d

21 févr. 2015 - Stabillo StarCraft 2

Groupe E : le gâteau flambe ou le bâteau coule

Groupe E : le gâteau flambe ou le bâteau coule

Dayshi, Lilbow, PtitDrogo et MarineLorD ont tous mordu la poussière. Alors que le bateau français a coulé en Challenger League, FireCake est le dernier représentant tricolore à l’entame de la Premier League. 126e joueur mondial en 2014, FireCake s’est mué en numéro 1 français au classement WCS et portera les espoirs de tout un pays ce samedi dans un groupe des plus compliqués.

Les joueurs :

L’épouvantail du groupe, c’est lui. D’abord très impressionnant en Acer TeamStory Cup avec Millenium et connu pour avoir le meilleur TvT mondial, ForGG a fini par valider les espoirs qu'il suscitait lors de la Dreamhack Winter fin 2014 avec une finale remportée face à Life. 3e joueur mondial selon Aligulac avec un winrate de 64 %, ForGG est l’immense favori de cette Premier League et écrase tout sur son passage. Sans matchup faible (au moins 60 % de victoire dans chaque matchup contre les meilleurs joueurs du monde), le Coréen devrait avancer avec son style sans surprise mais très mécanique.

Deuxième légende de ce groupe, Sen est globalement le meilleur asiatique hors Corée depuis les débuts de StarCraft II. Qui dit Sen, dit « Sen build », un des build orders les plus connus des Zergs où l'on prend une pool à 14 avec un gaz. Généralement, quand on a un build à son nom, c’est qu’on n’est pas dégueulasse. Très créatif, Sen a beaucoup apporté à la métagame Zerg et s’est également rendu célèbre pour son 1 base muta contre Terran au début de la méta de Wings of Liberty. Mais Sen, c’est aussi beaucoup de skills et de titres : 5 podiums en Premier Tournament, 16 podiums en Major Tournament pour 5 titres et quand même 117,891 $ gagnés sur le circuit, soit le 32e plus gros ramasseur de cash prize au monde sur StarCraft II. Il a battu HyuN en Bo7 et pointe à 65 % de winrate sur Aligulac. Bref, Sen est un mec qui pèse et il arrive clairement dans la peau d'un favori malgré son manque de visibilité en Europe.

FireCake arrive dans ce groupe dans la peau de l’outsider. Face à deux montagnes, il aura l’obligation d’augmenter son niveau de jeu. Son avantage est de commencer par affronter pucK, joueur le plus faible du groupe et se mettre en confiance tranquillement dans ce groupe. Voire même surprendre en winner match face à un adversaire qui le sous-estimerait ou de profiter du décalage horaire de Sen. Le joueur a raison d’être confiant : ForGG s’est déjà fait surprendre par des joueurs plus faibles à cause de stratégies à base de camembert et son ZvZ était d’un très haut niveau contre Starbuck.

Ne vous y trompez pas : malgré son accordéon, pucK vient pour chasser du français. Au palmarès ? 4e aux World Esport Championships 2014 et puis c’est tout. On s’est bien marré à la Challenger League grâce à lui et son drop warp prism 3 sentry. Des soucis avec la loi de son pays pour participer aux WCS. Bref, pucK c’est le pote d’un pote qui est là à toutes les grosses soirées, qui fait marrer tout le monde mais qui n’attire pas les filles. S’il joue comme lors de la Challenger League, il devrait se faire balayer très rapidement de la compétition. Pourtant, l’américain a battu MaSa, PiG et TargA récemment. Alors méfiance.

Mais alors, que va-t-il se passer dans ce groupe ?

FireCake se fait couler, pucK on fire

Si on a beaucoup vanté ses mérites, FireCake en Premier League, ça représente quand même un bon 1-12. Une seule map prise et beaucoup de questions pour le dernier joueur français, visiblement pas serein après sa nuit passée à l'hôtel. « TargA ronflait dans la chambre d'à côté et on nous a réveillés à 6 h du matin pour aller petit-déjeuner ». Pas de sommeil, pas de FireCake. Après un proxy 2 gates, pucK sort le 4 gate des familles et envoie FireCake en loser match. De l'autre côté, Sen bat ForGG. Après une game de 3 h de ravens contre swarm hosts, FireCake s'endort sur son clavier et est déclaré forfait par l'admin. Il se réveille alors avec les lettres T et G sur le front. La France a peur. 
En finale, pucK tente une sOs face à Sen : deux autres proxy 2 gates, y compris sur une map à 4 spots pour brain son adversaire. « Cette stratégie me donnait 33 % de chance de gagner face à Sen, c'est toujours plus que mes 0 % dans une game normale ». Malin l'américain.

Taux de probabilité : 10 %

ForGG et Sen passent

ForGG fait boire la tasse à Sen et joue le winner match face à un FireCake qui a éclaté pucK. Dans la joie et la bonne humeur, FireCake s'incline 2-1 face à la machine ForGG après une rencontre d'anthologie. Sen remonte le bracket en éclatant à son tour pucK qui déclare « Je comprends mieux pourquoi mon pays interdit la compétition sur les jeux vidéos : ça tourne très vite au viol ». Le decider match oppose Sen à FireCake dans leur meilleur matchup. Le match est intense mais le Français perd sur une early pool alors qu'il a hatch first.

Taux de probabilité : 70 %

FireCake triomphant et flamboyant

Face à un pucK qui fut ridicule lors de la Challenger League, FireCake déroule son jeu et claque un 2-0 à l'Américain. La vraie compétition ne commence que maintenant et la finale du groupe revient alors à ForGG. Le Coréen semble avoir mal digéré la choucroute que l'ESL lui a servi la veille et prend de haut le Français. Le Zerg lui sort un style roach hydra sur la première game assez surprenant puis all-in sur DeadWing, la deuxième map. Le Français explose de joie, la Marseillaise tonne dans les locaux ESL et FireCake est adoubé par Stephano sur le plateau en agitant un drapeau français. Au micro de Red Eye, le Français lâche un « le plus compliqué, c'est que je passe mon diplôme d'ingénieur en ce moment ». La classe internationale.

Taux de probabilité : 20 %

La noyade de ForGG, Polt chez Millenium

Après avoir battu Sen haut la main, ForGG se fait surprendre par un cheese de FireCake en winner match. À l'aise, le Zerg tente la macro game face au monstre coréen. Rien n'y fait : les mines ne connectent pas, les mutas interceptent tous les drops et les swarm hosts sortent en masse. Il retrouve alors pucK en decider match. Mais ForGG n'a jamais tellement brillé en WCS. Cette compétition n'est pas la sienne et retrouver un Protoss en Premier League lui rappelle le cauchemar vécu en 2014 où il se fait sortir par BabyKnight et Lilbow dès le premier round. Deux all-in blink stalkers plus tard, ForGG passe à la trapinette. Llewellys décide alors qu'une structure comme Millenium se doit d'être en Premier League WCS et embauche Polt.

Taux de probabilité : 20 %

Il s'agit d'un des groupes les plus intéressants mais également l'un des plus hiérarchisés sur le papier. On devrait retrouver ForGG, Sen puis FireCake et pucK. Néanmoins, étant donné le décalage horaire que Sen va connaître, on peut espérer une surprise de la part du Français qui flambe pour atteindre les Ro16 de la Premier League.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.