le tournoi de qualification coréen, où sont d'ailleurs présents 5 joueurs IM sur 12. On peut d'ailleurs se poser la question, étant donné que la plupart des top joueurs n'y ont pas participé, si les équipes coréennes ne boudent pas les tournois européens et américains. On retrouve d'ailleurs cette problématique lorsqu'on regarde cette MLG, sur 270 joueurs seuls 4 font partie d'équipes de Proleague (DRG, Choya, State et KeeN) et sont loin d'être les meilleurs, DRG mis à part. Il y a ici un début d'explication au fait que beaucoup de Coréens souhaitent rejoindre des équipes hors Corée, afin de participer à plus de tournois. Ce petit aparté terminé, signalons juste que Trap remporte ce tournoi de qualification non sans mal puisqu'il lâchera une map à tous ses adversaires à part KeeN (qui sont, comme par hasard, tous Protoss mais nous y reviendrons).

Voici donc la situation lorsque la MLG commence : Trap est le seul coréen, avec Polt et viOLet, à être directement qualifié pour les poules de la MLG, parmi 9 foreigners. Et ce ne sont pas moins de 20 coréens qui participent à l'open bracket, et non des moindres (Jaedong, DRG, Life, Bomber, Alicia, Oz, HyuN...). Détailler ici le fonctionnement d'une MLG serait plus que fastidieux étant donné que c'est un des tournois les plus compliqués du monde, aussi disons simplement que Trap dispose d'un énorme avantage par rapport à tous les autres coréens qui participent à l'Open Bracket. Pour vous donner une idée, DRG qui s'est qualifié pour les poules via l'Open Bracket, a dû jouer 6 BO3 de plus que Trap pour arriver au même niveau.


Mais résumer la performance de Trap à un simple coup de chance ne serait pas vraiment juste. Aussi est-il nécessaire de faire un point sur son gameplay, qui lui a permis de battre des joueurs tels que Scarlett, StarDust, HyuN, viOLet et surtout Polt.

Un PvZ classique, mais très solide

Une des clés de la victoire de Trap est indéniablement la qualité de son PvZ, car c'est le match-up qu'il aura eu à jouer le plus de fois (7 sur 13 matchs en tout) et contre les meilleurs joueurs du tournoi : viOLet, Scarlett et HyuN pour ne citer qu'eux. Et lorsque l'on examine le gameplay de Trap tout au long du tournoi, on constate d'abord qu'il n'évolue pas vraiment mais surtout qu'il reste dans les standards du PvZ du moment. Lors de 85% de ses PvZ durant la MLG, Trap aura utilisé le même opening : un nexus très rapide (nexus first ou bien gate expand sans zélote), une stargate qui suit avec un oracle, une B3 qui arrive avant 7:30 (donc très greedy), un conseil crépusculaire pour blink et une robo juste derrière pour abuser du prisme.

Poser une B3 avant 7min, problem ?

Trap reprend alors ici les bases du PvZ actuel, avec notamment la B3 précoce avec du blink qui permet soit de all-in sur 3 bases soit de défendre un all-in du zerg soit de sanctionner un départ swamhosts trop greedy. Le coréen San a démocratisé ce style de jeu il y a déjà quelque temps, repris notamment dans notre beau pays par des joueurs comme ToD ou Lilbow avec le succès que l'on connaît. Trap joue également oracle avant le blink et prisme après le blink, ce qui lui offre une possibilité de harass assez importante et empêche le zerg de se décomplexer. Il peut également utiliser le prisme pour mettre hors de position l'armée du zerg pour le prendre à revers avec son blink.


Ce style de jeu, à la fois relativement safe mais qui offre à la fois des opportunités agressives et de transition facile vers le lategame, lui a permis de ne perdre qu'un seul BO3 sur les 7 qu'il a joué. Et si il s'y sent à l'aise, on constate qu'il est moins solide dans les autres styles, il a par exemple essayé de jouer phénix contre HyuN mais un timing push hydra ling plus tard, le voilà mené 1/0 à une game de l'élimination. C'est le genre de game que l'on voit souvent, le fait de produire plus qu'un oracle sur la stargate augmente la dépense en gaz et retarde donc ainsi la tech robo, et les colosses, les push hydra lings devenant alors tout indiqués.

Tu fais moins le malin avec tes phénix !

Mais chacun sait que tout joueur prévisible devient en danger, c'est pourquoi Trap a su également changer radicalement de voie quand il en a eu l'occasion. Dans son BO3 contre Scarlett notamment, où il a sans doute remarqué que la joueuse zerg avait beaucoup de mal avec les all-ins protoss, il se permet un petit 7 gates sur la première game, qui surprend totalement la Canadienne. Les matchs du loser bracket ayant lieu un par un, Scarlett avait été la spectatrice privilégiée du BO3 précédent contre HyuN, où Trap n'avait fait aucun all-in et avait gagné en macro game.

Un bon vieux 7 gates des familles ça permet toujours de bien commencer un BO3

En résumé, Trap joue le PvZ de la meilleure des manières en tournoi : un grand classique mais tellement bien exécuté qu'il en devient très difficile à battre. Mais, en bon protoss, capable de dégainer une game de moins de 10min lorsque le besoin s'en fait ressentir.

Un PvT impérial

N'importe quel joueur prétendant au sacre final le savait, l'obstacle le plus dangereux qui se dresserait sur sa route s'appellerait Polt. En effet, le joueur terran faisait figure d'épouvantail avant l'évènement (dernier vainqueur d'une MLG et d'excellentes performances récemment). Et cela se confirme puisqu'il dispose aisément de son groupe et se qualifie presque sans embûche (une seule petite game perdue contre StarDust) en grande finale.

Toutefois, Trap a également des arguments à faire valoir. Le PvT est sans doute son meilleur match-up et à y regarder de plus près, il a clairement étudié le jeu de Polt pour le contrer de la plus belle des manières. Si Polt n'a pas réussi à prendre une game à Trap sur toute cette MLG (en poules et en phase finale c'est à dire 3 BO3) c'est bien qu'il y avait un problème de stratégie pour le terran coréen. Véritable précurseur du TvP, Polt a en effet un style très particulier et extrêmement difficile à contrer, en témoigne sa série incroyable de 14 BO3 victorieux depuis les sa défaite en finale des IEM. Basé sur une utilisation abusive des drops, du multitasking et de la prise hors de position de l'armée adverse (c'est quand même le joueur qui a inventé les runby de bioball !), le jeu de Polt s'articule autour d'un principe des plus élémentaires mais pas toujours facile à mettre en place : ne jamais fight une armée protoss en face à face.
Seulement, si il a bien réussi à le faire jusque-là, il est tombé sur un os en la personne de Trap, qui a utilisé une arme décisive et indispensable contre un joueur comme Polt : le blink. Déjà élément important de son style de jeu en PvZ, Trap a montré une utilisation plutôt incroyable du blink contre Polt, battant le terran à son propre jeu.

Des forcefields et un blink parfaits : la clé de voûte de la victoire

Toutes les games contre Polt font partie du même schéma : d'abord une victoire défensive puis une victoire offensive du protoss. Là où Polt est imprenable et est sûrement le meilleur joueur du monde en PvT, en midgame, Trap a réussi à contrer ses offensives et ses drops en sécurisant B3 puis B4 selon une recette miracle : un warp de zélote pour occuper la bio pendant les blink stalkers arrivent finir ce qu'il reste. Une fois que le protoss parvient à installer sa macro, son économie et sa production sans prendre de dégâts, la tâche est plus facile et c'est lui qui prend l'initiative.

 

Rien ne vaut un warp de zélote pour donner du temps à son armée de revenir

Si Polt est très fort lorsque l'action se passe chez l'autre, il l'est beaucoup moins quand le conflit a lieu chez lui. Utilisant une fois encore le prisme et son blink, Trap arrive à faire ce que peu de protoss ont réussi jusque-là, battre Polt à son propre jeu. Une fois que la bataille du multitasking est remportée, Trap n'a plus qu'à prendre le combat de plein fouet, ce que Polt veut éviter à tout prix, sa micro et sa maitrise des storms s'occupant du reste.

Polt a du mal quand ce n'est pas lui qui met le tempo

Trap a su également varier les openings pour ne pas se faire surprendre, alternant les départs stargate et conseil crépusculaire mais également la tech puisqu'il a pu commencer sa tech aussi bien par colosse que par storm. Polt n'a pas su quant à lui changer son fusil d'épaule et utiliser les armes que bon nombre d'autres terrans n'hésitent pas à dégainer comme le vcs pull ou l'ouverture drop mine pour punir des protoss trop greedy. Il faudra pour le terran coréen se remettre en question, car si l'efficacité de son gameplay a fait ses preuves par le passé, il est peut-être temps de le faire évoluer, car la démonstration de Trap était éclatante. Nuançons toutefois puisque tous les protoss du monde ne sont pas capables de défendre et d'attaque aussi bien et d'utiliser leurs unités avec autant de maitrise que Trap.

Et le PvP alors ?

Si j'ai pu évoquer une certaine chance de Trap sur cette MLG c'était principalement au sujet du PvP, qui est incontestablement son pire match-up, ce qui se confirme par les statistiques (plusieurs % en dessous des deux autres) mais également dans les faits. Des protoss comme Alicia, Oz, Seed, ou HerO qui sont pour certains des maitres dans le PvP, bien au-dessus de Trap, n'ont pas pu arriver jusqu'au vainqueur de la MLG puisqu'ils partaient de l'Open Bracket et ont perdu contre d'autres races. Seul Seed s'est qualifié pour la phase finale mais a perdu contre un excellent DRG.


Des deux seuls BO3 de PvP qu'a du faire Trap (sur 13 en tout !), on ne peut pas dire qu'il ait convaincu autant que dans les deux autres match-ups. Se faisant accrocher par StarDust et s'en sortant in extremis grâce à une dernière fight bien maitrisée, il a quand même perdu son second BO3 contre le protoss américain puCK, qui est un bon joueur de la scène NA mais qui était incontestablement un des joueurs les plus faibles de la phase finale (il n'a gagné que deux BO3 dans tout le tournoi contre Trap et contre Illusion un autre Américian).


Les faiblesses de Trap en PvP n'ont donc pas pu être exploitées et c'est en cela que le coréen a eu le sort avec lui. Nul doute que si il avait du faire face à des experts du mirror tels que HerO ou Alicia, il n'aurait pas gagné cette MLG. Il y a d'ailleurs fort à parier qu'il ne regagnera plus jamais de tournoi majeur tel que celui-là où d'autres protoss seront présents sans progresser en PvP.

Mais n'est-ce pas ce qui fait une grande victoire, un grand joueur ? Un savant mélange entre talent et chance, un subtil dosage entre maitrise et hasard. C'est en tout cas ce que Trap a montré lors de cette MLG. Et après tout, les victoires inattendues sont les plus belles.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

6 commentaires

Narsil
Narsil - 03/07/2014 18h50

Excellent article,très agréable à lire

LBot
LBot - 03/07/2014 23h52

Perso jme fiche de l'orthographe mais j'ai vu une faute a "inattendu" à la dernière phrase...

Sinon je confirme, l'article est un peu long mais très bien écrit. J'ai été convaincu par ton point de vue et ta conclusion est bien amenée.

C'est un des articles les plus "pro" que j'ai vu sur ce site.

D'ailleurs tu as bien fait le taf, mais la prochaine fois n'hésite pas à glisser un peu de fun dans ton article, on est sur O'Gaming après tout ;)

 

Pierot
Pierot - 04/07/2014 00h49

Superbe article, ça fait plaisir.  :) 
Rien d'autre à dire.  ;)

Only
Only - 04/07/2014 01h17

merci pour vos retours c'est gentil :)

promis pour le prochain je mettrai du fun :D

flouchs
flouchs - 04/07/2014 13h18

Article au top !

Cromm
Cromm - 04/07/2014 16h25

Bon article, mais le titre n'est pas très pertinent à mon sens. On pourrait résumer l'exploit de Trap à "Gagner un tournoi sans jouer son pire MU et en jouant contre des joueurs ayant un style de jeu peu varié" (je caricature, mais l'idée est là). Soyons clair beaucoup trop de joueurs top lvl ne varient pratiquement pas leur jeu, ce qui les rend très prévisibles. Après, force ou faiblesse, on dirait que Trap à su y voir un atout qui lui permet la victoire.

Enfin, j'espère seulement qu'il va persévérer et ne pas rester sur ses acquis et puis finir par déserter le jeu après avoir démontré un certain niveau de jeu (comme certains autres joueurs du genre Duckdoek ...) 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.