d

26 mars 2014 - Uppsala Hearthstone

Hearthstone : La prise de décision ou le quatrième facteur

Hearthstone : La prise de décision ou le quatrième facteur

A Hearthstone, la victoire tient en quatre paramètres : Le tirage, la RNG (dont nous avons déjà parlé lors d’un précédent article), les cartes et la prise de décision qui reste le seul facteur sur lequel le joueur peut réellement compter lors d'une partie. Prendre la bonne décision au bon moment dépend de plusieurs facteurs que nous allons analyser ici.

Vous vous êtes sûrement déjà retrouvé dans un moment difficile. Votre adversaire est dans une position avantageuse et vous ne savez pas quoi faire de vos cartes. Comment se sortir d’une situation épineuse et que jouer ? Rush PV ou nettoyage de board ? Se remettre de la vie ou poser un taunt ? Attaquer tel ou tel serviteur ? Ce sont les principales questions que l’on se pose quand on joue à Hearthstone et prendre des risques peut s’avérer salvateur ou déplorable. Mais comment prendre la meilleure décision ? Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte.

La classe adverse

Chaque classe a un style de jeu différent et des cartes de classes affiliées. Savoir ainsi qu’un choc de flammes peut surgir au tour 7 quand on joue face à un mage permet de mieux anticiper la pose de cartes sur le plateau. De même, il convient d’être vigilant quand au nombre de créatures sur le plateau lorsque l’adversaire joue chasseur à cause du “lâcher les chiens”.

Le type de deck adverse

Il y a plusieurs manières de jouer à Hearthstone et de construire ainsi un deck avec les cartes dont on dispose. Il existe plusieurs archétypes de decks connus et savoir s'y adapter est essentiel. Un voleur “miracle” n’aura pas du tout la même dynamique qu’un voleur orienté contrôle. Identifier le type de jeu d’un adversaire permet d’anticiper le type de cartes jouées et ainsi adapter sa stratégie. Un deck très agressif sera généralement freiné dans sa dynamique par les créatures à provocation par exemple.

On notera aussi la nécessité de garder certaines cartes en main en prévision d'une situation compliquée ou pour gérer une carte adverse récalcitrante.

 

« Chasse au gros gibier », la réponse naturelle à Ragnaros

Les points de vie

Pas la peine de faire le beau ou de prendre des risques quand on peut tuer l’adversaire ce tour-ci. Descendre les points de vie de son adversaire au lieu d'attaquer les serviteurs peut être risqué et un token 1/1 joué par un paladin peut se transformer en 5/5 suite à une bénédiction des rois. Dans la meta actuelle, descendre en dessous de 15 points de vie est un risque surtout face à des classes dites « casters » type mage même si certaines cartes et stratégies en jouent comme avec l'utilisation de géants de lave.

Les cartes en main

Plus un joueur possède de cartes en main, plus il a de possibilités. Un adversaire avec une seule voire 0 cartes en main peut difficilement se défendre. Il est dépendant de sa pioche ce qui se révèle fortement hasardeux. Certaines stratégies prennent toutefois le contre-pied et consistent à faire piocher l'adversaire afin d'éliminer les cartes piochées et d'atteindre le niveau de fatigue.

La phase de mulligan est également à prendre en compte. Démarrer une partie avec seulement des serviteurs et sorts à 6 ou 8 de mana est généralement inutile. Il faut donc réfléchir et s'adapter à la classe adverse en se mettant à l'abri.

La mana

Faites bien attention à la mana adverse et à la votre. Un Chaman en surcharge manquera peut-être de moyens pour exécuter un combo ou jouer une carte salvatrice. Un tour peut tout changer et perdre l'avantage parce que l'on ne peut poser une carte trop chère est frustrant et peut coûter la victoire.

Les cartes sur le terrain

Le plateau est l'endroit le plus important du jeu. C'est là que vous posez vos serviteurs et que vos actions prennent forme. Votre stratégie d'action peut être agressive, défensive ou mixte. Faites aussi attention au placement des cartes sur le plateau, certaines cartes telles que trahison ou cône de froid jouent sur ce facteur. Poser un défenseur d'Argus entre un géant des montagnes et un loup des bois peut signer l'arrêt de mort de ce dernier tout comme laisser certaines créatures sur le plateau adverse peut être une très mauvaise idée (murlocs, bêtes, totems...).

Ne laissez jamais les murlocs s'installer

Les cartes déjà jouées

Bien que votre adversaire puisse vous réserver quelques surprises, faire attention aux cartes déjà jouées procure un avantage stratégique. Ainsi, une fois les deux « lâcher les chiens » passés, vous savez que votre adversaire ne pourra pas en poser d'autre et êtes donc libre de poser plus de serviteurs sur le plateau.

Le cas de l'arène

Attardons-nous sur le cas de l'arène qui brise les codes du construit. La synergie des cartes n'est plus la même et la limite de deux cartes similaires imposée normalement n'a plus lieu d'être. Le type de deck adverse ne correspond donc pas à ce à quoi on peut s'attendre.

Anticipation

Mais tous ces facteurs ne suffisent pas. Les meilleurs joueurs anticipent les actions et réactions adverses et testent régulièrement la main de leur opposant afin de prendre l'avantage. Par exemple, forcer un prêtre à se soigner signifie lui faire dépenser 2 cristaux de mana qui peuvent être précieux en début de partie.

Conclusion

Vous l'aurez compris, prendre la bonne décision n'est pas une mince affaire et le déroulement d'une partie est rarement linéaire, il peut même être largement secoué voire renversé d'un tour à l'autre et c'est ce qui fait tout le sel d'un jeu comme Hearthstone.

Si vous voulez entraîner votre prise de décision, LiquidHearth propose de temps en temps des énigmes vous mettant dans des situations difficiles et qui permettent de comprendre comment, parfois, en maîtrisant bien les mécaniques de jeu, on peut reprendre le contrôle voire gagner lors d'une partie qui semblait perdue.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.