d

07 avr. 2018 - Camthug League of Legends

Fnatic - G2 : les clés du match

Fnatic - G2 : les clés du match

Depuis 2013, G2 Esports et Fnatic ont respectivement remporté quatre et cinq titres de LCS EU en dix éditions. Et si Fnatic a remporté tous ses titres entre 2013 et 2015, G2 reste invaincue depuis son arrivée dans l'élite en 2016. Ce dimanche, les deux rois du League of Legends européen s'affronteront en finale pour asseoir leur domination régionale. Voici les éléments qui pourraient faire basculer la rencontre.

Un rookie en finale

Avant le début des playoffs, Bwipo n'avait disputé que deux rencontres en LCS EU qui auraient dû être les seules de ce segment de printemps. Mais avec la blessure de sOAZ au poignet, le remplaçant des Fnatic a été propulsé sur le devant de la scène face à Vitality... Et il s'en est plutôt bien sorti. Face à Cabochard et Gilius, il a tenu le choc et a permis à ses coéquipiers de dérouler leur jeu habituel pour s'imposer sans grande difficulté.
 

Depuis son arrivée en LCS EU, Bwipo n'a connu que la victoire avec Fnatic.
Crédits : Riot Games

 

Mais ce weekend, c'est un tout autre défi qui attend le jeune toplaner belge. Dans la Royal Arena de Copenhague, Bwipo affrontera le meilleur toplaner européen de cette saison, qui jouera devant son public : Wunder. Lors d'une interview, ce dernier déclarait qu'il allait « démolir Bwipo au point que celui-ci regrettera de ne pas s'être blessé au poignet à la place de sOAZ », ce à quoi le joueur belge répondait que « Wunder aurait effectivement besoin de le démolir, car le reste de la carte allait basculer largement en la faveur de Fnatic ». Outre le ton provocateur de ces déclarations, il se pourrait effectivement qu'une grande partie de la rencontre se joue sur la toplane. Côté G2 Esports, Wunder devrait comme souvent essayer de faire la différence, avec le soutien d'un Jankos habitué à faire couler le sang en début de partie. Pour Bwipo, il faudra donc avoir les épaules solides et un soutien inspiré de Broxah pour désamorcer les offensives adverses.

Docteur Petter, Mister Hjarnan

Durant la saison régulière, Petter « Hjarnan » Freyschuss n'a pas réussi à s'imposer face aux autres carries AD européens. Seulement sixième aux dégâts infligés, loin des meilleurs en terme de KDA, l'ancien joueur des Roccat a même souvent frôlé le ridicule. Contre Fnatic, il a été largement dominé par son compatriote suédois, qui a infligé deux fois plus de dégâts et n'a pas concédé la moindre élimination en deux confrontations.

À l'aube des playoffs, l'espoir de voir Hjarnan se hisser au niveau de Rekkles était donc très faible, mais sa performance contre Splyce en demi-finale a quelque peu changé la donne. Avec un KDA de 20.5 et près de 700 dégâts infligés par minute, Hjarnan a enfin livré une performance à la hauteur des attentes. Ce dimanche, il passera le test ultime face à un Rekkles ultra dominateur et bien décidé à reconquérir l'Europe. S'il échoue, Fnatic devrait avoir un boulevard pour dominer les teamfights et prendre le contrôle de la rencontre.
 

Les G2 Esports l'ont bien compris, ils doivent une fière chandelle à Hjarnan pour leur victoire contre Splyce.
Crédits : Riot Games

 

Roccat Jankos ou G2 Jankos ?

Lors des deux confrontations entre Fnatic et G2 Esports cette saison, les champions d'Europe en titre ont dominé le début et milieu de partie, avant de sombrer en teamfight. Et si Jankos et ses coéquipiers sont parvenus à prendre le contrôle de ces rencontres, c'est parce que le jungler polonais s'est montré extrêmement pertinent dans ses décisions de début de partie. Le First Blood King, depuis ses débuts avec G2 Esports, n'a jamais trahi sa réputation et a même livré une grosse performance sous la pression des demi-finales.

Mais ce dimanche, face à Fnatic, Marcin devra affronter ses démons : Roccat Jankos et H2K Jankos. Car si son talent n'est plus à prouver, Jankos s'est souvent effondré sous la pression par le passé. Ce weekend, il faudra qu'il soit particulièrement inspiré pour permettre à Wunder et Perkz de prendre l'avantage et d'asseoir leur domination sur la carte. Une mission qui s'annonce difficile face à un duo Broxah/Caps extrêmement précis dans les affrontements.

La midlane, nerf de la guerre

Depuis l'été 2017, Fnatic a remporté toutes ses confrontations avec G2 Esports et le duo Caps/Broxah n'y est pas pour rien. Côté G2 Esports, Perkz joue presque toujours une phase de lane agressive avec l'appui de son jungler pour tenter d'apporter sa présence sur le reste de la carte ensuite. Seulement, Caps est l'un des seuls joueurs en Europe (le seul ?) capables de résister à la pression du Croate et parfois même de l'inverser. Avec le soutien d'un Broxah précis dans les escarmouches, le prodige danois est souvent parvenu à réduire l'influence de Perkz sur la carte, propulsant son équipe vers des teamfights de lategame qu'elle maîtrise à la perfection.

Ce dimanche, l'objectif sera le même pour le duo mid/jungle des Fnatic : contenir les agressions de Perkz et Jankos en début de partie, pour garder le contrôle et imposer leur supériorité dans les phases de regroupement. Et face à un Perkz habitué à briller sous la pression, il faudra que Baby Faker ait les épaules solides.
 

Caps n'a pas peur de Perkz et il le fait savoir !
Crédits : Riot Games

 

La draft : un casse-tête pour Fnatic ?

Pour ses deux premières rencontres avec G2 Esports cette saison, Fnatic avait opté pour des compositions avec beaucoup de wave clear et performantes en fin de partie. Un choix qui s'était avéré payant puisque Rekkles et ses coéquipiers étaient parvenus à contenir les offensives adverses avant de s'imposer en teamfight. Mais avec l'arrivée du patch 8.5, les compositions agressives semblent avoir pris le dessus sur les compositions « scaling », obligeant Fnatic à changer de stratégie à l'aube des playoffs. Contre Vitality, les Oranges ont donc opté pour des compositions puissantes en milieu de partie et sont revenus au style de jeu agressif qui a fait les belles heures de la structure. 

Ce dimanche, les quintuples champions d'Europe auront donc le choix. Ils pourront opter pour des compositions puissantes en fin de partie, au risque d'être dépassés par leurs adversaires, ou des compositions plus agressives. Dans ce cas, ils se heurteront à un autre problème : les G2 Esports sont habitués à dominer le début et milieu de partie sous l'impulsion de Perkz et Jankos. Pour s'imposer, il faudra alors que les joueurs de Youngbuck soient particulièrement inspirés dans leurs déplacements et qu'ils permettent à Bwipo de trouver sa place.

 

Pour connaître le dénouement de ce Spring Split en Europe, rendez-vous ce dimanche à 16h30 sur O'Gaming !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.