d

26 nov. 2013 - Koromikun League of Legends

IEM Cologne : en attendant la S4

IEM Cologne : en attendant la S4

Le week-end fut mouvementé dans le monde de l'eSport. Des cris de joie et de déception ont retenti entre l’Amérique et l’Europe. Pour le côté européen, c’est plutôt League of Legends qui a fait l’unanimité, avec les IEM Cologne, et la belle série de matchs qui nous auront été proposés pour le tournoi pro. Retour sur une compétition tumultueuse aux nombreux rebondissements.

Six équipes se sont affrontées dans une compétition sans merci pour espérer décrocher la victoire en finale et montrer qui sont les patrons. Sur un patch 3.13 privé de Heimerdinger, Sivir, Olaf et Syndra, des équipes européennes et américaines ont livré bataille. Parmi elles, la terrifiante Fnatic, bête noire de nombreuses équipes, et récemment arrivée demi-finaliste des World Championships, avec notamment le retour du fils prodige, Martin « Rekkles » Larsson en tant que Carry AD. Notons aussi la présence des Gambit Gaming, après une finale de saison 3 légèrement décevante, qui célébrait la réintégration de l’unique Carry Support du monde, j’ai nommé le grand Edward ! Côté américain, nous avons eu droit aux CLG menés par un Doublelift en forme après s’être reposé pendant quelques mois, loin de toute compétition, et aux Cloud 9, grands vainqueurs du LCS Summer Split NA. Deux équipes inconnues au bataillon ont aussi faire leur entrée : une équipe turque du nom de Team Turquality, et une autre équipe russe pour augmenter les vapeurs d’alcool dans les coulisses de l’ESL, The Red.

Une Amérique écrasée par l’Europe

Si les Coréens sèment la terreur sur toute la scène eSportive, l’Europe n’en reste pas moins collée derrière, cachée dans l’ombre. On aura noté cela à travers la performance extravagante des Fnatic lors des phases de poule des World Championships, ne concédant qu’une seule défaite à la Team Vulcun, sans doute sous la pression de leur toute première rencontre pour cette compétition.

Et une fois de plus, la domination sur l’outre-Atlantique a été frappante. Les Counter Logic Gaming auront réussi à l’emporter 2 - 0 sur la Team Turquality, un résultat pour le moins attendu. Arrivés en demi-finale contre les Fnatic, xPeke et ses compatriotes expliquent la vie à des CLG qui reprendront la main dans la deuxième manche, aidés par des picks légèrement déconcertants des Fnatic. Ni une, ni deux, réaction directe de nos européens qui prendront tout de même la victoire et la place en finale.

Pour les champions américains, leur chance n’aura pas été la même. Directement qualifiés en demi-finale, ils n’auront pas eu le temps de faire suffisamment chauffer la souris pour pouvoir s’exprimer. Si leur domination nationale est parfaite, leur niveau international demande encore pas mal d’entrainement. Qui plus est, lourde est la tache de sortir victorieux d’un duel contre les Gambit Gaming, assoiffés de sang après un match contre The Red. Vous l’aurez compris, Cloud 9 c’est bien beau pour les fans américains, mais si Meteos mérite le statut de Diamondprox-like, Diamond mérite lui le statut de Chuck Norris. Aucune chance donc pour les Etats-Unis d’affirmer leurs couleurs, en tout cas pas en Europe.

Des Fnatic ébranlés

Si le simple nom « Fnatic » fait trembler les murs quand on le prononce, et crée des raz-de-marée par simple effet papillon, sa magnitude sur l’échelle de Richter n’aura pas été à la hauteur des attentes.

Fnatic, c’est une équipe qui a besoin d’un tour de chauffe avant de faire exploser tout le matériel électronique. Il aura suffi d’une défaite en World Championships pour faire éclater l’une après l’autre chaque équipe de son groupe. Et pourtant, la nouvelle prestation tant attendue de l’équipe number one européenne a été quelque peu décevante, malgré le retour de Rekkles.

Gambit Gaming, rouleau compresseur

On en attendait plus autant de nos chers russes. La légende Moscow Five résonne encore dans les têtes des plus grands fans, mais malheureusement ces derniers temps, la septième compagnie d’Alex Ich ne joue plus au rythme de la neuvième symphonie. Après une qualification sur le fil en quarts de finale face aux Samsung Galaxy Ozone lors des championnants du monde, et une lutte acharnée contre les Najin Black Sword qui finira sur une défaite, les Gambit ne laissaient que peu d'espoir à leurs supporters.

Que nenni. Le grand Edward avait d'autres plans. Tresh, Sona, ses supports les plus appréciés étaient au rendez-vous. Mais avant de sortir le grand jeu, notre ami s’est fait plaisir, et nous a sorti une Annie hors du commun contre The Red, qu’il a joué d’une main d’artiste. Les Gambit ont par la suite gardé leur sang-froid inégalable pour parvenir à se frayer un chemin en finale, et la remporter sans même perdre une seule game.

Gambit Gaming is back ! Si tout le monde pensait que Fnatic allait rouler sur les autres équipes, Alex Ich et ses potes ont sorti le Monster Truck. Et on les attend de pied ferme pour les LCS Saison 4, afin de donner du fil à retordre aux autres équipes et imposer leur domination comme au bon vieux temps.

Si nous sommes un peu dans une phase « vacances » pour les joueurs de League Of Legends, l’ESL nous a offerts ici le moyen de nous remettre en jambes avant de retourner en hibernation jusqu’à la prochaine grande compétition. Ca se passera côté asiatique, avec les IEM Singapour qui débuteront le 28 novembre avec la présence notamment des CJ Entus Frost et des Invictus Gaming, deux grands absents de la finale de la saison 3.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

2 commentaires

DvileDoudou
DvileDoudou - 27/11/2013 16h51

"Diamond mérite lui le statut de Chuck Norris"

XD c'est tellement vrai, et quel bonheur de revoir un EDward au top de sa forme remettre les gambit dans le droit chemins des games de ouf

MykroPsykoz
MykroPsykoz - 28/11/2013 00h28

Un rape à la evelyn de la part diamond qu'il avait déjà accompli pendant les LCS EU à un moment on on attendait plus les gambit (le fameux nasus lvl 3 a 12 minutes de jeu) - présent partout malgré le don de 400 po de sa part à l'équipe adverse sur un facecheck et un starter ultra cheesy à l'elixir bleu. Plus rien ne pouvait le stopper à partir de 10 minutes de jeu, farmer pour la ash de Rekkles était synonime de mort, la game s'est limite fini avant 20 minutes.

(il me semble que gambit n'avait pas pris une seule game aux fnatic depuis bieeeeen longtemps, ce qui laisse éspérer une réelle mise à niveau des M5 Gambit)

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.