d

13 févr. 2016 - Mandark Divers

Gravity Rush Remastered : Plus pure sera la chute !

Gravity Rush Remastered : Plus pure sera la chute !

Plier la gravité à son bon désir. Un truc tellement invraisemblable irl qu'on se demande soudain pourquoi ce n'est pas plus souvent exploité là où (presque) tout est possible, le merveilleux monde du jeu vidéo !

Si l'on excepte le malheureux Inversion de Namco sorti il y a quatre ans, Gravity Rush (Gravity Daze sur l'archipel) est à ma connaissance le seul titre structuré autour de ce concept et nom d'un p'tit bonhomme, non seulement il le fait terriblement bien mais il se paye en plus carrément le luxe d'être un des jeux les plus inspirés de ces dernières années !

Pour les deux du fond qui ne suivaient pas, Gravity Rush est à l'origine une exclu PS Vita, considérée comme rien moins que le meilleur soft de la portable chatouilleuse, fruit du labeur du sieur Toyama Keiichiro, alors déjà créateur et game director du tout premier Silent Hill et de la série des Siren, et donc pas un débutant pour ce qui est de concocter des titres qui accrochent.

Et à la vue de son portage sur PS4 en version remastered – what else ? – et de la profondeur forcément insoupçonnée du jeu au moment de la première prise en main, impossible de ne pas se demander après coup pourquoi il n'est pas arrivé plus tôt sur consoles de salon, tant le trip qu'il a à offrir semble déjà à l'étroit sur un écran de 40 pouces (un peu comme Bayonetta vois-tu, amie lectrice, ami lecteur).

Heroes will fall !

Car soyons clairs, une œuvre aussi tenue et jouissive – dans le sens où elle procure des sensations encore peu voire pas exploitées – on ne voit pas ça tous les jours. Et pour celles et ceux qui s'imagineraient que contrôler la gravité se résume à pouvoir voler, elles et ils se mettent le doigt dans l’œil, et jusqu'au coude encore !

Voler ! Ha, voilà qui est facile ! Mais « shifter » c'est encore plus badass, amigas y amigos ! Pourquoi ? Parce que justement, la gravité ! Et c'est pour le moins une très intéressante sensation que celle de tomber dans le vide... quel que soit l'azimut (et un truc qui doit valoir son pesant de cacahouètes avec un casque de réalité virtuelle – barf bags not included !).

Très franchement on se souviendra longtemps de la toute première fois où l'on se trouve arraché du plancher des vaches, flottant en totale inertie avec autour de soi un décor qui a viré au kaléidoscope XL, à la recherche d'un repère visuel. Mais une fois celui-ci acquis et alors qu'on s'élance vers sa première « chute en hauteur »... waow !

Franchement, la première fois ça fait tout drôle !

Et ce momentum Gravity Rush ne le perdra plus jusqu'à la fin d'un trip laaargement plus épique que ce que pourraient laisser penser les premières heures, que ce soit pour le scénario, le gameplay ou le game-design. Difficile bien entendu d'aller beaucoup plus loin sans spoiler – et Gravity Rush est le genre de perle qu'on a envie que les gens découvrent en en sachant le moins possible.

Mais, amie lectrice, ami lecteur, cette banane qui s'est gravée sur ta face après les premières minutes de jeu tu ne la perdras plus non plus, tout le long d'une courbe de progression savamment et soigneusement calculée pour harmoniser parfaitement le fond et la forme de Gravity Rush, un exercice d'autant plus réussi qu'il ne donne jamais dans l'esbroufe pour l'esbroufe mais offre au joueur tous les éléments pour que celui-ci constitue sa propre partition grandiose.

Float like a butterfly, sting like a bee !

Voilà toute la beauté du shift, car faire joujou avec la gravité ce n'est pas seulement faire fi des lois naturelles, c'est surtout en créer de nouvelles, avec les nouvelles perspectives que cela peut offrir et on pourrait carrément qualifier le shift de danse tant au bout d'un moment se diffuse la sensation d'être un chorégraphe à la recherche du mouvement parfait au cœur d'un ballet mystique (et parfois psychédélique, aussi). Un effet brillamment renforcé par l'animation très ragdoll et des plus gracieuses du personnage principal, Kat la gravity-queen, quand elle chute, et une direction artistique qui donne l'impression de se promener dans une bande dessinée live (Toyama san revendique pleinement l'influence du grand Jean Giraud – alias Moebius – sur son travail, et les cut-scenes du jeu déroulent l'histoire sous la forme d'un comic-book ) dont le subtil mélange de cel-shading au premier plan et de crayonné à l'arrière-plan, allié à un jeu de couleurs très tranchées, permet d'obtenir des panoramas saisissants de profondeur, au point même de créer parfois une véritable sensation de vertige. Chapeau bas !

The sky's the limit!

Et si les combats peuvent sembler un peu faciles dans les premières heures, c'est pour mieux laisser le temps au joueur de vraiment faire corps avec le gameplay du shift, parce qu'après ça s'intensifie sacrément (et non, contrairement à ce que j'ai pu lire ça et là, ils ne sont pas brouillons, ils demandent d'adopter une vraie stratégie avec le temps).

À bon port

Il est à noter ici que l'on doit le portage de cette version Remastered au studio Bluepoint Games, déjà responsable des adaptations hachedé de Ico et Shadow of the Colossus sur PS3 et qui prouve ici une fois encore qu'il fait partie de la crème de la crème dans ce périlleux exercice (avec les studios Buzz Monkey et Bee Tribe). Juste superbe et parfaitement fluide, Gravity Rush Remastered offre une finition absolument impeccable à tous les niveaux et, version remastered oblige, les trois DLC originellement en sus sur Vita (Spy Pack, Military Pack et Maid Pack) sont ici bien entendu inclus d'emblée.

Et la bande originale est toujours une des plus belles et intéressantes partitions composée pour un JV !

Bref on va la faire courte : Gravity Rush est un grand jeu et vivement sa suite, prévue pour bientôt, tabarnac !    

En chute libre vers le ciel (the girl who fell to the sky) ! 910Points positifs
  • Un concept vraiment novateur
  • Un jeu totalement maîtrisé
  • Un gameplay (presque) parfait
  • Plus ambitieux qu'il ne laisse paraître
  • Une direction artistique juste superbe
  • Une B.O fantastique
  • Le héros en vrai, c'est le chat !
Points négatifs
  • Certains niveaux peuvent agacer si on ne reste pas zen une fois la tête en l'air
  • Honnêtement, à part ça, je cherche toujours...

Gravity Rush est tout simplement un jeu unique. Une pareille alchimie de gameplay vraiment novateur, de grandeur artistique et de poésie surréaliste, eh bien on ne trouve pas ça souvent à se mettre sous le pad, amie lectrice, ami lecteur. Rien moins qu'une date (si, si), d'où une note qui frôle le plafond mais qui est surtout là pour te rappeler que....p*****, joues-y d'urgence !

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.