d

30 nov. 2015 - Kyoomei League of Legends

Du temps et de l'argent : le complexe chinois

Du temps et de l'argent : le complexe chinois

Impressionnante durant la saison avant de s'effondrer aux Worlds, la Chine est dans une situation délicate. Les millions investis par les structures ont certes rendu la ligue extrêmement compétitive, mais sans résultats à l'échelle mondiale, les propriétaires pourraient vite aller voir ailleurs. Focus sur une région entre deux eaux...

 

Jeudi 1er octobre 2015, 16h30. Les championnats du monde sont sur le point de débuter. Fnatic sort d'un Summer Split idyllique, invaincue sur la saison régulière, et uniquement accrochée en finale des playoffs par des Origen très en forme. Les européens font logiquement partie des favoris de la compétition. En face, sur la scène des docks Pullman, les Invictus Gaming s'installent. Face au troisième seed chinois, on promet aux Fnatic une game difficile. KaKAO et Rookie, les deux imports coréens de la structure, ont fait forte impression durant toute la saison, et particulièrement durant les playoffs de septembre. La game se lance, la draft est équilibrée, un gros match en perspective.
Trente minutes plus tard, surrender des chinois, au terme d'une game qu'ils n'ont fait que traverser. Fnatic impressionne, iG déçoit.

Vendredi 2 octobre 2015, 17h. La foule scande le nom de soaZ à l'arrivée des Origen. Le support du public semble bien dérisoire face à l'enfer qu'on promet au toplaner français et aux siens. LGD n'est pas seulement l'équipe de imp, le meilleur ADC du monde. Ce n'est pas seulement l'équipe de GODV, dont le duel annoncé avec Faker fait déjà frémir d'impatience tous les spécialistes. Encore moins celle de Acorn et Pyl, considérés comme la crème du top et du support en Chine. C'est surtout l'équipe qui a massacré le mastodonte Edward Gaming en playoffs quelques semaines avant. Une équipe au jeu décomplexé et impitoyable, qui s'annonce comme la seule capable de faire tomber des SKT tout aussi impressionnants en Corée. Malgré leurs bonnes performances en Europe, l'équipe de xPeke ne semble pas peser bien lourd face au géant chinois.
Comme annoncé, LGD domine. Avec une composition AD-centrique, la victoire semble acquise. Jusqu'à la 34e minute. Une shockwave de Peke.
Et tout s'effondre.

Le moment où tout a basculé.

 

L'effet Samsung White


Un mois après la déroute des Worlds, la Chine émerge. Péniblement. Elle a encore un gros mal de crâne, comme en témoigne la prestation d'une immense pauvreté des LGD aux IEM San José, pourtant pas face à une grosse opposition. Plusieurs équipes sont en cours de remaniement ; Dandy de retour dans la jungle chez Vici Gaming, TBQ parti des LGD. Certains coréens semblent vouloir repartir dans leur pays, d'autres sont annoncés pour les remplacer. Quel avenir pour la Chine ? Pour cela, il faut remonter le temps.

Novembre 2014. Royal Club, écurie majeure de la ligue chinoise, est devenue la première équipe à participer deux fois à une finale de Worlds. Deux échecs, consécutifs, face à deux équipes coréennes qui ont à chaque fois survolé la compétition sans partage. Cette fois-ci, ce sont les Samsung White qui ont mis un terme au rêve d'Uzi et ses équipiers.

Parallèlement, des milliardaires chinois commencent à prendre conscience de l'enjeu financier se développant derrière l'eSport, League of Legends au premier plan. Plusieurs structures émergent, financées par ces fonds qui n'ont aucun équivalent dans le monde. Après deux échecs face à une Corée toute-puissante, les managers de la LPL optent pour une tactique bien connue : « Si tu ne peux pas les battre, rejoins-les. » Le pays du matin calme forme de toute évidence les meilleurs joueurs du monde, par conséquent, les équipes chinoises décident de les faire venir, avec un argument impossible à affronter en eSport : l'argent.
Pour faire bonne mesure, cela commence par les Samsung White justement ; quelques jours après les Worlds, l'équipe annonce sa dissolution. Mata et Dandy rejoignent Vici Gaming, Pawn rejoint EDG, imp LGD, et Looper WE Academy. De très nombreux coréens les rejoindront, et pas des moindres : KaKAO et Rookie, vainqueurs du dernier OGN Summer avec les KT Arrows, intègrent la structure Invictus Gaming. Un autre joueur légendaire, dade, rejoint l'équipe Masters3. En bref : la Chine investit lourdement sur des joueurs coréens d'immense talent, et met rapidement en place la ligue la plus compétitive à l'échelle mondiale. Toutes les équipes semblent avoir les moyens de se battre pour le titre, mais à la différence des NA, le niveau de jeu est extrêmement relevé.

Les Samsung White, symboles de l'exode coréen.

Une saison en crescendo


Le Spring Split voit quelques équipes se distinguer. Edward Gaming, qui domine la scène chinoise depuis un an ; LGD, portée par imp et GODV, révélation de la midlane ; Invictus Gaming, inconsistante mais dont les fulgurances la rend apte à vaincre n'importe quelle équipe, grâce à son duo fantastique Rookie-KaKAO. La finale du Spring Split entre EDG et les Legendary Dragons a donné lieu à une des plus belles séries de l'histoire du jeu, notamment en termes d'intensité. EDG s'imposant d'une courte tête, l'équipe gagne le droit de participer au Mid Season Invitational, qu'elle remportera face à SKT. C'est un grand coup marqué par les chinois en ce milieu de saison.
Une nouvelle équipe rejoint la LPL pour le Summer Split, sans faire trop de bruit : Qiao Gu. On retrouve notamment dans cette line-up Swift, ancien jungler des CJ Entus Frost et des Xenics Storm. Au bout de quelques semaines, les QG s'emparent de la deuxième place pour ne plus la lâcher, derrière des EDG encore plus impressionnants qu'en première partie de saison.
Mais en demi-finales de playoffs, l'absurde se produit. Imp et GODV font imploser Deft et Pawn. Les cinquièmes de la saison régulière sortent leurs rivaux sur un cinglant 3-0. Avant d'aller remporter le titre et la qualification directe pour les Worlds face à Qiao Gu. Les joueurs d'Aaron se qualifieront finalement en deuxième seed lors des Regional Qualifiers, iG s'emparant du dernier ticket gagnant.
La Chine n'a jamais paru aussi forte, et à peine un mois avant les Worlds, les gens espèrent légitimement voir un combat de titans entre les deux géants chinois, SKT, et Fnatic.
 


Le coup de la panne


Plusieurs facteurs expliquent l'échec des trois équipes chinoises. Celui le plus généralement avancé, y compris par les joueurs eux-mêmes, c'est la barrière de la langue. L'import des joueurs coréens avait un prix, financier bien sûr, mais aussi celui de mélanger deux cultures n'ayant pas un langage commun pour se rassembler, comme c'est le cas en Europe et en Amérique du Nord, avec l'anglais.
Dès le début de la saison, le coach LGD avait expliqué que les deux priorités selon lui pour les équipes chinoises étaient de créer une cohésion dans l'équipe, et d'insister énormément sur la communication. Pourtant, après les Worlds, certains joueurs comme KaKAO annonçaient qu'ils allaient « commencer à apprendre le chinois pour la saison prochaine », suggérant une absence de travail en ce sens au cours de toute l'année précédente (!).
Dans la même lignée, imp expliquait que les joueurs coréens passaient l'essentiel de leur temps libre entre eux, profitant de leur arrivée massive, et ne se « mélangeant pas » aux joueurs chinois. Si l'on peut comprendre dans un premier temps le confort de parler dans sa langue natale dans un pays inconnu, il est tout de même surprenant que les joueurs n'aient pas fait grand-chose pour s'intégrer au sein de leur propre équipe.

Le second problème, beaucoup plus occulté et bien plus profond, concerne l'environnement et les conditions de travail pour les joueurs de la LPL. On ne parle pas ici d'infrastructures ni bien sûr de salaires, mais plus de management de l'équipe. La Chine n'est pas une région connue pour la rigueur et l'implication sans borne de ses joueurs, comme c'est le cas en Corée. Mais il semblerait que l'arrivée des riches investisseurs mentionnés précédemment n'ait absolument pas aidé à améliorer cette situation. Reprenons l'exemple LGD : GODV a régulièrement dit en stream qu'il feedait en scrims, et imp s'est à plusieurs reprises défilé lors de tournois mineurs, en prétextant un problème quelconque.
D'une manière générale, la relation entre le staff et les joueurs semble plus être amicale que professionnelle, et ce dans l'essentiel des structures chinoises. Cela se traduit par un manque d'autorité de la part des coaches et des managers, et donc une forme d'insubordination des joueurs, qui font un peu ce qui leur plaît. Par conséquent, si les équipes chinoises ont flâné pendant le mois de septembre, en se croyant plus fortes que tout le monde (ce qu'elles étaient, à SKT près) alors que le reste du monde se préparait dur comme fer pour les Worlds, il n'y a absolument rien d'étonnant à ce qu'elles se soient plantées comme cela a été le cas.

 


Les changements à venir

 

Outre la nécessité absolue d'instaurer une nouvelle discipline aux niveaux des entraînements, ce qui devra se faire en douceur sous peine de connaître le même sort que OMG, les équipes chinoises vont devoir renouveler leurs effectifs. Curieusement, lorsque l'on jetait un œil aux trois équipes des Worlds, il y avait un maillon extrêmement faible dans chacune d'elles. Pour Invictus Gaming, il s'agissait de la botlane, mécaniquement très en-dessous de n'importe quelle équipe aux Worlds (ou presque), et surtout Kid, un ADC au positionnement souvent grotesque. Chez LGD, le jungler TBQ a vraisemblablement donné toute son énergie lors de playoffs très bons, avant d'enchaîner les prestations insipides voire désastreuses à Paris puis à San José. Quant à EDG, AmazingJ n'a pas du tout assumé son rôle de titulaire dans une méta censée lui convenir, et Koro1, aligné en quarts face à Fnatic, n'a guère fait mieux dans des circonstances certes plus difficiles. Remplacer ces joueurs ne réglera évidemment pas tout, mais si l'on se penche à nouveau sur le modèle SKT, chaque individualité peut être aisément placée dans le top 5 ou top 3 à son poste.

Kid, l'une des individualités défaillantes de la LPL.


Concernant le reste de la ligue, Dandy retourne dans la jungle. On pourrait s'arrêter là, tant son passage à la toplane a fait souffrir les amoureux du jeu dans le monde entier. Difficile d'imaginer qu'il ne pourra pas se réadapter rapidement à ce poste, et ce simple changement renforce a priori singulièrement Vici Gaming. Les départs de Marin et Easyhoon de chez SKT laissent la porte ouverte à une arrivée en Chine, même si la règle des deux joueurs extra-communautaires impliquerait dans la plupart des cas le départ d'un autre joueur coréen. Ce ne sont que des exemples des multiples changements qui pourraient avoir lieu, mais les équipes essaient évidemment de filtrer l'information au maximum.

Finalement, quel avenir pour la Chine ? Un des risques serait de voir certaines équipes perdre leurs moyens financiers. L'eSport est un business, et les milliardaires se lassent vite. Sans gros retour sur investissement, ils n'ont en général aucun attachement particulier pour League Of Legends et pourraient donc se tourner vers quelque chose de plus « bankable ».
La région reste pour l'instant attractive, et le talent sera toujours là d'ici la reprise de la LPL. L'expérience des Worlds, aussi douloureuse fût-elle, sera certainement très instructive pour les équipes et pour les joueurs eux-mêmes.

Si la Chine revient sur la scène internationale à son meilleur niveau, et bien préparée, elle sera en mesure de prétendre au titre mondial. Mais elle croisera certainement sur sa route un joueur. Un joueur qui a refusé un contrat de deux millions d'euros proposé par une structure chinoise l'an passé. Pour rester dans son équipe après une année difficile, et revenir au sommet. Et l'an prochain, comme toujours, il sera prêt.

 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

2 commentaires

wholalottalove
wholalottalove - 30/11/2015 19h05

pour en rajouter une couche sur Imp , il était beaucoup (trop) détendu lors des 4 premières games de ces WCS.
J'ai quand même du mal à croire qu'avec des millions de joueurs chinois , les structures n'arrivent pas à monter de Line up compétitive sans import (Royal Club en S3 l'était.).

Arribeth
Arribeth - 01/12/2015 13h54

Faker spotted dans le dernier paragraphe!^^

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.