d

03 oct. 2017 - Camthug League of Legends

Groupe C : quelles chances pour G2 ?

Groupe C : quelles chances pour G2 ?

Le 12 septembre, après le tirage au sort des groupes pour les championnats du monde, beaucoup considéraient le groupe C (composé de G2, Samsung et Royal Never Give Up) comme le « groupe de la mort ». Et si l'arrivée de Fenerbahçe Espor semble avoir légèrement adouci le niveau du groupe, la bataille pour les deux premières places risque d'être féroce. Loin d'être donnés favoris, les G2 Esports réussiront-ils a briller comme lors du MSI 2017, ou sombreront-ils une nouvelle fois sur la scène internationale ? Éléments de réponse.

Samsung : l'épouvantail coréen

Au fil de la saison, les Samsung ont montré plusieurs visages et alterné le bon et le mauvais. Très bons lors du Spring Split avec un duo Crown/Haru en état de grâce et culminants au sommet du classement des MVP, puis très mauvais lors de la défaite contre KT Rolster en demi-finale du même Split. Très bons de nouveau durant la majeure partie du Summer Split, sans Haru et avec un Crown redescendu sur Terre, puis très mauvais sur la fin du Summer Split. Enfin, très bons pour arracher leur qualification pour les championnats du monde au dépens de KT Rolster médusés.

Mais alors, qu'attendre des finalistes des championnats du monde 2016 pour cette édition 2017 ? Eh bien probablement du très bon. 

Pour Samsung, la transition majeure au cours de la saison a été le remplacement de Haru par Ambition dans la jungle à la faveur d'un changement de méta. Si Haru s'est montré excellent sur des champions agressifs lors du Spring Split, le contrôle de la carte et la capacité à briller en teamfight d'Ambition en a fait un meilleur choix pour Samsung, dans une méta jungle résolument axée sur les tanks. Autre changement, là où Crown exerçait une pression énorme sur la midlane lors du Spring Split, pour accélérer le rythme de la partie avec son jungler, il est désormais plus en retrait et permet à Ambition d'évoluer sur l'ensemble de la carte.

Ambition est le joueur clé de Samsung en cette fin de saison.
Crédits : Riot Games.

Finalement, ces changements sont plutôt les bienvenus pour G2, car si PerkZ et Trick auraient pu éprouver d'énormes difficultés face à un duo Crown/Haru agressif, l'équipe européenne devrait être plus à son aise face à une pression globale. Seul bémol, il y a fort à parier que dans un style de jeu similaire, la qualité d'exécution des Coréens surpasse celle des Européens, qui devront se transcender pour leur tenir la dragée haute.

Royal Never Give Up : vous avez dit agressif ?

Si les équipes chinoises sont connues pour leur agressivité, Royal Never Give Up y est sans doute pour quelque chose. Avec des laners (Letme, Xiaohu, Uzi) capables de remporter une partie à eux seuls, un jungler évoluant aux limites du raisonnable et une communication 100% chinoise, RNG est en mesure, dans ses bons jours, de surprendre à peu près n'importe quelle équipe. Durant ces phases de groupe, l'écurie chinoise pourra aussi compter sur le soutien du public et sur un format BO1 qui correspond particulièrement bien à son style de jeu.

Grosse menace donc pour les G2, d'autant que les RNG aiment exercer une grosse pression sur le duo mid/jungle adverse. Or, s'il y a une faiblesse à exploiter chez les quadruples champions d'Europe, c'est certainement la passivité de Trick en début de partie, et la faiblesse de sa relation avec PerkZ. Quand on se souvient des performances de Trick lors du MSI 2017 face à des junglers agressifs, ou de la première rencontre de PerkZ avec les RNG lors du MSI 2016, il y a de quoi s'inquiéter. 

Lors du MSI 2016, déjà en Chine, Mlxg et Xiaohu n'avaient fait qu'une bouchée des G2.
Crédits : Riot Games.

Cependant, il existe aussi des points positifs pour les G2, car si Mlxg semble en mesure de déstabiliser Trick et les G2 avec des champions agressifs, pas sûr qu'il puisse en faire de même avec Sejuani ou Gragas. Le jungler chinois devrait alors se rabattre sur les lanes au lieu d'essayer de détruire son adversaire direct, et les G2 pourraient s'en tirer sans trop de dégâts. Ensuite, c'est un boulevard qui s'ouvrira pour les Européens, face à des chinois souvent incapables d'exécuter correctement leur plan de jeu, et qui devraient se contenter de forcer le destin en teamfight.

Fenerbahçe : l'invité surprise

Pas vraiment donnés favoris avant le début de la phase préliminaire des championnats du monde, Fenerbahçe a profité d'une équipe HK Attitude fébrile et d'un tirage favorable en BO5 pour accéder aux phases de groupes. Mais alors, que vaut vraiment l'équipe turque, qui a dû opérer un changement de jungler (et de shotcaller) juste avant le début de la compétition ? Avec la méta du Spring Split 2017, Fernerbahçe aurait été une vraie menace pour G2 : un jungler agressif, un midlaner talentueux et une tendance à forcer les affrontements en milieu de partie, tout les éléments étaient réunis pour mettre à mal nos champions d'Europe parfois trop passifs.

Mais pour ces championnats du monde, et avec une méta jungle qui favorise davantage le contrôle que l'agressivité, pas sûr que Crash et Frozen réussissent à faire sombrer PerkZ et Trick. Cependant pour les G2, il faudra se méfier du jungler des Fernerbahçe durant la phase de draft, car il n'hésitera pas à partir sur des picks originaux pour faire parler la poudre.

Et G2 dans tout ça ?

Depuis l'été 2016 et l'arrivée de Zven, Mithy et Expect dans l'équipe, les G2 ont souvent affiché les mêmes forces et les mêmes faiblesses : des sidelanes très fiables, un duo mid/jungle alternant le bon et le très mauvais, un début de partie assez fragile, puis une grande cohésion dans les décisions d'équipe et les teamfights de fin de partie. Mais cette année, les quadruples champions d'Europe semblent avoir comblé la plupart de leurs lacunes et arrivent aux championnats du monde plus forts que jamais.

Comme le déclarait récemment Zven : après deux années de cohabitation, la barrière de la langue entre Coréens et Européens n'est plus un problème pour l'équipe. Résultat ? Les G2 sont beaucoup plus solides, et sont capables de retourner des situations mal embarquées, comme lors du MSI 2017. Autre point positif, la méta de ces championnats du monde semble taillée pour nos champions d'Europe. En jungle, les champions relativement passifs devraient permettre à Trick de contrôler le rythme de la partie et de mettre son équipe sur de bons rails. Et en botlane, Zven devrait profiter des carry ad à gros potentiel de dégâts (et stimulés par un encensoir ardent) pour exprimer tout son talent. Les G2 pourraient alors évoluer dans le style de jeu qui leur convient le mieux, avec des lanes fortes et un début de partie relativement calme, avant d'accélérer en milieu de partie pour disputer les objectifs.

Finalement, tous les voyants semblent au vert pour les protégés d'Ocelote, qui feront face à des équipes redoutables dans ce groupe C, mais ont les moyens de triompher !

Les G2 peuvent-ils enfin briller lors des championnats du monde ? Réponse ce jeudi sur O'gaming pour leur entrée en lice contre Samsung.
Crédits : Riot Games.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.