d

31 oct. 2016 - Darkkoubi Divers

Dragon Quest Builders : Minecraft ++

Dragon Quest Builders : Minecraft ++

Comme dans le reste du monde, Minecraft est un phénomène au Japon. Comme dans le reste du monde, certains surfent sur la vague. Mais certains le font avec plus de brio que d'autres. Pour les 30 ans de la saga Dragon Quest, Square Enix a décidé de reprendre la formule et de l'adapter à la sauce J-RPG avec Dragon Quest Builders. Et ce qu'on peut dire, c'est que pour une première tentative, c'est un coup de maître.

« You're The One, [Insérer le nom de votre héros] !»

Le jeu se déroule dans le monde d'Alefgard où un grand méchant du nom de Lordragon fait régner la terreur avec ses armées de monstres. Oui, vous avez bien lu, c'est le synopsis de Dragon Quest premier du nom. Mais plus qu'un simple hommage ou une relecture, Dragon Quest Builders reprend la où s'était arrêté le premier Dragon Quest, du moins si vous choisissiez la mauvaise fin. Nous sommes donc dans un monde alternatif où tout a été détruit alors que l'humanité a perdu le savoir de construire et de fabriquer des choses.

Vous commencez dans un tombeau où vous vous réveillez en ayant (oh surprise!) perdu la mémoire. Une voix dans votre tête vous explique qu'elle est la déesse et que vous êtes l'Élu, le « Bâtisseur ». Vous êtes chargé de la mission de faire revenir la lumière dans le monde grâce à vos dons, en reconstruisant pierre par pierre le monde de jadis.


 

Papa was a rolling stone

Lorsque vous arrivez dans la première ville, vous êtes interpellé par un PNJ appelé Pirin qui vous demande de lui construire une chambre. Pour construire une pièce dans Dragon Quest Builders, c'est assez simple, il suffit de murs assez hauts (de 2 blocs minimum), d'une porte et d'une source de lumière. Et voilà vous avez créé une pièce. Évidemment pour créer tout ça, vous devrez récolter des ressources pour crafter toutes ces belles choses avec votre établi de maçon.

Et c'est là en fait qu'est la vraie inventivité de Dragon Quest Builders. Toutes les quêtes sont d'une logique implacable. Un PNJ vous demande de lui construire quelque chose et pour ce faire vous devrez aller chercher des ressources. Chaque nouvelle ressource découverte est l'occasion d'explorer un peu plus le monde et de découvrir de nouvelles choses à créer. À vous les joies de découvrir du fer et puis d'en faire une armure de fer, ou alors si vous êtes plus cuistots, vous tuerez un lapin et vous pourrez vous faire un délicieux ragoût. Au fil de vos pérégrinations, vous trouverez des petits secrets bien cachés, qui vous poussent à creuser et escalader pour les découvrir tous.

En accomplissant les quêtes des PNJ, vous gagnerez des points qui feront augmenter le niveau de votre base. Contrairement aux RPG, ce n'est pas votre héros qui évolue, mais bien votre village. Votre héros évoluera grâce à vos fabrications et à vos découvertes.

Le mode histoire est divisé en quatre chapitres, avec autant de villages à reconstruire et de zones à découvrir. Vous serez amené à visiter un ancien château, un désert, un volcan et plus encore.


 

Des différences viennent l'harmonie

La première différence qui saute aux yeux entre Dragon Quest Builders et Minecraft est sans nul doute la caméra. Ici la caméra est à la troisième personne et on voit son personnage poser les pierres. Cette caméra est un des vrais points noirs du jeu. Avoir choisi la troisième personne permet évidemment d'admirer le monde magnifique d'Alefgard et la caméra passe à la première personne dans certains passages étroits. Mais à certains moments, elle a beaucoup de mal et vous devrez souvent réajuster manuellement la vue.

Puisqu'on en est à parler des problèmes du jeu, il est important de parler des combats. Gros changement pour la série Dragon Quest, ils sont en temps réel et pas au tour par tour. Mais on en serait presque a regretter le système de combat classique des DQ. En effet, ici, ça se résume à « esquive, attaque, attaque, esquive », pas de magie, pas de sorts de soins, tout est lié au craft.

Il n'y a donc pas de jauge de mana, mais à la place une jauge de satiété qui une fois vide vous fera perdre des HP, ce qui n'arrive quasiment jamais, vu les tonnes de nourriture qui sont disséminées a travers le monde.

Avec toutes ces qualités, Dragon Quest Builders se différencie de Minecraft encore plus car il propose un but au lieu d'un open world où tout est libre. Et c'est bien là que se trouve la vraie force de ce Dragon Quest Builders. On sait où on va, on sait ce qu'on a à faire, et on a un scenario pour enrober tout ça. Le jeu en est à ce point grisant qu'on se plaît à y revenir constamment pour améliorer son village, aller explorer encore plus Alefgard. Attention ce DQ est une vraie drogue.


 

 

UN COUP DE MAITRE 810Points positifs
  • La direction artistique
  • L'univers Dragon Quest
  • Prise en main très facile
  • Minecraft + JRPG
Points négatifs
  • Caméra un peu capricieuse
  • Combats simplistes

En se lançant dans une sorte de clone de Minecraft, on pouvait avoir peur pour Square Enix. Mais en reprenant juste ce qui fait le sel d'un builders et en l'incorporant dans l'univers Dragon Quest, Square Enix à réussi un coup de maître. Ce système de construction pour y gagner de l'expérience et remplir des quêtes est addictif au plus haut point. Bien plus qu'une copie, c'est une vraie réinvention de Minecraft.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.