d

17 déc. 2014 - Vandwyn Divers

Dragon Age: Inquisition, mérite-t-il son titre de Meilleur jeu de l'année ?

Dragon Age: Inquisition, mérite-t-il son titre de Meilleur jeu de l'année ?

Dragon Age : Inquisition. Doit-on vraiment dire plus que cela ? Le nom du jeu ne suffit-il pas à lui seul ? Élu Meilleur RPG et Meilleur jeu de l'année aux Game Awards 2014, il semble sans reproche, sans imperfection. Alors faisons un rapide tour des mécaniques du jeu, pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, et vérifions s'il mérite bien ses prix en le comparant à ses concurrents.

Dragon Age : nec pluribus impar

Ouais, j'avais envie de mettre un peu de latin. Commençons par revenir sur le jeu dans un aperçu rapide. Il s'agit d'un RPG disposant de quelques aspects de stratégie. D'ailleurs, notez que vous pouvez choisir de vivre l'expérience en mélangeant ces deux aspects ou en vous concentrant sur un seul, les deux sont pour cela tout à fait viables. Je vous conseille par ailleurs de faire le jeu deux fois pour profiter de cette occasion car ce seront deux aventures totalement différentes que vous vivrez. Du point de vue RPG, vous vous attacherez surtout à votre personnage, le grand héros de l'histoire malgré lui. Vos partenaires seront là pour le soutenir, combler ses faiblesses, renforcer ses atouts, ou tout simplement l'accompagneront parce que les interactions de dialogue sont plus funs. La façon dont vous appréhenderez la composition de l'équipe risque d'être différente avec un point du vue plus tactique. Vous n'avez plus vraiment de personnage central, au contraire vous chercherez à intégrer votre personnage de façon à créer une bonne synergie, et vous considérerez chacun avec équité. Les phases d'affrontement deviennent également très différentes, l'une vous plonge dans l'action en temps réel, alors que l'autre vous offre une vision plus globale avec un déroulement pas à pas. Pour autant vous n'êtes pas cloisonné dans l'un ou l'autre style, et si la situation l'exige plus ou moins, ou si l'envie vous en prend, vous pourrez switcher entre les deux. Commencer le combat contre un dragon par la stratégie pour, une fois l'équipe en place, prendre le contrôle direct des personnages, quitte à sauter des uns aux autres, apporte un sentiment d'accomplissement et d'immersion unique en son genre. Retenez bien cet aspect du jeu, que j'appellerai « cross-gameplay » par la suite, et passons aux autres mécaniques !

Bon, on va décider qui y va à la courte-paille !

En RPG digne de ce nom, Dragon Age : Inquisition vous propose également de l'exploration, de l'artisanat, des quêtes... Et tout cela, vous ne pourrez pas passer à côté. Chaque élément du jeu est important et vous aide à progresser, et s'avère plaisant à vivre. C'est en explorant les contrées qui s'offrent à vous que vous découvrirez de nouvelles quêtes, de nouveaux compagnons, des panoramas magnifiques, récolterez des composants pour équiper votre armée ou vos personnages. Chaque quête est scénarisée, on en vient rapidement à oublier la trame principale, et au final elle se confond avec le reste de votre aventure pour créer une expérience agréable et sans changements brutaux où vous avez vraiment l'impression de faire ce que vous voulez, quand bon vous semble. Vous pouvez même passer à côté de certaines choses selon l'ordre dans lequel vous accomplirez les tâches qu'on vous confiera.

Côté profondeur de jeu, il faut s'intéresser aux différents traits de spécialisation. Chaque personnage s'inscrit dans une catégorie : guerrier, voleur ou mage. Les guerriers pourront devenir de solides combattants capables d'encaisser les coups et de concentrer l'agressivité de vos adversaires, ou de puissants pourfendeurs équipés d'armes imposantes. Les voleurs infligeront de lourds dégâts, en restant à l'écart grâce à leur arc ou en passant dans le dos des ennemis grâce à leur furtivité pour les poignarder ou poser quelques pièges. Enfin les mages soutiendront toute votre équipe avec des sorts défensifs, des entraves, ou déclencheront les enfers avec une violente magie sur le champ de bataille. Vous aurez également pour chaque personnage des talents uniques qui décideront peut-être de qui sera dans votre liste de favoris.

Je vais m'arrêter là, en ce qui concerne l'approche du jeu. Intéressons-nous maintenant au comparatif avec les autres jeux présents dans les catégories Meilleur RPG et Meilleur jeu de l'année des Game Awards 2014.

Dragon Age vs. Dark Souls 2

Présents dans les deux catégories, ces jeux se sont affrontés et c'est Inquisition qui ressort gagnant. Soyons réalistes, soyons francs. Si Dragon Age propose clairement plus de choses que Dark Souls 2, ce dernier a plus de profondeur dans son contenu propre. Si le bébé de From Software et Bandai Namco n'a pas pu remporter les deux titres, c'est sans doute parce qu'il se concentre sur l'aspect die & retry (ou try & die, tout dépend de comment vous préférez appeler ce genre) ; le contenu RPG devient alors un moyen et non une fin. Dans Dragon Age : Inquisition, toutes les mécaniques sont indispensables à la progression et seront au centre de l'attention du joueur. Pour autant, il faut bien reconnaître que les affrontements, en prenant le contrôle d'un personnage, sont plus épiques dans Dark Souls 2, notamment à cause du niveau d'exigence du jeu couplé à un système de combat bien pensé. Côté ambiance, pour moi c'est l'égalité entre ces deux jeux. Chacun réussit à nous plonger dans son univers et nous donne envie de l'explorer, de le connaître, et surtout d'y retourner.

Un jour, je sauverai le monde. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, je profite du paysage.

Dragon Age vs. Hearthstone

Comparons ces deux jeux sur ce qui est comparable. Très éloignés l'un de l'autre, ne serait-ce que par leur genre, ils ont tout de même le côté stratégie en commun, bien que l'approche soit différente. Évidemment, le jeu de Blizzard l'emporte haut la main. Bien que les combinaisons entre les classes de Dragon Age soient intéressantes, que les combos entre les capacités puissent s'avérer puissantes, cela n'a rien à voir avec ce qu'il est possible de faire avec un jeu de cartes purement stratégique. Mais, attendez, on est bien en train de parler d'un RPG là, non ? Et on peut se permettre d'en extraire un aspect, en l'occurrence le gameplay stratégique, comme si c'était un jeu à part, alors que ce n'est pas du tout sa composante centrale ? C'est... énorme. Le cross-gameplay est une véritable force de Dragon Age : Inquisition, et pour être tout à fait honnête, c'est sûrement ce qui lui a fait gagner son prix du Meilleur jeu de l'année. Il y a beaucoup de jeux qui proposent différentes mécaniques, qui couplent plusieurs genres. Malheureusement, dans la grande majorité des cas, on s'aperçoit qu'ils sont d'un niveau moyen sur l'ensemble. Ce n'est pas le cas de Dragon Age qui réussit deux prouesses. La première est de proposer un contenu d'une grande qualité dans sa globalité, la seconde c'est que si vous n'aimez pas l'un de ces aspects, ou si vous voulez vous en passer, le jeu ne perd pas de sa saveur. Et, mine de rien, pouvoir jouer comme on le veut, adapter le jeu à soi, n'est-ce pas aussi ce que nous propose un TCC comme Hearthstone ? S'ajoute à cela la possibilité de changer d'approche n'importe quand dans le jeu et de vivre une tout autre expérience.

C'est l'heure du du-du-du-duel !

Dragon Age vs. Shadow of Mordor

À priori ces deux jeux sont proches, et pourtant si on y pense ne serait-ce qu'un petit peu, ils n'ont rien à voir. C'est pourquoi j'ai choisi de parler du scénario pour cette comparaison. Là, on touche un petit point sensible, des deux côtés. C'est quelque chose qui pêche souvent dans les jeux Triple-A, où l'histoire part rapidement dans les clichés pour se concentrer sur des valeurs sûres. On a du mal à sortir du lot, à surprendre le joueur, on se contente souvent de lui coller un background flou mettant en valeur le personnage principal, et tout le monde est content. Shadow of Mordor fait ça très bien, dans le sens où avec ce genre de contraintes on se sent quand même concerné par Talion et ce qu'il lui arrive. Je salue d'ailleurs tout simplement l'introduction du jeu qui contribue grandement à ce ressenti et qui pour moi, au risque d'en surprendre beaucoup, est le moment le plus réussi du jeu. Concernant Dragon Age : Inquisition, ce qui va faire sortir l'intrigue des gonds classiques, ce sont les options de dialogue qui ont toutes un impact, et les interactions avec les autres personnages. Certains joueurs se fichent de cet aspect et comme je l'ai déjà dit, vous pourrez vous en passer. Mais pour ceux qui ont l'histoire à coeur, c'est très appréciable et donne un petit coup de rejouabilité supplémentaire. Personnellement, j'aime pouvoir m'approprier le personnage principal d'un jeu, alors je vais placer Dragon Age au-dessus.

Qui m'aime me suive !

Dragon Age vs. Divinity

Deux jeux très complets, très bons, issus de licences bien connues du RPG. Néanmoins, je trouve que Divinity : Original Sin s'apprécie plus en jouant avec un ami que seul. Alors qu'en est-il du mode multi de Dragon Age : Inquisition ? Les possibilités de jeu afférentes à ce mode sont liées à votre progression en solo. C'est un peu dommage, car on retrouve en quelque sorte le même jeu mais bridé par plusieurs bouts, le temps d'aller faire quelques quêtes et d'explorer le monde avec des amis. Il n'y a donc pas de réelle plus-value à jouer en multi sur Dragon Age, là où Divinity s'enrichit. Pour le coup, je pense que si Dragon Age mérite son titre de Meilleur jeu de l'année, c'est Divinity qui aurait dû remporter celui de Meilleur RPG.

Je veux le même en peluche.

Conclusion

Allez ! Prends-la ta note maximale ! Tu l'as bien méritée. Dragon Age : Inquisition est un jeu formidable, avec une durée de vie hallucinante, une rejouabilité hors du commun, des mécaniques très variées et bonnes, une immersion totale et entièrement soumise à la volonté du joueur. Que dire de plus ? C'est le meilleur, voilà tout ! Certes, ce n'est pas la révélation graphique de l'année, ni de l'IA adverse, mais ses défauts ne sont que de minimes reproches face à une belle réalisation. Il ne reste plus qu'à espérer qu'il inspirera nombre de studios pour que l'ensemble des jeux vidéos s'en retrouvent impactés et que 2015 soit bel et bien l'année inoubliable qui se profile à l'horizon.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

2 commentaires

Towely
Towely - 17/12/2014 19h54

Le seul bémol que j'ai trouver a DA inquisition c'est l'absnece de sondal, pour faire quelques ENCHANTEMENTS !! :D Mais bon, c'est mineur, et si a se trouve, je l'ai juste pas trouvé, merci pour cet article OGTV DA Inquisition est un jeu formidable et je suis content que vous y avez consacrer du temps

Pelthis
Pelthis - 18/12/2014 12h33

Pour ma part j'ai profondément détesté ce jeu. Le scénario est plus que quelconque (surtout que les "choix" à part le classique mage/templier et la quête à Orlaïs, sont pas légion non plus). Le gameplay avec l'interface consolisée à souhait les problèmes de caméra etc... plus que déplaisant.
Les "200 heures de contenu" sont complètement bidon. Les quêtes annexes sont du contenu 100% MMO "va tuer machin, va looter truc et ferme 5 ou 6 failles pendant que tu y es". Même les quêtes annexes liées aux compagnons atteignent le niveau zéro de la scénarisation.
Graphiquement c'est joli, oui. Mais 1) c'est pas ça qui fait un bon jeu à mes yeux (même si c'est toujours un plus) 2) The Witcher 2 sorti il y a 3 ans et demi est tout aussi agréable à la vue. Alors que en 3 ans et demi en informatique, c'est tout un monde qui est censé passer.
Sans compter la fin qui est très plate, un combat on fait la fête et ggwp. Et surtout qui ne répond pas au quart de la moitié des questions, en mode "on vous prépare des DLC, on veut vous traire comme des vaches à lait donc vous allez devoir débourser plein de sous pour connaître la "vraie fin"".

Bref, je râlerais pas autant si je m'étais pas fait entuber de 70 euros. A 20 euros j'aurais laissé passer, mais là ça me fait mal au cul.
Du coup je veux bien lui décerner le titre de "foutage de gueule de l'année"

Sinon Divinity je l'ai fait cette année aussi et... sincèrement, il est 10 fois mieux à mes yeux.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.