d

01 juil. 2016 - Perco Divers

Encore une victoire de Canard PC

Encore une victoire de Canard PC

Le crowdfunding est un monde passionnant. Tenez, le mois dernier, les internautes ont préféré soutenir en masse celui de Canard PC, alors qu’à quelques clics de là ils auraient pu trouver un beau projet de tire-bouchon jouant la cucarracha. Incompréhensible.

Chez Canard PC, cela fait treize ans qu’ils adorent jouer aux idiots. C’est très différent du fait d’être des idiots. Après avoir prouvé à la presse française que le mélange jeux vidéo / lapins / recette de la tortilla était une ligne éditoriale viable, ils ont voulu réaliser leur rêve : « Se faire haïr par Internet, un internaute à la fois ».

Une sacrée bande de canards

Partons du principe que vous avez passé la dernière décennie en exil au fin fond du bush australien ou que vous revenez à peine d’un aller-retour vers Mars pour acheter du pain. Si vous ne connaissez donc pas le magazine « Canard PC », petit cours de rattrapage.
Une poignée de journalistes du vénérable « Joystick », peu convaincus par le rachat de leur employeur en 2003, a décidé de voler de ses propres ailes et de proposer aux lecteurs avides de jeux vidéo et de jeux de mots idiots une formule inédite : un magazine papier au ton libre, dont le format, les plumes et la périodicité ont évolué avec le temps mais qui reste fidèle à un mantra d’indépendance et de qualité.

 


Source : Canard PC

 

À l’époque, le milieu a bien réagi : « Dans six mois, ils sont morts », ont inlassablement félicité les confrères.
Treize ans plus tard, le bimensuel, financé à hauteur de 85% par les abonnements, est toujours là. Bien sûr, il y a des moments difficiles, mais il va bien, merci.

Vers l’Internet et au-delà

Le 7 juin, la rédaction de Canard PC a décidé de s’attaquer au modèle traditionnel gratuit  sur internet, par le biais d’une campagne de financement participatif sur Kickstarter. L’idée ? Un site internet payant, sur abonnement, diffusant au fur et à mesure du temps la totalité du contenu qui sera disponible en kiosque, et même plus. Le tout sans aucune publicité, rien, nada, walou. Comme les gens de Canard PC sont des idiots, mais des idiots raisonnables, ils avaient fixé un objectif mesuré de 60.000 €.

 


Dessins originaux : Didier Couly

 

« Ça ne marchera jamais », ont gentiment commenté les confrères. Véritables visionnaires, ils ont alors pu observer un raz-de-marée de backers comme peu de crowdfundings français n’en avaient connus. En moins de 6 heures, le projet a été financé à 100%, avant de rapidement dépasser les 200%. Sans récompenses délirantes, juste sur la promesse d’un service fiable, respectueux et sur la réputation de professionnalisme qui les précède, le projet des canards vient de se terminer sur l’ incroyable score de 259 137 €, soit 431 % de l’objectif initial. Il est même passé par la case « Projet le plus populaire du monde » dans la catégorie « Jeux vidéo » et reste premier dans la catégorie « Skoultz » en Azerbaïdjan.

Vautrés dans leurs nouvelles voitures de sport, les dirigeants de Canard PC ont tout de même retenu la bonne idée de Tatiana, l’escort girl ukrainienne payée à plein temps qui les suit désormais, et le futur site se passera également des traqueurs espions, de Google Analytics et des mouchards qui pullulent sur le net. Il y en a un peu plus, je vous le mets quand même ? L’équipe lance donc en parallèle le support de Pocket, un wiki et une version mobile de leur forum.

Un p’tit Gaudé pour fêter ça ?

 


Ivan Gaudé, prêt à recevoir son poids en or.


Ivan Gaudé, cofondateur de Canard PC et rédacteur en chef online, à déclaré à Neximpact vouloir autoriser les abonnés à offrir certains articles, par une astucieuse mécanique de « Bitcoincoin ». Sans fournir de contenu gratuit, le site devrait ainsi leur permettre de distribuer des jetons pour qu’un « chouineur », déterminé au hasard, puisse accéder à un papier précis. Tous les 15 jours, un article sera également mis en accès libre, selon le vote des abonnés. 

Le succès du Kickstarter permettra vraisemblablement de proposer aux lecteurs certaines fonctionnalités non prévues, mais l’équipe ne devrait pas révolutionner le projet initial. La tâche à accomplir est déjà suffisamment grande. Si tout va bien, le nouveau site devrait voir le jour en fin d’année.

D’après nos (savants) calculs, les probabilités de voir les dirigeants de Presse Non-Stop, qui édite le magazine, partir avec la caisse au Panama ne seraient que de 38,54 %. Tout à fait raisonnable donc.

Les équipes d’O’Gaming se joignent de bon cœur aux félicitations qui éclosent un peu partout sur le réseau. On peut leur faire confiance pour garder la tête froide et l’esprit agile, afin de s’attaquer demain à de nouveaux défis (une source anonyme m’informe qu’un 3615 CPC sur Minitel est à l’étude).

Moi je vous le dis, dans six mois, ils sont morts...

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

3 commentaires

shanaar
shanaar - 02/07/2016 09h11

Moi je dis , Perco dans six mois t'es viré.
Ton article a tout , l'info, du style , l'humour décalé, le plaisir de le lire, go faire un MMC "Perco Journaliste".

percol
percol - 02/07/2016 16h13

@shanaar :

Ah ah, merci beaucoup, mais pour être viré, il faut être embauché d'abord :)
Ravi d'apprendre que la lecture fut plaisante.

liclic
liclic - 02/07/2016 18h00

Dans six mois, Shanaar, ils auront tous bu de la bière avec un nain.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.