d

03 mai 2017 - Omelette Divers

Dragon Quest Heroes 2: Menu Mc Muso Deluxe

Dragon Quest Heroes 2: Menu Mc Muso Deluxe

Alors que la franchise de Yoji Hori fête ses 30 ans cette année, et avant la sortie du futur Dragon Quest XI au coeur de l’été (du moins, pour nos amis japonais), se présente devant nous un épisode un peu spécial. L’occasion de voir ce qu’il apporte et de faire le point sur cette nouvelle “branche” de la vénérable franchise japonaise.

Depuis quelques années, on constate une montée en puissance du genre Muso, autrefois considéré par les éditeurs japonais comme des jeux de niches crées pour plaire au public nippon. Devant le succès grandissant de certains épisodes, surfant sur une franchise, tel que JoJo ou bien One Piece, on a vu le Muso se marier avec des licences de plus en plus connues et respectées, telles que The Legend Of Zelda dans Hyrule Warriors, ou dans notre cas, Dragon Quest.

Dragon Quest Heroes 2 continue dans le sillon tracé depuis l’année dernière par son prédécesseur. On a affaire ici à une hybridation entre un Muso, type de jeu qui voit s’affronter des centaines d’adversaires contre le joueur (dont le représentant le plus connu dans nos contrées est la série des Dynasty Warriors) ainsi qu’une reprise de certains éléments RPG de la série principale Dragon Quest.

On retrouve donc d’un côté le style Dragon Quest avec ses personnages dessinés par Akira Toriyama, ainsi que certains de ses ennemis plus fameux que les héros eux-mêmes tels que le fameux Slime. Et de l’autre côté le gameplay d’un muso, apportant la promesse d’ennemis à rosser par paquets de douze, et d’un framerate ne déviant presque jamais des 60 FPS promis par la série des Dynasty Warriors.

Le fameux Slime, emblème de la licence Dragon Quest

Cela n’est cependant valable que pour la version PS4 ici testée. En effet, on regrettera une performance clairement pas au niveau dans la version compilant les 2 opus sur Switch. On suspectera un manque criant d’optimisation quand, dans le même temps la console fait maintenant presque parfaitement tourner des titres bien plus gourmands tels que Zelda : Breath Of The Wild, ou bien plus proche de nous Mario Kart 8 Deluxe en 1080p et 60 FPS.

La lente évolution du muso

La première chose qui risque de vous surprendre, si comme moi, vous n’êtes pas un expert en Muso, c’est l’évolution du genre, qui par certains aspects se retrouve aujourd'hui plus proche de l’action-RPG sous stéroïdes que du bête beat them all 3D qu’il était il y a quelques années encore.

Dans ce Dragon Quest Heroes 2 on sent tout de suite une volonté de fournir une expérience améliorée par rapport au reste du genre, presque “deluxe” serait-on tenté de dire.

Vous vouliez de l’open world ? Vous l’aurez dans les trajets entre les différentes régions que le jeu vous fera traverser. Une différence importante avec le premier jeu qui se contentait d’aligner les zones de combats, ce qui pouvait donner l’impression que le jeu alignait les tableaux, sans vraiment posséder de liant.

La carte du monde de Dragon Quest Heroes 2

Vous vouliez du multijoueur, en coop en ligne ? Vous l’aurez, et après avoir discuté avec le PNJ indiqué il vous sera possible d’aller défaire du monstre par grappes d'ennemis avec 3 autres personnes.

En termes de Muso, ce DQH2 est donc encore plus complet que son prédécesseur et se permet également d’avoir un scénario un peu plus crédible. Ainsi, contrairement à des monstres soudainement devenus agressifs sans raison aucune comme dans le premier opus, on aura ici droit à un scénario mettant en scène deux personnages principaux, cousins, devant démêler les intrigues poussant plusieurs royaumes à se faire la guerre après 1000 ans de paix. Rien que de très classique, mais avec un ou deux petits retournements qui montrent là encore que le scénario, généralement absent ou presque des jeux du genre, a fait l’objet d’un réel traitement de la part de Square-Enix.

Les deux principaux protagonistes

Rien ne se perd…

S’il fallait trouver des défauts à ce titre, ce serait plutôt en le considérant comme ce qu’il essaie de devenir, un action-RPG qui semble encore un peu marqué par ses racines. On notera ainsi une légère tendance à verser dans les menus et sous-menus, pas forcément très intuitifs ni accueillants pour la partie RPG des personnages, une nouveauté bien mal mise en avant alors qu’elle est là encore enrichie par rapport au premier épisode. Au bout d’un moment, on pourra faire changer de job aux deux héros principaux de notre aventure. Là encore c’est assez limité puisqu'il faudra se contenter de 6 classes, avec un apport pas forcément évident. On se retrouve donc avec de nombreuses options stratégiques et tactiques qui se retrouveront probablement inutilisées par un certain nombre de joueurs qui se contenteront d’adopter une approche Muso plus classique : rentrer dans le lard des ennemis.

Dans une différence intéressante avec les jeux du genre, excepté certains boss, on évite un effet “sac à PV” trop important, même si l’on se retrouvera à grinder un certain nombre de fois avant de faire face à tel ou tel adversaire.

Le réel problème de ce Dragon Quest Heroes 2 tient en fait à son pêché originel : annoncé quelques jours seulement après la commercialisation du premier, il peine à s’en détacher dans le cœur de son gameplay notamment. Ainsi, malgré les modifications apportées, on a plus le droit à une sorte de Dragon Quest Heroes 1.5 édition ultime, qu’à une véritable suite.

Reste un très bon divertissement, qu’on recommandera à tous ceux qui seraient curieux du genre Muso, puisque cela pourra constituer une bonne introduction, mais pas forcément aux acheteurs du premier épisode, qui pourraient se retrouver déçus par une trop grande similarité, à moins que le multi coop en ligne soit un élément décisif pour vous. Enfin, on sera curieux de voir ce que pourrait donner une réelle suite dans cette franchise, tandis que le prochain Dynasty Warriors, numéro 9, devrait être le premier à introduire un monde ouvert dans la franchise. Comme dans ce Dragon Quest Heroes 2, donnant une fois de plus raison à Lavoisier.

Dragon Quest : Mon premier muso 710Points positifs
  • L’action qui n’est jamais ralentie sur PS4 avec un framerate presque 100% du temps à 60 FPS
  • Le monde ouvert, parce que partir à la chasse au Slime, c’est chouette
  • Le multijoueur coopératif, réel apport
Points négatifs
  • Peu d’intérêt pour les possesseurs du premier opus, à moins de s’acharner sur le mode multijoueur
  • Une partie RPG présente, mais finalement peu mise en avant pour faire évoluer les personnages

Pris en dehors de son prédécesseur, Dragon Quest Heroes 2 est ce qu’il se fait de mieux aujourd’hui en introduction au genre du Muso. Et ce d’autant plus si vous avez un amour de la franchise Dragon Quest. Pour autant, on ne recommandera pas ce DQH “deluxe” à ceux qui auraient déjà poncé le premier épisode.

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.