d

13 janv. 2015 - Floove StarCraft 2

Dayshi, entre réussites et échecs

Dayshi, entre réussites et échecs

Après le départ de Stephano, il manquait à la France un enfant prodige du RTS de Blizzard. Dayshi semblait être la relève naturelle, qu'en est-il plus d’un an après le retrait du joueur Zerg de la scène ?

La fin d’une époque, le début d’une autre

Le début de l’année 2013 marqua une baisse de régime pour Stephano et les nouveaux prétendants étaient de plus en plus nombreux à vouloir reprendre la banderole de meilleur joueur français ! Parmi ceux-ci, un joueur Terran se fait de plus en plus remarquer : Dayshi.

Le 13 Mai 2013 lors de son passage à l’antenne de O’Gaming dans Hearth of the Swag (émission très enrichissante sur le joueur Zerg), Stephano nous montre la différence de niveau apparente à cette période avec Dayshi en illustrant ses propos par la Dreamhack où le Terran eut un résultat assez mitigé.

Un showmatch d’exception

Certains s’en souviennent probablement, le 26 juillet 2013 se jouait un BO5 de folie, 5 games sublimes et extrêmement serrées entre les 2 occupants du Top Fr. Au cours de cet évènement O’Gaming au Sucre à Lyon, se fut officiellement l’annonce de la retraite de Stephano, après une victoire 3-2 du Terran Millenium.

Dayshi, en pleine concentration lors de l'O'Gaming Summer Party

Dayshi, en pleine concentration lors de l'O'Gaming Summer Party

Les ambitions de Dayshi nous semblaient alors assez claires : devenir le meilleur joueur français et succéder ainsi de la plus belle des manières à Stephano.

Cependant, nous sommes en droit de nous demander, en cette fin d’année synonyme de bilan, ce que Dayshi a réalisé au cours de 2014.

Une progression à tous points de vue

Il serait faux de dire que le joueur Millenium n’a pas représenté la France. Présent plusieurs fois en WCS Premier ligue, Dayshi reste un des meilleurs (voir le meilleur, au vu de sa première place au championnat francophone) joueurs français ET européens. À une période, il était connu pour son TvZ, parmi les meilleurs mondiaux, ayant vécu des hauts mais également des bas. Le niveau de Dayshi peut être qualifié en « dents de scie », pouvant nous montrer le meilleur mais aussi du moins bon. Ceux qui le suivent se souviennent très probablement de sa magnifique performance à la Home Story Cup IX, accédant au top 4 de la plus belle des manières, notamment en remportant un TvT de folie contre Bomber. En nous montrant un niveau aussi élevé, il prouve qu’il n’est pas au niveau où il devrait être la majeure partie du temps.

L'explication

Dans un post sur sa page Facebook, il dit que lors de cette année, « il y a eu beaucoup de tournois, beaucoup d’échecs et quelques réussites » mais il parle également des attentes que les français avaient de le voir « décrocher le genre de titre que Stephano s’amusait à remporter ».

Mais alors, pourquoi le joueur Millenium n’a-t-il pas remporté ce fameux titre malgré de très bonnes performances ? Et bien, la raison semble toute trouvée…

La satisfaction

Tout simplement, comme le montre encore une fois sa performance lors de la HSC. D’après ses dires, son but n’est pas et n’était pas de chercher la victoire avant tout mais de prendre du plaisir, la passion d’un passionné faisant ce qui lui plaît. Pendant longtemps, il se sentait « mal à l’aise » vis-à-vis de nous et de Millenium « de ne pas vouloir être ce grand champion ». Un an auparavant, il disait, ou du moins semblait grandement, vouloir devenir le nouveau Stephano, avec des débats ne les regardant que tous les deux, et maintenant nous avons une petite contradiction tout de même. Ce changement de cap de carrière est tout à fait justifié, résultat d’une expérience acquise aux cours des mois.

Normalement, l’expérience comble les variations de mécanique par une meilleur connaissance du jeu, une vue global qui fait toute la différence, peu importe les APMs.

Le problème des foreigners

Ces mauvaises périodes viennent d’une lassitude, d’une rigueur coréenne qui n’est pas européenne, d’une motivation qui ne sera jamais de fer sur une longue durée, d’un éparpillement dans les jeux. Nous avons tous besoin de nous relâcher, nous ne sommes pas des machines mais quand il dit que StarCraft 2 est son métier et qu’il doit y passer au moins 5 heures par jour et ensuite 5 ou 10 heures à d’autres jeux comme Heroes of the Storm, il y a quelque chose qui en agace certains. Jamais un joueur ne s’est maintenu, ou n'a accédé au haut niveau, en s'entraînant sur une durée aussi peu importante. StarCraft 2 est un jeu extrêmement exigeant, parfois dégueulasse tant l’investissement en temps est important pour pouvoir progresser. Quand nous comparons un ForGG s'entraînant plus de 10 heures par jour et Dayshi, nous ne pouvons être surpris de la différence de niveau.

Une "M Curse"

Pouvons-nous parler de « M Curse » pour les joueurs français ? Très probablement. Cette « M Curse » est le fait que les joueurs français ne voient pas Millenium comme un tremplin pour progresser, exploser en termes de capacité, mais simplement comme un but, une consécration. Connue plutôt sur League of Legends, la « M Curse » semble s'appliquer aussi à Dayshi et à d'autres joueurs. Son arrivée dans la meilleure équipe française peut être vue comme un accomplissement plus que comme un tremplin pour progresser et exploser. Avec un salaire convenable et les meilleures infrastructures d'Europe, pourquoi s'entraîner davantage que 5 h par jour après tout ?

Sans vouloir glisser sur un autre sujet, les coréens ne sont pas meilleurs parce qu’ils sont coréens, aucune prédisposition génétique ne leur confère ces compétences. C’est simplement l’acharnement, le travail et la rigueur qui permet cela, comme dans toutes les autres disciplines : seul le travail paye.

Les coréens ne s’entraînent pas à la légère.

Les coréens ne s’entraînent pas à la légère.

La plupart des joueurs pros ou semi-pros français sont très jeunes, et nous sommes témoins de gamineries récurrentes entre eux. C’est un manque de rigueur, de maturité qui explique très probablement les variations de niveau de Dayshi, des joueurs pros français de SC2, et de la plupart des joueurs foreigners.

Une carrière plus globale : l’eSport

Malgré ces petites irrégularités de niveau, Dayshi a été la valeur sûr Française sur StarCraft 2. Montrant mainte fois un niveau Européen et présent sur de nombreux gros tournois sans pour autant y briller avec éclats. Son niveau s'est nettement amélioré pendant cette année 2014, nous rendant admiratif par des moves et games de folie.

Il y a une chose sur laquelle je suis particulièrement d’accord avec lui : Starcraft 2, et plus généralement les jeux, ne sont que des supports interchangeables pour une carrière plus globale : l’eSport.

Un joueur français remportera un tournoi majeur sur Starcraft 2, c'est certain. Sera-ce Dayshi ? Lilbow ? Peut être, c’est tout le mal que nous leur souhaitons. Peu importe le joueur, c’est une compétition et les meilleurs y parviendront.

Une citation est toujours mieux pour finir un article, pour faire un poil plus classe. Prenons celle d’un grand monsieur qu’est Ben Parker : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », quand nous avons du talent, nous nous devons de l’exploiter.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

1 commentaire

cazo
cazo - 13/01/2015 11h11

Superbe article, une vision tres juste de la différence entre Europeen et Coreen.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.