d

05 oct. 2016 - Shoam Divers

Dishonored 2 : Le retour de l'homme au masque de fer

Dishonored 2 : Le retour de l'homme au masque de fer

Après un premier épisode réussi sur la génération de consoles précédente, c’est sans surprise que le studio lyonnais Arkane Studio nous offre la suite de Dishonored. Annoncé en grande pompe par Bethesda lors de l’E3 2015, nous avons aujourd’hui pu mettre la main sur une petite partie du jeu en avant-première. Il est temps de se remettre dans la peau de Corvo, ou d’Emily Kaldwin.

​Ce sont donc bien deux protagonistes que nous pourrons incarner au choix dans chaque mission. Tout d’abord Corvo, que les joueurs connaissent bien, toujours affublé d’un masque terrifiant et de pouvoirs extrêmement dévastateurs. Emily, la nouvelle venue, ne nous est pas inconnue : il s'agit ni plus ni moins que de la nouvelle impératrice qui, 15 ans plus tôt, n'était alors qu'une enfant (les joueurs se souviendront d’elle lors du début assez touchant du premier épisode). Elle est devenue une belle et puissante assassin. Si un foulard remplace le masque de Corvo, ses pouvoirs ne font guère pâle figure à côté de ceux de son mentor. Là où Corvo est un homme qui peut tenir plus longuement au corps à corps, Emily usera de sa discrétion pour établir une stratégie, afin d’éliminer rapidement, et sans bruit, ses ennemis. Prendre en main l’un ou l’autre nous permet de retrouver les sensations grisantes d'un chasseur tapi dans l’ombre, prêt à bondir sur sa proie.

 


Les attaques dans le dos sont toujours aussi excitantes.

 

Nous avons pu nous essayer à la pratique lors d’une mission très impressionnante en terme de level design. Appelée « Le Manoir Mécanique », il s’agit en réalité d’une demeure qui a la particularité de se transformer complètement, en activant les nombreux leviers parsemés dans le niveau. La partie intéressante, c’est que cette transformation permet au joueur de se faufiler par des interstices et d’accéder aux nombreux recoins que cachent la maison. D’ailleurs, les ennemis ne sont plus seulement humains : de puissants soldats mécaniques s'inviteront aussi à la fête. Les pouvoirs de nos héros devront être utilisés à bon escient pour venir à bout des énigmes de l'étrange maison.

Ce qui fait l'intérêt de la licence est encore plus prononcé dans cet épisode : il est possible de massacrer tout le monde dans le manoir, ce qui aura des conséquences sur la fin de l’aventure ; tout comme il est possible d’épargner des vies, et même de se débarrasser de la cible sans verser une goutte de sang. Cette voie pacifique demandera toutefois ruse, réflexion et habileté pour réussir les niveaux sans perte de vie humaine.

 


Le détail de chaque élément est éblouissant.

 

Enfin, graphiquement, le nouveau moteur de jeu maison, le Void engine, fait vraiment honneur au style bien particulier du jeu. Le rendu comics démarque réellement la série des autres univers Steampunk. Si dans le premier Dishonored les textures étaient visiblement peintes à la main ; dans ce deuxième épisode ces textures laissent place à une modélisation 3D proche du concept art. Karnaca, le nouveau terrain de chasse, est une ville coloniale de l’Empire qui tranche radicalement avec les rues sombres de Dunwall. Le lieu donne ainsi une atmosphère lumineuse et des couleurs bien plus chaudes à l’environnement ambiant.

En conclusion, après avoir déambulé dans les couloirs de cette preview, nous n'avons aucun doute que les développeurs ont su garder ce qui a fait l’essence du premier Dishonored, tout en gommant certaines imperfections. Plus beau, plus prenant et surtout plus exaltant, on espère que les autres niveaux seront tout aussi enthousiasmants que le Manoir Mécanique du sieur Jindosh. Réponse le 11 Novembre.


 

Acheter ce jeu avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.