d

10 juil. 2014 - Leandra League of Legends

Est-il possible de battre la Corée ? Partie 1

Est-il possible de battre la Corée ? Partie 1

Une guerre fait rage sur les forums, les amis. Deux camps s’opposent depuis la nuit des temps (des temps de l’an 2000 oui) : d’un coté il y a les pro-Coréens, ceux pour qui le dieu asiatique n’a pas de faille, et de l'autre on a les irréductibles qui pensent qu'une victoire de l’Occident est toujours possible ! Ça fait mal à notre âme de supporter, mais nos confrères situés à l’autre bout du monde ont tendance à nous laisser avec les fesses rouges, surtout dernièrement.  Pourquoi sont-ils aussi forts ? Le resteront-ils ? Quelle place pour le reste du monde ?

Oui je sais, ça en fait des questions, et je sais aussi que le sujet est vaste, c’est pourquoi je vous propose de vous plonger avec moi dans une série de dossiers qui devrait égayer votre début de vacances (branleurs d’étudiants !).

Acte 1 :

Le cours d’histoire

Pour bien comprendre la machine coréenne sur League of Legends, il est important de remonter un peu le temps, car si pour vous le niveau coréen est écrasant aujourd’hui, il n’en a pas toujours été ainsi.

Prenez place dans ma DeLorean, les amis, et remontons le temps quelques années en arrière.
Nous sommes en l’an 2011 après Jésus-Thud, et le monde lolien connaît le final de sa première saison.
Vous n’étiez peut-être pas nés à l’époque, et ça va vous choquer, mais les champions n’étaient pas les SKT, les Samsung et autre Najin, non !
Ils étaient européens, et il faut dire qu’on ne craignait pas grand monde à l’époque : les Asiatiques avaient un niveau de jeu ridicule et l’Amérique ne pouvait pas encore prétendre rivaliser avec nous.
Et cocorico, l’une des meilleures teams mondiales était française, les ex-*aAa* iront jusqu’en finale mais vous connaissez la suite, les champions seront les Fnatic !
Je vous link la vod de la grande finale, les matchs étaient sympas, et c’est toujours bien de regarder à quoi ressemblait la méta de l’époque.
 
 
Mais nous retiendrons tous les très bons matchs entre *aAa* et TSM !

 
Bref, le monde est aux pieds des occidentaux, mais tapi dans l’ombre, Noistradamus Ier prédisait déjà des jours sombres.
« Des nuées d’insectes géants vont déferler sur nos terres, PRENEZ GARDE ! »... Attends, je me trompe de prédictions.
Ah, les voilà !
« Venues d'Extrême-Orient, précisément de pas loin du Japon, et encore plus précisément de Corée du Sud, des équipes composées uniquement avec du skill vont venir conquérir nos titres, nos femmes et nos campagnes ! »
L’avertissement était donné, mais les pauvres fous que nous étions n’ont pas écouté les paroles divinatoires du saint homme.
 
Bon, trêve de plaisanteries, si vous suiviez le jeu à l’époque, vous saviez que le faible niveau des Asiatiques trouvait ses explications dans le fait que League of Legends n’était pas arrivé dans tous les pays, ou alors tout récemment et uniquement en phase de beta.
Le géant était donc endormi, et la Chine est rapidement venue poser son engin sur la table en gagnant les IEM Guangzhou de 2011.
Mais les plus attendus étaient les Coréens : Starcraft et Warcraft ont créé le fantasme du joueur-machine dépourvu d’émotion et exécutant les actions à la perfection.
Si, pour vous, les Coréens ont toujours été des machines à stomp, sachez que ça n’a pas toujours été le cas. Leur arrivée fut certes fracassante lorsque les Azubu tombèrent les Américains, mais l’Europe ne céda pas, loin de là. En 2012, l’OGN (mais pas encore connu sous ce nom) avait même vu une finale entre CLG Europe et Azubu Frost !
Et quelle finale ce fut, les CLG s’en mordent encore les doigts. Menés 2-0, les Coréens avaient créé la sensation en remontant leur handicap pour finalement l’emporter !
Le monde attendait pour la saison 2 une finale opposant l’Europe à la Corée, mais les surprenants Taipei volèrent la vedette. Assis sur son tabouret au bar, Noistradamus Ier l’avait prédit : l’heure des Coréens n’était pas encore venue, mais patience, doucement mais sûrement, les champions vont sortir de l’ombre.
 
Direction 2013 maintenant !
 
On savait la Corée très bonne sur le jeu, mais on la pensait encore à la même hauteur que les Européens, il était donc temps de faire éclater ses plus grands talents :

Ce moment, vous l’avez sûrement tous vu, provient de la finale des OGN entre SKT et KT, un monument de skill venu de l’espace et qui a fait trembler le monde entier : ainsi naissait sous vos yeux une équipe de champion.
La saison 3 pour SKT ?
Une quasi-formalité si on enlève les matchs les plus disputés contre d’autres Coréens …
Les OGN Winter ?
Un stomp intégral de la compétition.
Les All-Stars ?
N’en parlons pas, les larmes coulent encore sur les joues des autres équipes.
 
Revenons à notre époque 

Deux mois après les All-Stars, que pouvons-nous tirer comme enseignement ?

Pour ceux qui me lisent, vous savez que j’ai toujours au fond de moi de l’espoir pour mes chouchous occidentaux, mais il faut reconnaître que le constat est là : la Corée domine de la tête, des épaules et du clavier le monde entier.
Cela va bien plus loin même, les SKT qui ont roulé sur les autres champions aux All-Stars se font eux-même battre en Corée, actuellement.
Pas de débat à avoir donc, les Coréens sont bien les papas sur le jeu en ce moment, mais quel est le secret de leur pouvoir ?
Pour en discuter, je vous donne rendez-vous sur le prochain article !

 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

4 commentaires

masudo
masudo - 10/07/2014 18h10

Il ne faut pas oublier que les bullets se sont aussi imposé facilement contre les occidentaux aux iem katowice, sans faire mieux que les skt t1 k a l'ogn spring.

Sinon le secret des coréens n'en est pas vraiment un, c'est le fait qu'il s'entrainent juste plus que les autres (non, les 14h par jour des skt t1 ne sont pas une exception parmi les grosses structures de Corée).

Cet entrainement leur confère donc de meilleurs mécaniques sur un plus gros pool de champions que le reste de la scène, et le style de jeu Coréen, ou l'on profite du moindre avantage pour littéralement envahir la jungle adverse, et donc récupérer tout le map control afin de sécuriser les  objectifs entraine un snowball quasi systématique de la game (même entre Coréens, les comebacks sont plutot rares dans les games).

Debla
Debla - 10/07/2014 18h57

Vous savez si par hasard, il y a le facteur clan war entre coréens qui leurs permettrais un entrainement bien meilleurs contrairement au spam du ladders ? Il me semble que souvent sur les jeux, se sont leurs entrainements uniquement entre meilleurs joueurs qui leurs permet de toujours avoir un adversaire qui demande une constante amélioration..

Alors que si fnatic gagne toujours, ils ne s'amelioreront vraiment jamais... D'ailleurs je me demande toujours d’où sorte les Cloud 9, venant d'un continent réputé sans equipe skillé..

leandra
leandra - 11/07/2014 11h15

On en parlera dans l'article qui vient, mais les coréens ont effectivement un cercle vertueux d'entrainement contrairement à Fnatic.

Pour cloud 9 je pense que les mecs ont réussis à percer pour deux raisons majeures :

-Une énorme motivation 

-Ils ont passé un temps fou à apprendre la meta coréenne de l'époque et ont fiat un travail énorme sur leur set de champions.(ça plus le fait qu'ils passent beaucoup de temps à analyser les matchs)

DvileDoudou
DvileDoudou - 11/07/2014 16h02

Personnellement je pense que c'est déjas trop tard, les Coréens en e-sport, c'est les Jamaïcain en sprint, c'est les Kenyans en marathon, c'est les Hawaïens en surf... j'allais dire les Brésiliens en foot mais en ce moment.... 

Bref ils ont pris de l'avance aussi bien sur le plan culturelle que structurelle, au point, imo, que nous ne les rattraperons jamais. (quand tu vois que le futur quadruple champion d’Europe en titre vient à peine de se trouver un coach ça fait peur)

Bref va falloir se faire une raison car, imo, si les asiatiques ne seront jamais Champions du monde de foot, les Occidentaux ne seront jamais champions du monde de LoL...

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.