d

01 avr. 2015 - Félix Divers

Dragon Ball Xenoverse : peut-on s'en contenter ?

Dragon Ball Xenoverse : peut-on s'en contenter ?

Cela fait longtemps que les contemporains du Club Dorothée ont arrêté d’espérer quoi que ce soit de la série Dragon Ball d'un point de vue vidéoludique. Surtout après une cinquantaine d’essais. Cinquante-quatre exactement. Même Ubisoft n’a pas encore atteint ce niveau d’exploitation d’une licence, c’est dire ! Avec le temps, et surtout avec la fin des opéras tenkaichi 1, 2 et 3, la communauté de manière générale avait fini par penser que les entreprises de l’univers du jeu vidéo arrêteraient cet acharnement. Mais à chaque annonce du développement d’un nouveau jeu, on continue de feindre la surprise : « Encore un ?! ». Donc je me permets de le dire avec ce Dragon Ball Xenoverse : « Encore un ?! »

Loin d’être la grosse sortie de l’année, Dragon Ball Xenoverse n’a pas subi l’abattage médiatique d’un jeu triple A, mais nostalgie oblige, les cœurs d’une génération tout entière bercée par TF1 dans le début des années 90 ont battu à l’unisson, dans l’espoir sans cesse maintenu que le Messie parvienne enfin entre nos mains. Pour ceux qui auraient eu la malchance, comme diraient beaucoup, de ne pas connaître la période 1990-2000, dites-vous que Dragon Ball était le Naruto de l’époque mais qu’il n’y avait pas l’internet. Justement ! Bien que culte, le manga n’a pas forcément traversé les générations, notamment auprès de la dernière génération de joueurs, où Naruto et Bleach lui ont largement chipé ce statut. Du coup, quel est le but de Dragon Ball Xenoverse? Faire du fan service, transmettre à la nouvelle jeunesse de nos villes et cités la passion de leurs aînés, ou les deux ?

Du changem... QUOI ?!

Pour être honnête avec vous, il me manque des éléments de réponse. À mon sens, faire un cinquante-quatrième jeu vidéo d’une série est assurément du fan service. Mais les développeurs ont préparé quelques surprises qui me laissent penser qu’il est tout de même plus dirigé vers les nouveaux joueurs. J’avancerai même que le jeu leur est destiné. Tout en sachant pertinemment que les plus anciens iraient poser leurs mains dessus, le studio Dimps a tenté l’innovation. Pour ceux ayant joué aux budokai ou tenkaichi par exemple, le lancement du jeu est pour le moins déconcertant : pas de menu, l’histoire commençant directement au combat opposant San Goku à Freezer, puis sans transition au combat contre Cell. Pas de tutoriel. Rien. Puis soudain apparaît un module de création de personnage avec des choix plus ou moins variés quant à la personnalisation.

Tous les peuples de l’univers de Dragon Ball sont disponibles, possédant chacun des caractéristiques particulières.

A la fin de la création de votre personnage, vous apparaissez au milieu d’une ville du nom de Tokitoki, face à Shenron et Trunks qui vous expliqueront ce qu’on fait là. Et heureusement car la première quinzaine de minutes de jeu est pour le moins déconcertante. Trunks nous apprend donc que l’on a été invoqué par la police du temps pour sauver l’histoire dont certains pans sont corrompus. Et je ne vais rien vous apprendre mais qui dit modification du passé, dit modification du présent et donc du futur. Cette initiative scénaristique est pour le coup plus que bienvenue pour les personnes qui connaissent parfaitement la série. Et je pense que les puristes ont déjà eu leur lot de trames calquées à cent pour cent sur le manga avec les cinquante-trois autres jeux précédents. Le scénario et la création de personnage laissent (pour la première fois depuis 1988 !) apparaître l’espoir d’un renouveau. Il ne restait plus qu’à confirmer.

C'est l'histoire d'un jeune chêne qui...

Mais c’était l’arbre qui cachait la forêt. Et je pèse mes mots. Il est honorable de la part des développeurs de vouloir innover, mais la pauvreté tant technique qu’artistique vient anéantir tout espoir.

Le jeu n’est pas aisé à prendre en main tant la gestion des mouvements dans l’espace est grossière : monter, descendre, foncer vers l’ennemi ou encore s’en éloigner est d’une imprécision étonnante quand on sait la copie rendue par certains studios. Quant aux combinaisons de combat, elles sont identiques selon les personnages et se résument à un enchaînement entre croix et carré. On en vient donc rapidement à répéter la technique qui fait le plus de dégâts selon le personnage.

Des questions ?

La musique comme les graphismes sont passables : comme noterait un professeur de collège, 11/20 pour dire qu’il attend plus de la part de son élève. Je ne suis pas le genre de personne à écouter la bande-son complète de mes jeux préférés, mais s’il y a bien un aspect qui caractérise celle de Dragon Ball Xenoverse, c’est qu’elle ne m’a pas marquée. Pour être honnête, je ne m’en souviens pas. Visuellement, le jeu s’en sort un peu mieux : bien que brouillon, le style n’est pas désagréable à l’œil, mais une PS3 aurait eu le même rendu graphique. Pour le scénario, on repassera. Au moins dans le manga, il y a une logique dans la progression de l’histoire, ce qui est, pour ainsi dire, inexistant dans cet opus : on alterne entre je vais dans le passé, je me bats, je reviens dans le présent. Un cycle dont votre personnage ne voit aucune utilité scénaristique. A la limite Goku qui veut sauver son passé, on aurait compris…

Et puis un mmo en 2015, je ne suis pas sûr que l’on puisse réellement appeler ça une nouveauté : la création du personnage est correcte mais la répartition des statistiques est plus que sommaire, la personnalisation de votre équipement est basique, bien que riche en possibilités (visuelles).

Juste passable 3,910Points positifs
  • L’aspect RPG offre quelque chose d’inédit dans un Dragon Ball
  • Bon jeu PS3…
Points négatifs
  • 50 personnages jouables, on a vu mieux même dans DBZ
  • Arnaque scénaristique
  • Pas de menu dans un jeu de combat

Bref, je ne vais pas vous faire un dessin. Le jeu n’a pas beaucoup d’arguments en sa faveur, bien qu’on puisse remarquer quelques efforts par-ci par-là. Mais bon, entre nous, on a vu bien pire. Des encouragements ! Peut-être qu’en 2032, quand plus personne ne connaîtra la série, on aura un bon DBZ en version jeu vidéo ! Rendez-vous dans 17 ans.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.