d

06 avr. 2016 - MMC Divers

Doom : un week-end en enfer

Doom : un week-end en enfer

Doom, le légendaire FPS qui lança le genre au point qu'il fut longtemps appelé presque entièrement par le terme « doom-like », revient. L'annonce a été faite à l'E3 de l'année dernière (et probablement même auparavant, mais c'est là que l'annonce la plus publique fut faite). Et ce week-end pour les précommandes avait lieu la bêta fermée du multijoueur. La rédac' O'Gaming a mis les doigts dessus, et voici notre avis.

Déchaînez les enfers!

La première chose à noter est ce qu'on peut tester au juste dans cette bêta. Quinze niveaux de profil multijoueur, deux modes de jeux, deux cartes (chacune sur les deux modes de jeux), six armes et un personnage. Mais la première chose faite, c'est une partie bien sûr, puisque tout cela se débloque avec le temps. On a déjà le choix entre les deux modes de jeux, mais pas les cartes. Notez que puisqu'aucun mode n'est mis en avant, si le jeu n'est pas un succès en multijoueur on risque de ne pas trouver d'adversaire. En effet chacun voudrait jouer à son mode préféré et cela disperserait la faible communauté. Surtout qu'en fouillant les statistiques de votre profil, vous voyez vite qu'il y en aura six. Certains sont plus mystérieux comme un certain mode de jeu lié à des clans, mais de toute façon on ne sait rien d'eux à part le Team Deathmatch et le Warpath. Celui-ci est intéressant, il s'agit de défendre une zone qui a la particularité de se déplacer sur la carte. Pas brusquement, en se téléportant, mais en glissant lentement le long d'un chemin prédéfini et indiqué. De quoi empêcher de fortifier l'endroit.

Après quelques minutes de jeu arrive l'autre grosse surprise. En plus des variantes d'armes, des quelques bonus, et de l'arme spéciale unique présente sur la carte, une rune démoniaque apparait régulièrement. Celle-ci doit alors être prise par un joueur qui devient un démon. Seul le Revenant était disponible sur cette bêta, un lance-roquette monté sur jetpack (c'est lui sur l'image de cet article). Mais de même que pour le modèle du personnage que vous jouez, tout laisse à penser que d'autres seront disponibles. Pour le démon, c'est parce qu'on vous demande de le choisir au début de la partie (celui que vous jouerez quand vous aurez la rune). Pour le modèle, c'est dans le menu de personnalisation de votre apparence. Vous pouvez y changer des éléments de l'armure, ajouter des motifs et changer les couleurs, ainsi que faire de même avec les armes, mais un onglet ne propose qu'un choix, celui de la « base d'armure ». Si celui-ci existe, cela veut néanmoins dire que d'autres modèles d'apparence de base existeront à terme.

Fourbissez vos railguns les amis

Bien qu'assez joli, ce n'est pas par les graphismes que vous serez conquis avec cette bêta, c'est avant tout le gameplay qui est mis en avant. De même, pas de musique en jeu, juste durant les menus. Alors concentrons sur le gameplay. Six armes sont proposées avec chacune deux modes de tir. Rien de très exceptionnel puisque le fusil de sniper avec sa lunette de visée, le fusil à pompe (lui aussi avec un mode alternatif de « visée » toute relative) et le fusil d'assaut sont présents. Un peu plus original, le fusil électrique tire en continu à courte portée, avec un mode alternatif qui balaie une zone à la manière d'un lance-flamme électrique. Le fusil à plasma propose un gameplay de fusil à pompe bis, avec une grenade en tir alternatif là où le fusil d'assaut avait une lunette de visée. Enfin, beaucoup plus intéressant, un fusil longue portée similaire au fusil de sniper. Mais là où celui-ci, le « Vortex Rifle », avait un mode de tir alternatif qui augmentait sa charge progressivement, cet autre fusil, le « Static Rifle », charge quand vous bougez, et se décharge de sa puissance de feu quand vous êtes immobile, que vous visiez ou pas. Un fusil de sniper mais qui pousse à sauter et bouger en permanence, en somme.

Au final, cette bêta est assez convaincante. Bien qu'assez « casu » dans son gameplay, le jeu garde une pêche agréable et propose quelques idées originales, et on en a vu que le début. Les mécaniques de double saut et d'accroche aux corniches dynamisent beaucoup le jeu, comme les téléporteurs et les étages nombreux. La rune démoniaque, l'arme ultime et les bonus (dégâts triples et multiplicateur de vitesse de déplacement) permettent des objectifs alternatifs. Finalement le succès de ce multijoueur viendra non pas de sa qualité, qui est désormais prouvée sans trop de soucis, mais de deux autres points. La qualité de son mode solo, qui conditionnera l'achat du jeu pour beaucoup de fans de la première heure ou juste d'hésitants. Et le succès de ses concurrents des prochains mois, et en la matière il y en a. En terme de FPS dynamique et rapide on pense à Overwatch et Battleborn, bien que les classes et les niveaux les placent plus sur un secteur proche de Team Fortress que de Quake ou Doom. Aucun risque du coté de Quake puisqu'il s'agit du même studio, mais Unreal Tournament est en phase de pré-alpha ouverte pour son nouvel opus, et c'est entre ces deux géants que la bataille se déroulera, comme à l'époque de Quake Arena et Unreal Tournament 200X. On ne rajeunit pas.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.