d

05 mars 2019 - Mantrente StarCraft 2

Des clics et des Hommes : Denver

Des clics et des Hommes : Denver

Ils sont joueurs professionnels, commentateurs, entraîneurs ou encore journalistes. Tous ont un point commun : l’e-sport. S’ils sont aujourd’hui connus et reconnus dans leurs professions c’est grâce à leurs performances. Exposés aux yeux de tous sur scène ou lors d'émissions, leurs prestations sont jugées en permanence. Mais qu'en est-il de leur vie une fois le stream, ou la partie, terminé ? Comment sont-ils devenus pour certains des références dans leur secteur ? Dans l'optique de découvrir et comprendre cela nous sommes partis rencontrer diverses personnalités de l'e-sport afin d’essayer de découvrir qui sont les femmes et les hommes derrières les micros et claviers.

Pour ce premier volet nous sommes allés à la rencontre de Denver. Membre du top FR Starcraft II depuis de nombreuses années, Clément ne cesse de repousser ses limites tournoi après tournoi. En parrallèle il doit aussi gérer sa passion pour le sport et ses études. Un exemple parfait pour débuter et essayer de comprendre la vie d'un joueur semi-professionnel sur Starcraft II.

Denver, dinosaure du circuit français.

Sur la scène foreigner Starcraft II le pseudo de Denver est loin d’être inconnu. Du haut de ses 21 ans, le joueur zerg est l’une des références dans l’hexagone. Fidèle aux Underdogs, compétition organisée par O’Gaming TV, qu'il a remportés à trois reprises et habitué des tournois nationaux, le jeune homme n’a plus grand chose à prouver à ses compatriotes. Bien sûr, être dans le top 10 de son pays est remarquable mais Denver ne souhaite pas s’arrêter là. En effet, ce dernier est régulièrement inscrit aux rendez-vous européens immanquables tels que la HomeStory Cup XVIII, les IEM Katowice et prochainement les WCS Winter. Déjà passé par plusieurs structures internationales, le joueur Infinity Gaming, possède une expérience intéressante de la vie semi-professionnelle dans l'e-sport. Aujourd’hui certains diraient que Denver peut faire office de mentor pour la jeune garde française, à l'instar de Clem qui lui aussi a récemment signé chez Infinity Gaming. Comme chacun, Clément n'a pas que Starcraft II dans sa vie. En effet son quotidien mêle famille, études, sport et Starcraft II. Il lui faut donc trouver un équilibre afin d'allier obligations, résultats et plaisir.
 

 

Denver : « Je trouve ça important de faire des choses variées pour avoir plus de recul sur ce que je fais... »
 


Denver, ici à la DreamHack Valencia
(Photo : Abraham Engelmark)

 

Peux tu te présenter, Clément Coste alias Denver ?
Salut ! Je m'appelle Clément, j'ai 21 ans, je suis passionné de basket-ball et de jeux vidéo et je fais mes études à Lyon. Sur Starcraft II je joue la race zerg sous le pseudo de Denver. Une référence au dessin animé « Denver le dernier dinosaure ». Aujourd’hui je joue pour l'équipe américaine Infinity Gaming.

 

Actuellement tu es l'un des meilleurs joueurs français sur Starcraft II et tu participes régulièrement à des compétitions internationales. Comment tout cela a-t-il débuté ?
L'aventure a commencé quand j'étais tout petit et que je regardais mes deux grands frères (Herman et knolz) jouer aux jeux vidéo. J'ai logiquement suivi le mouvement en jouant aux mêmes jeux qu'eux, tels que Counter-Strike, Warcraft 3, Call Of Duty 4 puis Starcraft II quand on me l'a offert à Noël en 2010. Depuis, comme tu l'as compris, j'y joue encore !

 

Comment arrive-t-on à gérer une carrière sportive et les études puis un emploi ?
Pour être honnête ce n'est pas simple... J'ai dû arrêter le basket en tant que joueur car ça ne collait pas avec mes études. Cependant j'arrive encore à être dans l'univers du basket en arbitrant des matchs. Pour réussir les études il a fallu que je mette en place une organisation très rigoureuse et plutôt périlleuse. En effet parfois il arrive que les qualifications des WCS (ndlr : circuit majeur Starcraft II) tombent en même temps que des partiels. Malheureusement, les années précédentes c'est arrivé plusieurs fois mais en 2019 j'ai de la chance puisque les tournois offline ou qualifications online tombent à de bonnes dates dans mon calendrier. Je vais donc pouvoir me rendre à la plupart si ce n'est la totalité des tournois proposés sur le circuit WCS. À mon avis, il est important de faire des choses variées pour avoir plus de recul sur ce que je fais sur Starcraft. Dans mon cas j'allie les cours, le basket et les jeux vidéo.

 

Parlons de ta famille et de tes amis. Quel regard portent-ils sur ta carrière ? Ont-ils été moteurs pour t'aider à forger cette carrière e-sportive
Mes parents sont plus logiquement concentrés sur mes résultats scolaires que mes résultats sur Starcraft (Rire). Pour être sincère de leur côté c'est mitigé. Il y a bien sur du soutien mais aussi de la crainte que j'investisse trop de temps sur Starcraft et pas assez dans mes études. Pour mes frères je vois ça différemment puisqu’ils connaissent bien le milieu des jeux vidéo donc leur vision envers ma carrière est plutôt positive. Quant à mes amis,  ils me posent des questions de temps en temps et certains me suivent quand je pars faire un tournoi offline. Je peux donc dire que mon entourage est moteur et c'est ce qui m'aide à avancer.

 

Depuis quelques mois tu es membre de la structure Infinity Gaming. Qu'est ce que cela t'apporte de faire partie d'une structure ? D'un point de vue sportif et financier.
Infinity Gaming me permet d'aller à tous les tournois offline sans dépenser un seul de mes sous. En tant qu'étudiant ce n'est pas forcément évident d'aller un mois en Allemagne, un autre au Canada puis un autre encore en Pologne pour faire des tournois. De plus tous ces tournois se déroulent souvent dans une période de six mois. En plus du défraiement de mes déplacements je dispose d'un salaire. Hormis l'aspect financier, je voulais une équipe qui soit déjà implantée sur Starcraft, qui sait de quoi elle parle et possède un projet précis. Je savais que je ne voulais pas d'une équipe qui paie des joueurs, qui n'y connait rien au jeu et s'attend à des résultats souvent incohérents. Chez Infinity Gaming, les dirigeants sont à l'écoute des joueurs, ont un staff bien structuré et c'est pour ça que je les ai rejoints.

 

Comme on le sait, cela fait pas mal d'années que tu es dans le circuit semi-professionnel/professionnel de Starcraft II. Comment analyses-tu l'évolution de la scène dans le temps ? Aujourd'hui par exemple on voit de plus en plus de joueurs foreigner venir s'essayer au circuit coréen, est-ce bien selon toi ?
Je dirai que la scène se porte de mieux en mieux, avec une répartition des récompenses dans les tournois de mieux en mieux réalisée. Malheureusement je trouve que Blizzard compte trop sur la communauté pour constituer les « cashprizes » via les warchests et achats dans le jeu, et mettent moins de sous qu'avant. Je ne suis pas convaincu de cette manière de faire. Concernant la participation des foreigners dans le circuit coréen, c’est vrai qu’ils sont pas mal à tenter l’aventure pour s'entraîner. Je pense que la différence de niveau entre foreigners et coréens s'est vraiment rétrécie et certaines métas, par exemple en ZvZ, sont meilleures côté EU en ce moment. Concernant la GSL, je ne trouvais pas ça juste d'avoir des foreigners en GSL et d'interdire les coréens dans notre circuit WCS. C'est toujours marrant de voir un foreigner faire un parcours incroyable parmi tous les coréens, mais ces derniers subissaient le système. Heureusement Blizzard commence à instaurer des règles pour rééquilibrer les choses.

 

Tu as 21 ans, une carrière Starcraft II bien lancée et des résultats satisfaisants. Penses-tu déjà à l'après Starcraft ? Si oui que penses-tu faire ou qu'aimerais tu faire ?
Je me le suis déjà demandé à vrai dire. Est-ce que je voudrais m'investir dans un nouveau RTS et y passer autant de temps que j'ai pu passer sur Starcraft ? Est-ce que le jeu me plaira ? Est-ce qu'il y aura une scène compétitive ? Est-ce que je devrai passer à autre chose ?... Si j'arrive à retrouver les mêmes sensations que sur Starcraft II, je serai là.
J'aimerais bien retrouver l'ambiance des terrains de basket en tant que joueur, reprendre le piano, passer plus de temps avec mon entourage aussi ! Mais pour l'instant j'ai décidé de consacrer la majeure partie de mon temps à Starcraft, parce que c'est là que je prends le plus de plaisir et où j'ai envie de me donner à fond à chaque tournoi.

 

On remarque que l'image de l'e-sport évolue un peu plus chaque année. De ton point vue est-ce vrai ? Quel est l'avenir de l'e-sport au sein du paysage sportif selon toi ? Serait-il possible qu'un jour on assiste à une partie de Denver en prime time sur une chaîne de télévision ?
Pour moi l'e-sport c'est une sorte de nydus. (ndlr : référence à une capacité Zerg sur Starcraft II) Les gens entendent parler de plus en plus de « CANAL DE NYDUUUUUUS » arriver dans leur pays et se rendent compte que c'est déjà quelque chose de gros, très développé et structuré mais qui malheureusement subi encore trop de préjugés de la part des médias. Le nombre de choses erronées qu'on peut trouver lorsqu'ils abordent les jeux vidéos est malheureusement trop courant... On a quand même l'occasion de voir des reportages ou documentaires qui présentent l'e-sport comme une discipline sportive, chose que je supporte totalement. Je n'ai aucun doute sur le fait qu'un jour des compétitions de jeux vidéo seront diffusées sur plusieurs chaînes de télévision quotidiennement, en plus de JT, des news des jeux vidéo (ce qui existe déjà mais pas forcément en clair), et que l'on dépassera les audiences des sports les plus populaires à l'heure actuelle. Mais j'aurai sûrement pris ma retraite e-sportive quand tout cela arrivera !


Vous l'aurez compris. Grâce à un équilibre obtenu entre famille, basket et études, Clément parvient à obtenir de très bons résultats lors de ses tournois. Si vous souhaitez suivre l'actualité de Denver, rendez-vous sur son compte Twitter ou sur sa chaîne Twitch

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.