d

29 avr. 2018 - Perco Divers

ESP Gaming perce la couche d’Auzom

ESP Gaming perce la couche d’Auzom

Ça bouge sur la scène des organisateurs de compétitions de PUBG. Quand une société de production offline rachète une autre société de production online… qu’est-ce qui se produit ? Vous avez quatre heures.

ESP Gaming vient d’annoncer le rachat d’Auzom et de ses ligues sur Playerunknown's battlegrounds. Dans une interview accordée au magazine Forbes, Jeff Liboon, fondateur d’ESP Gaming, se réjouit de cette acquisition.

Nous sommes allés demander à nos amis de chez Auzom ce que tout cela allait changer.

ESP Gaming ?

Il y a de grandes chances pour que peu d’entre vous connaissent la société américaine ESP Gaming. Et pour cause : d’une part, elle est jeune – moins de six mois –, d’autre part elle agit dans les coulisses, en tant que producteur de tournois et conseil stratégique.   

Ce qui fait, selon eux,  leur spécificité, c’est que leurs employés viennent du monde de la fabrication de contenu sportif. Ils revendiquent ainsi des profils ayant œuvré sur des productions de l’UFC, de la NFL, des World Series of Poker et de l’émission  American Ninja Warrior. Bref, des gens qui annoncent savoir ce qu’ils font et pouvoir le transposer à l’e-sport avec le même succès.
 


Jeff Liboon, le jeune PDG d'ESP Gaming


Pour l’instant, et même si la liste affichée de leurs clients semble sérieuse, on ne les a pas vraiment vu à l’œuvre sur les jeux e-sport les plus populaires, à l’exception peut-être de leur partenariat avec le développeur Super Evil Megacorp, concernant l’organisation de la Vainglory Premier League depuis leurs studios de Las Vegas. Mais la jeune entreprise à faim.

Mariage de raison

Auzom, c’est un peu l’antithèse de tout ce qui précède. L’entreprise est européenne, elle est née du succès d’un projet composé essentiellement, si ce n’est exclusivement, de bénévoles passionnés de PUBG et – surtout – c’est en ligne qu’elle a créé des outils et une communauté forte.

Avec ses tournois visant l’Europe ou Amérique du Nord, Auzom a créé une plateforme qui peut gérer toutes les étapes de l’organisation d’un événement en ligne : règles, inscription, administration, commentaire en anglais, réalisation d’un flux vidéo pour les diffuseurs.

Bref, Auzom semblait savoir faire tout ce qu’ESP Gaming ne faisait pas. Il n’en fallait pas plus pour que l’américain ne voit en eux la pièce manquante du puzzle. C’est donc officiel : Auzom va devenir la plateforme online unique des productions ESP Gaming et – inversement – ESP Gaming compte faire grossir le catalogue de jeux présent sur Auzom.

Et en pratique ?

Nous avons pu nous entretenir avec « UneFriteUneFois », chef des opérations et co-fondateur d’Auzom (et meilleur pseudo du monde), pour savoir comment allait se dérouler les fiançailles :

 

Depuis quand aviez-vous commencé les négociations avec ESP Gaming ?
 

Les négociations datent de plusieurs mois. On a mis du temps à trouver une structure et un accord, car il y avait beaucoup de choses à prendre en compte (notre structure actuelle, les contrats en cours, les projets à venir, l'inclusion de notre staff, ...) sans parler du fait qu'il s'agit d'un rachat d'une jeune société européenne par une entreprise américaine, ce qui ne facilite pas les démarches. De mémoire, j'étais en pleine révision de mes partiels (donc vers mi-novembre ou début décembre) quand on a réellement commencé les discussions.

 

Peut-on avoir un ordre de grandeur du montant de l’opération ?
 

Je ne suis malheureusement absolument pas autorisé à en parler, désolé.

 

Comment cela va-t-il se passer par la suite ? L’équipe d’ESP Gaming reprend-elle totalement la main sur la plateforme Auzom ? Les équipes d’Auzom restent-elles, mais sous le giron d’ESP Gaming ?
 

Concrètement, et comme expliqué dans l'interview du Président d'ESP Gaming dans Forbes, nous sommes là pour gérer et réaliser la présence en ligne d'ESP Gaming pour les tournois à venir. Nous continuerons d'exister sous le nom d'Auzom, avec le staff en place. Les qualités qui ont fait notre réussite (l’écoute et le travail avec la communauté, etc) restent des préoccupations centrales pour notre équipe. Nous serons, bien entendu, chapeautés par ESP Gaming pour aligner nos buts et objectifs aux leurs. Mais c'est ce qui nous a plu dans leur offre, la possibilité de continuer ce que nous faisons, de la façon dont nous le faisons, mais dans une plus grande structure avec des moyens nettement plus importants que ceux que nous avions.

 

L’ « Auzom Premier League » et la « PUBG Nations Cup » seront-elles impactées ?
 

L'Auzom Premier League et la Nations Cup seront bien entendu impactées, mais pour un mieux. L'idée est d'avoir accès à de nouveaux moyens, de nouvelles ressources et proposer toujours mieux à la communauté. On a vraiment de belles choses à venir, tant à court qu'à moyen et long terme.

 

Les deux ligues garderont le même nom ?
 

La Nations Cup a un peu été mise de côté, car on a identifié pas mal de souci et on doit bosser pour aboutir à quelque chose de différent, d'une tout autre ampleur. Ce n'est donc plus une « ligue » « active » à proprement parler.

Pour l'Auzom Premier League, aux dernières nouvelles, elle garde son nom, oui.

 

Alors que d’autres structures commencent à mettre en place des tournois de type « Major » (tournois uniques et gros cashprize), dotés à hauteur de deux millions de dollars, la ligue Auzom sur PUBG devrait donc continuer pour assurer une diffusion régulière sur le pan compétitif de PUBG. On attend désormais l’annonce de sa troisième saison.

Chez O’Gaming, tout est mis en œuvre pour continuer de pouvoir la proposer aux spectateurs sur notre chaine dédiée au genre.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.