d

08 mai 2017 - MightyZ Divers

Dark Souls III The Ringed City: La fin du fin

Dark Souls III The Ringed City: La fin du fin

Dark Souls, c'est fini ! Enfin non, peut-être pas. En vrai ? On ne sait pas vraiment. D'après les dires d' Hidetaka Miyazaki, la formule des Souls par From Software ne connaîtra pas de "suite" à proprement parler. Mais peut-on vraiment y croire dur comme fer alors que l'on sait que la série possède une aura extraordinaire auprès des joueurs et que le troisième épisode en date a largement dépassé le cap des 3 millions de copies vendues. Non, vraiment, soyons sérieux... Doutes mis à part, c'est au tour de Ringed City de venir conclure un troisième épisode de haute volée. Et quelle conclusion !

Maxi Best Stuff

Le principal reproche que l'on pouvait véritablement faire à Ashes of Ariandel était sa relative linéarité ainsi que sa durée de vie faiblarde ; From Software nous ayant habitué à de bien meilleurs contenus concernant les DLC de sa série fétiche. Surprise d'autant plus forte quand on se rend compte dès les premières minutes de The Ringed City à quel point les deux DLC sont liés. C'est d'ailleurs une critique que l'on peut d'emblée lui faire puisqu'il est fortement recommandé d'avoir déjà sillonné les plaines enneigées d'Ashes of Ariandel avant de s'y frotter ne serait-ce que pour y avoir accès facilement sans avoir à se farcir la totalité de Dark Souls 3 Vanilla. Mais passons, car autant l'annoncer de suite, le jeu en valait la chandelle. 
 
 

le capharnaüm des confins est impressionnant et mélancolique à la fois
le capharnaüm des confins est impressionnant et mélancolique à la fois

 

Intimidant, C'est le mot. Les premiers pas dans le capharnaüm des confins ont de quoi impressionner. L'immensité de cette cité en ruine se révèle aussi belle qu'impitoyable et surtout centré autour de la verticalité de sa topographie, ce qui tranche naturellement avec la progression élémentaire du monde peint d'Ariandel dans le premier DLC. Après quelques heures, c'est au tour de la Cité enclavée de s'offrir à nos yeux et autant ne pas tergiverser, on est très certainement en face de la plus grandiose et monumentale zone du jeu, peut être même de toute la saga tant l'effet que procure sa découverte a de quoi donner le tournis et de quoi rappeler des souvenirs émus aux amoureux du premier épisode (cf: Anor Londo). 
Mais Ringed City est impressionnant de part bien d'autres éléments. La difficulté est notamment montée d'un cran, il est recommandé d'avoir au minimum passé le cap du niveau 60 avant de s'y attaquer tant la faune et la flore, plus variées que jamais, n'accordent aucun répit. C'est également le cas des environnements qui alternent entre fossés mortels, marais empoisonnés et pièges bien fourbes que même les plus aguerris à l'exercice auront du mal à déceler. Heureusement, un grand effort a été consenti côté contenu par rapport au précédent DLC puisqu'il faut compter sur une vingtaine de nouvelles armes une dizaine de pièces d'armures et une poignée de nouveaux sortilèges. Un gain de puissance et de variété qui s'accompagne d'un rééquilibrage de certaines armes. De plus leur découverte se fait de façon plus progressive ce qui a pour a pour effet de s'y familiariser plus simplement et de tenter différentes combinaisons.

Dommage que les boss ne soient pas fameux
Dommage que les boss ne soient pas fameux
 

Mamamiyazaki

 Si Ringed City marque la fin d'un cycle tant dans la surenchère visuelle que dans le challenge proposé c'est également le cas de la partie multijoueur qui a bénéficié d'un soin tout particulier. Il est maintenant possible d'effectuer des raids en coop adaptés à son niveau grâce à une interface visuelle plus travaillée et surtout un nouveau menu accessible ENFIN directement via les feux. Les arènes ne sont pas non plus en reste avec deux nouvelles zones de joute pour les amateurs de PvP. Plus dense, plus complet certes, mais ce DLC n'en oublie pas ses Boss pour autant. C'est malheureusement là que le bât blesse, car si Ashes of Ariandel avait joué la carte de l'originalité (on pense tout particulièrement à Friede), on est en revanche beaucoup moins surpris ici avec des démons qui manquent cruellement de charisme, où un immense dragon, calqué sur un certain Kalameet du premier épisode, peine à rendre les mains moites tant ses patterns ont un goût de déjà-vu.

La cité enclavée, la claque !
La cité enclavée, la claque !
 

 

DARK SOULS III THE RINGED CITY 810Points positifs
  • Meilleur DLC de la série
  • Long, riche, sublime
  • Accent mis sur le multi
  • On en veut encore !
Points négatifs
  • Il faut avoir terminé Ashes of Ariandel au préalable (c'est mieux)
  • Des Boss un peu mouif

Une fin en apothéose, une conclusion magistrale, un clap de fin somptueux, tous les superlatifs sont bons pour désigner Ringed City comme indispensable. En réalité Ashes of Ariendel et ce dernier le sont tout autant l'un que l'autre tant leurs univers forment la quintessence de Dark Souls III. C'est ce que l'on pourrait lui reprocher d'ailleurs, de même que ses boss moins captivants qu'à l'accoutumée. Mais ce serait passer à côté d'une expérience visuelle et viscérale extraordinaire que représente ce DLC qui scelle la destinée d'une saga qui aura marqué au fer rouge l'ensemble de l'industrie vidéo-ludique. Enfin, celle d'Hidetaka Miyazaki et de From Software en tout cas.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.