d

29 sept. 2014 - Vandwyn Divers

Gauntlet : peut mieux faire

Gauntlet : peut mieux faire

Développé par Arrowhead pour rejoindre le catalogue de Warner Interactive, ce volet apporte un coup de jeune à la série qui, jadis, sévissait sur les bornes d’arcade.

To bash

Concrètement, en quoi consiste Gauntlet ? Sommairement, il s’accorde au style hack’n’slash puisque vous devrez, seul ou en équipe, affronter des hordes de monstres. Mais ne vous attendez pas à gagner des niveaux, à découvrir de nouvelles compétences ou à changer votre stuff, car il n’y a rien de tout cela. Toutefois, vous aurez des améliorations passives à débloquer, en guise de succès, qui pourront par exemple donner un effet secondaire à l’une de vos capacités, augmenter votre vitesse de déplacement, etc.

 

gauntlet-hordes
La caméra se centre par rapport aux quatre personnages, alors attention à ne pas se faire coincer !


Côté difficulté, elle est assez basse si vous vous contentez de pourfendre les adversaires qui se dressent sur votre chemin, y compris les boss. Tout au long de votre progression, vous verrez que les mécaniques sont globalement les mêmes : vous entrez dans une salle, vous anéantissez les vagues de mobs et vous ramassez l’or, puis vous vous dirigez vers la salle suivante. Il y a quatre modes différents, on retiendra surtout qu’à partir du mode difficile vous ne pouvez plus revenir à la vie indéfiniment et que, lors d'une partie en coopération, vous partagez vos vies supplémentaires avec tout le groupe.

Alors, qu’est-ce qui rend le jeu fun ? Qu’est-ce qui va donner un peu de piment à l’aventure ? Eh bien, c’est le multi en lui-même. Le jeu n’a que très peu d’intérêt à parcourir seul. Tout au plus vous pouvez aller soloter les premiers niveaux pour tester chaque personnage et engranger un peu d’or. Mais le véritable jeu prend place lorsque vous jouez à plusieurs, et le mieux, c'est de le faire avec des amis en vocal. Sur ce point, Gauntlet n’est pas sans rappeler un certain Zelda : Four Swords, sans pour autant l’égaler. L’humour et les quelques répliques que se balancent les héros sont sympathiques, et on ne peut pas ignorer le rapprochement entre l’univers du jeu et celui de Naheulbeuk.

 

L’or ou la gloire, voire les deux !

Taper des monstres, vous savez faire. Taper des monstres en faisant la course aux pièces d’or avec vos petits camarades, ça ne devrait pas être trop dur. Taper des monstres, faire la course aux golds, récupérer la couronne et la conserver jusqu’à la fin, ça commence à être sportif. Gauntlet joue sur un mixage entre la coopération et la compétition. À la fin de chaque niveau, vous serez confronté à un tableau récapitulatif montrant qui a ramassé le plus d’or, qui a tué le plus d’ennemis et qui a la couronne, si tant est que quelqu’un ait réussi à la ramener.

C’est donc la cupidité qui vous perdra, vous et les membres de votre escouade. Néanmoins, il est regrettable que le jeu n’offre pas plus d’opportunités de gêner ses camarades. Sur ce point, on sent que Gauntlet balance entre une orientation purement fun, bien débutée mais regrettablement inachevée, et des défis avec une difficulté qui pousse à la maîtrise coopérative mais qui, de fait, retire beaucoup à l’amusement.

 



Il n'y a pas de nain, pourtant tout le monde se rue sur l'or !

 

Côté gameplay pur, le jeu se prend facilement en mains, vous pouvez choisir d’y jouer à la manette ou au clavier et à la souris. Chacun des quatre personnages possède ses propres particularités : le guerrier agit en bonne brute épaisse, fonce dans la mêlée et défouraille tout sur son passage. La valkyrie protège le groupe, pourfend les lignes ennemies et s’avère très polyvalente. L’elfe se sert de son arc et de son agilité pour tenir les ennemis à distance. Enfin, le mage possède de nombreux sorts qui, bien maîtrisés, font des miracles. Mais comme je vous le disais au début de cet article, n’espérez pas pouvoir changer complètement le panel de vos compétences, ce seront les mêmes du début à la fin.

Vous pouvez cependant passer chez le marchand pour acheter des reliques. Vous ne pourrez en avoir que deux dont chaque utilisation vous demandera une potion que vous pourrez ramasser dans les niveaux… enfin, encore faudra-t-il que vous soyez le premier dessus !

Côté personnalisation, c’est également le marchand qui vous permettra d’acheter des skins d’armure et d’arme en fonction de votre progression dans les niveaux et les paliers de difficulté. Mais à part le côté esthétique, vous ne pourrez pas changer le stuff de vos personnages.

Enfin, notez qu’en multijoueur chacun doit incarner un héros différent, ainsi si l’elfe est déjà pris par un autre joueur, il ne vous restera plus qu’à choisir le guerrier, le mage ou la valkyrie. Cela peut être frustrant, mais ça oblige à savoir jouer tous les personnages ou presque.

Conclusion

 

Ce nouveau Gauntlet est donc un jeu qui s’apprécie entre potes et qui aura sans doute plus de succès auprès d’un jeune public. Le gros regret est qu’il ne va pas au bout de son potentiel. Ce titre en fera sourire, mais il ne restera sans doute pas dans les mémoires très longtemps. Si l’aventure vous tente, vous et vos amis, patientez jusqu’aux soldes Steam, le rapport qualité-prix n’en sera que meilleur.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.