d

30 nov. 2015 - ZeManiaK Divers

Fallout 4 : Apocalypse bof !

Fallout 4 : Apocalypse bof !

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Fallout 4 aura été attendu, par votre serviteur comme par une légion de fans partout dans le monde. Maintenant que le jeu est entre nos mains, il faut rendre le verdict et se rendre à l'évidence : Fallout 4 a beau faire de son mieux, il n'est pas un RPG à la hauteur de ses prédécesseurs. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir ses qualités.

C'est mon fils, ma bataille.

Le pitch de Fallout 4 a le bon ton de bien s'imbriquer dans l'univers issu des jeux précédents : vous êtes un père/une mère de famille qui vit en l'an 2077 (l'année de la catastrophe nucléaire). Après une intro trop courte dans cette époque jusqu'à présent jamais abordée directement, vous allez dans l'abri 111, êtes cryogénisé, et voyez votre mari/femme tué(e) alors que votre fils se fait enlever, et que vous partez à sa recherche. Voilà le pitch de l'aventure principale de ce Fallout... dont on se tape royalement.

En effet, la quête principale n'a jamais été le principal intérêt des jeux Bethesda, mais dans ce soft encore moins que dans les autres. Elle n'est pas emballante, puisque le héros, désormais pourvu de la parole, aura tôt fait de s'écarter de cette mission pour aller chercher du côté des quêtes annexes, et surtout du monde de Fallout 4, qui est un des points forts du jeu. Cet univers puise bien dans la mythologie Fallout, les abris rencontrés se fondent bien dans la méta-histoire (ceux qui ont fini Fallout 2 comprendront, les autres probablement pas), tous les monstres/factions sont crédibles, pas de souci là-dessus. L'ambiance est travaillée, avec un vrai souci de bien faire sur ce plan et de proposer des histoires pour certains des "donjons", en arrière-fond du scénario. Il y a toujours une histoire dans les terminaux à pirater, ce qui donne l'impression d'un monde bien réel, qui vivait avant notre arrivée. Un monde qui à plusieurs reprises propose un habillage rétro 1950-60's, dans sa musique (qui reprend en grande partie les musiques des radio des Fallout précédents, plus la radio de musique classique) mais aussi dans son design, plusieurs personnages mais aussi certains bâtiments s'inspirant clairement du feeling des polars et romans noirs de cette époque de l'Amérique.

On se plaindra par contre des graphismes et des bugs du jeu : alors ok c'est une habitude de Bethesda mais tout de même : je n'ai pas eu (et heureusement) de bugs qui ont corrompu ma sauvegarde, mais j'en ai rencontré plusieurs très embêtants, de ceux qui vous téléportent par magie à cinq kilomètres de votre emplacement initial après un tir, ou encore pire un bug qui vous empêche d'accéder à une quête (dans mon cas, celle de la bibliothèque). C'est quand même très embêtant, surtout vu le pathfinding A-F-F-R-E-U-X de ce jeu (les compagnons vous bloquent souvent le passage, les ennemis comme les écorcheurs ou les goules ne savent pas franchir une toute petite barrière ou la détruire, etc...), et la qualité graphique, correcte pour les bâtiments mais décevante pour certains personnages (les gros plans sur certains personnages sont vraiment dégueux). Pas de quoi se réclamer d'une nouvelle génération de consoles.

Le Vault-boy version années 1960. Perso, je préférerais celui des années 1990...

*

Minecraft : Flingues mode.

Vous l'avez sûrement vu, ce Fallout 4 met lourdement en avant son crafting, qui n'est pas une grande part de la quête principale (qui vous demandera quand même une ou deux fois de construire des petits gadgets). Et il faut dire que ce mode est très fouillé, permettant de construire sa propre colonie (et de nombreux endroits différents pourront être accessibles, pour une véritable repopulation de la zone de jeu, le Commonwealth), mais aussi de modifier ses flingues, ses armures, de préparer de la nourriture, des produits médicaux, tout cela en gagnant de l'xp. Et croyez-moi, prendre un niveau en construisant des toilettes est une expérience... unique. Le craft s'avère être un vrai jeu dans le jeu, bien aidé par tous les loots trouvables au fil de l'aventure, même si certains objets finiront par vous intéresser plus que les autres (ceux avec des vis et de l'adhésif, surtout).

Et il faut dire qu'il y a aussi énormément d'équipements différents, tous modables, et de très nombreuses améliorations (poches supplémentaires pour une armure qui permet de transporter plus de choses, possibilité de disperser les tirs d'un laser...), en même temps que de nombreuses armes sont disponibles, dont certaines caractéristiques des Fallout (le Fat man, mon aimé ♥), et que les super armures reviennent aussi, mais différentes : accessible dès la première partie de l'aventure, "l'armure assistée" demandera des réacteurs à fusion pour fonctionner, qui agissent comme des piles. À utiliser avec parcimonie, donc. Heureusement d'ailleurs,car la difficulté du jeu est tellement basse que l'armure illimitée aurait été encore plus cheatée : ne jouez pas en-dessous de difficile, où vous risquez de sérieusement bailler devant des gunsfights certes mieux maîtrisés que dans les précédents Fallout 3d, mais parfois un peu brouillons, et surtout des ennemis à l'IA pas très finaude.

Bref, Fallout 4 est un shooter pas désagréable à l'ambiance travaillée et aux capacités de modding extrêmement poussées. Si cette description vous suffit, tant mieux, mais si comme moi, vous êtes fan de Fallout et de RPG, la suite va vous intéresser. Et c'est là qu'on gueule.

Badass, mais un peu trop craqué, et surtout trop facilement accessible...

 

FUS ROH... MEH !

Si le monde de Fallout 4 est très travaillé, l'interaction du joueur avec ce dernier est très décevante : on rappelle mine de rien que la licence Fallout a réalisé son succès en partie sur la capacité du joueur à choisir son camp, à se comporter comme un gros fils de p.... dans un monde amoral, ou s'il le souhaite en paladin vertueux, mais toujours avec un certain second degré. Hors ici, les dialogues et la possibilité d'avoir un impact sur le monde sont ridicules : la "roue des dialogues" se contente de vous permettre de dire  1) oui, 2) non, 3) puis-je en savoir plus, 4) sarcastique 80% du temps, et sans aucune conséquence sur les quêtes. Seules certaines de ces dernières possèdent des fins multiples, la plupart du temps en sortant du lot et étant marquantes (sans trop spoiler, les quêtes de Silver Shroud, des Cabot entre autres étaient bien ficelées).

Mais la perte du système de karma qui sanctionnait vos choix moraux, la simplification à l'extrême du système de factions sont un point négatif très fort : ici les factions ne s'expriment qu'à la fin de la quête principale, quête principale qui demande de les dégommer toutes sauf une : New Vegas permettait au moins le fuck it en ne suivant personne mais surtout, donnait des fins différentes. Quelle que soit la faction que vous choisirez, la fin sera la même à un ou deux slides près. SÉRIEUSEMENT ? Aucun de nos choix n'a d'impact à long terme : je ne demandais pas de refaire sauter Megaton, je ne m'attendais pas à voir un nouveau Modoc refleurir, mais merde quoi, montrez moi ce que Diamond City devient après mon passage, ou comment les colonies que j'ai implantées arrivent à prospérer.

Mais bien évidemment, Bethesda oblige, le jeu continue après la fin principale, donc ce serait dommage d'empêcher le chaland de continuer à level up et à chouchouter ses alliés. Alliés qui d'ailleurs sont nombreux (plus de 10) et pour certains bien traités (Nick, Piper ou Curie par exemple sont vraiment attachants et bien écrits), mais parfois un peu cheatés là aussi (Cogsworth). Certes, le fait qu'ils soient virtuellement immortels (ils regen des PV après les combats mais s'ils tombent à 0 PV, ils sont juste "inconscients"), c'est pratique, mais vraiment pas digne d'un Fallout où vos choix et vos erreurs doivent prêter à conséquence : quand Canigou est mort dans Fallout 1, j'étais bouleversé. Pareil pour mes autres compagnons, et cette impossibilité ici met à mal le monde ouvert que Bethesda voulait nous vendre. Monde ouvert dans lequel tous les pillards voudront votre mort sans vous avoir parlé et où une solution diplomatique semble trop demander...

De même, la personnalisation du personnage pourrait laisser penser à une grande liberté, avec un point de compétence à chaque niveau permettant de faire progresser une des sept caractéristiques ou de gagner une aptitude (qui peuvent aussi être obtenues en lisant un bouquin ou bien en montant au max la relation avec un compagnon). Mais dans les faits, les traits des anciens Fallout disparaissent, la partie RPG n'a que peu d'impact dans l'histoire mais aussi les combats (puisque la partie shoot est plus importante, avoir une perception de 1 ne vous empêche pas de sniper quelqu'un au pistolet 10 mm, garanti), et plus généralement, vous pouvez corriger un "mauvais choix" très facilement, et monter de niveau autant que vous voulez, pas de level cap. Donc, pas de build à polir.

 

 

Même cet écorcheur se facepalm en entendant ça !

 

 

 

 

 

 

Fallout 4 : à ne pas mettre entre toutes les mains. 610Points positifs
  • Très bel univers, en lien avec la meta-histoire de Fallout.
  • Plus agréable à shooter que dans Fallout 3.
  • Le modding, une quête annexe à elle toute seule.
  • Les nombreuses armes à disposition.
Points négatifs
  • Ce n'est plus un RPG, et vos choix n'ont que peu de conséquences.
  • La roue des dialogues, honteuse.
  • Trop facile, même en difficile.
  • Quelques quêtes et compagnons bien travaillés, mais l'ensemble du jeu est paresseux dans ce domaine.

Fallout 4 est un FPS correct matiné d'un vernis de RPG, et non l'inverse comme il l'était auparavant. Je suis personnellement attristé de ce changement mais on peut comprendre que les amateurs de FPS et surtout de modding apprécient, et auront une notation peut-être plus élogieuse. Les fans de RPG, eux, crieront au massacre, mais surtout, les fans de Fallout devront désormais faire le deuil de la licence qu'ils avaient connu, pour le meilleur et pour le pire. Le résultat n'est certainement pas honteux, au contraire Fallout 4 peut, en plus d'être chronophage, parfois se permettre de provoquer quelques moments forts. C'est juste que pour un Fallout, c'est peu. Trop peu.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.