d

18 févr. 2015 - Floove StarCraft 2

Invasion eSport : des nouveaux pas si jeunes

Invasion eSport : des nouveaux pas si jeunes

En France, la scène eSportive est très complète, avec de nombreuses structures ayant des rosters sur divers jeux. Principalement dominée par Millenium, aAa et Punchline sur StarCraft 2, d’autres équipes comme Nuit blanche ou War Legend sont relativement connues. Alors, quand une nouvelle équipe arrive sur la scène avec des joueurs de talent, ça ne se fait pas sans bruit. C’est le cas d’Invasion eSport.

Une annonce fracassante

Créée en décembre 2013, Invasion eSport comptait, à ses débuts, des joueurs français plus ou moins connus comme Risk (GenjiTakiya) et Nanaki. Mais c’est en fin d’année 2014 que l’équipe arrive sur le devant de la scène médiatique avec une annonce de poids : l’arrivée de DongRaeGu, annoncée le 21 décembre après sa séparation avec MVP fin juillet. Un joueur ayant gagné une GSL, une MLG et, par-dessus tout, finaliste d’Iron Squid 2, attire l’attention et donne une visibilité directe à l’équipe française.

Pourquoi Invasion ?

En regardant le palmarès de DRG, beaucoup se demandent pourquoi celui-ci a choisi de rejoindre une équipe quasi inconnue mondialement, avec un palmarès bien maigre malgré d’autres joueurs coréens comme Super ou TOP. La meilleure des façons pour juger de cette décision est tout simplement de demander au principal intéressé, à savoir DRG. Stabillo a donc posé plusieurs questions au joueur Zerg, voici l’interview :

Bonjour DongRaeGu, tu as rejoins Invasion eSport il y a quelques semaines, qui est une nouvelle équipe inconnue française. Qu’est-ce qui t’a fait faire ce choix ?

Ma première priorité est de participer à encore plus de tournois à l’étranger. Plusieurs autres équipes m’ont contacté mais Invasion m’a offert plus. En outre, mon ami Super était chez Invasion également. C’est pourquoi j’ai choisi Invasion eSport.

Tu es entré dans l’histoire avec le tag de MVP, pourquoi as-tu quitté cette équipe ? Quelles sont tes pensées à ce sujet ?

MVP et moi avons été en très bons termes jusqu’à la fin. Je voulais juste changer ma situation de joueur pro. Il n’y a pas de problème avec MVP.

Regardes-tu toujours leurs matchs de proleague ? Que penses-tu de leur nouveau roster ? Est-il meilleur que celui de l’année dernière ?

Hmm oui. Je regarde tous leurs matchs de proleague, et le nouveau roster de MVP est assez fort mais peut-être qu’ils ont besoin de temps pour s’adapter sur les matchs. Avant, nous étions meilleurs selon moi.

 À propos d’Invasion eSport, comment t’entraînes-tu dans cette équipe ? Préfères-tu le ladder ou des games personnalisées pour t'entraîner ? Offres-tu à Invasion eSport ta façon de t'entraîner pour la proleague ? Manques-tu d’une Gaming House ?

Je m'entraîne habituellement sur le ladder mais avant de gros matchs comme ceux de la GSL ou SSL, je fais des games personnalisées. Je ne veux plus jouer la proleague aujourd’hui car jouer cette compétition une fois me fatigue beaucoup. Nous n’avons pas de Gaming House mais mes équipiers vivent ensemble à Séoul, donc n’en manquons pas.

T'entraînes-tu avec tes coéquipiers ? Mêmes les Français ?

Pas vraiment. Nous nous connaissons tous tellement que nous faisons juste du ladder. Je joue avec mes coéquipiers français mais c’est assez dur car il y a des lags avec la distance.

Que pouvons-nous te souhaiter pour 2015 ?

J’ai juste besoin d’un autre tournoi majeur ! Et une bonne expérience, ainsi que plus de temps dans ma vie de gamer.

Merci beaucoup pour tes réponses.

Merci de m’avoir posé quelques questions !

Une méfiance infondée ?

Comme souvent, les nouveaux venus sont sujets à de nombreuses rumeurs et méfiances. Un des reproches récurrents qui est fait à Invasion eSport concerne la provenance de leurs fonds. Certains crient au scandale et de nombreuses critiquent sont faites. Mais ces critiques sont-elles fondées ? Un joueur de la renommée de DRG ne s’embarquerait pas dans une nouvelle équipe sans s’être renseigné. Et bien que l’équipe soit récente, elle a tout de même plus d’un an d’existence, ce qui donne quand même l’image d’une certaine stabilité. Le nombre de joueurs également, bien que certains soient des semi-pro, et leurs tournois respectifs : Super et GuMiHo sont en Code S de la GSL. Tout cela engendre une visibilité dans les plus hautes sphères de la scène SC2 pour Invasion eSport.

Concernant les attaques, quoi de mieux que de poser les questions aux personnes concernées, à savoir un membre du staff d’Invasion eSport : Cazo ?

On a tout de suite envie de savoir : ça fait quoi de diriger DongRaeGu, Gumiho, Super et consorts ?

Nous sommes, bien sûr, fiers de compter des joueurs tels que ToP, Super, GuMiho, DRG et Keen, mais aussi ceux de notre lineup européenne : Theo, Risk, Quent et Nanaki. (IMComingHome étant occupé professionnellement pour le moment). Les Coréens nous ont surpris sur plusieurs aspects :

- la détermination qu’ils ont à réaliser des performances,

- leur capacité à s'entraîner constamment,

- la rigueur dont ils font preuve dans leur préparation aux tournois,

- enfin, leur moral à toute épreuve, marque des grands joueurs.

C’est un plaisir de les voir travailler ainsi et nous en tirons une grande satisfaction personnelle. Si nous sommes leurs managers, nous restons avant tout de véritables fans, et avoir l’opportunité de les encourager ou féliciter après chaque match est un vrai plaisir.

À quand INnoVation et soO pour gagner la proleague ?

La proleague est une compétition qui n’est pas encore à notre portée et nous en sommes conscients. Comme il est simple de le remarquer, nous recrutons plutôt des joueurs en progression que ceux déjà au sommet. Nous étudions avec précision chacun de nos joueurs avant de le recruter : performances passées, potentiel actuel et capacité à assurer leur financement. Nous leur fournissons un cadre pour leur permettre d’exprimer au mieux leurs capacités, de manière individuelle. C’est-à-dire que nous ne travaillons pas encore sur une vision « team league » mais plus sur l’accompagnement des individualités pour atteindre le maximum de leur potentiel. Bien sûr, ceci est amené à évoluer, mais nous préférons faire les choses petit à petit et consolider notre structure actuelle plutôt que de partir dans tous les sens et délaisser certains joueurs.

La proleague est également une compétition exigeante : nous devons faire nos preuves sur la scène internationale avant d’avoir une chance d’être acceptés par l'organisation.

Pour l’instant nous envisageons une participation via partenariat. Initialement BBoongBBoong, notre ancien joueur, devait jouer pour Prime et GuMiho, qui vit dans la Team House des MVP avec qui nous entretenons d’excellentes relations, devait représenter les couleurs de MVP en tant que mercenaire, comme le sont “Seed” et “Taeja”.

Les règles de la KeSPA étant ce qu’elles sont, BBoongBBoong ne pouvait participer avec Prime car nous étions affiliés avec MVP pour GuMiho. Cependant, suite à un problème technique de transfert entre CJ Entus et notre équipe, la KeSPA a ensuite considéré GuMiho comme toujours CJ Entus. Nos efforts, couplés à ceux du head coach « Park » de CJ Entus n’ont pas suffit à les convaincre pour cette saison... mais ce n’est que partie remise !

Comment on convainc ces joueurs-là de venir dans une équipe inconnue en France alors qu'ils sont en KeSPA ? Comment se passe le premier contact ?

L’un de nos joueurs connaissait personnellement Comeback, anciennement Noblesse, un joueur de GSL. Celui-ci souhaitait finir sa carrière SCII avec nous pour rebondir sur Heroes of the Storm. Ce fût donc avec plaisir que nous l’avons accueilli. L'expérience fut positive tant pour nous que pour lui : il a su trouver chez nous ce qui plaît aux Coréens. Rapidement, ses anciens coéquipiers de chez MVP et autres amis se sont alors renseignés sur cette nouvelle structure dans laquelle il évoluait. TAiLS, BBoongBBoong, Super, GuMiho, DRG et Keen nous ont directement contacté, intéressés pour nous rejoindre. Seul ToP a eu un parcours différent puisque nous lui avons envoyé un e-mail lorsqu’il cherchait une équipe. Le premier contact est assez simple : nous répondons à leurs questions, ils répondent aux nôtres. Nous parlons assez rapidement de dédommagements financiers pour intégrer notre équipe et pour les déplacements. Beaucoup d’Européens seraient surpris de connaître le prix qu’ils demandent : un joueur européen coûte souvent bien plus cher à une structure qu’un joueur coréen résident à Séoul.

Pourquoi avoir monté Invasion eSport et pas financé un projet déjà existant ?

Cela s’est fait tout seul. D’une part, nous faisions partie d’une structure qui s'appelait Ylluminatis, les ambitions de la section Starcraft n’étant pas comblées, nous restions alors sur notre faim. D’un naturel d'entrepreneurs (3 des 4 managers ont créé des sociétés), complémentaires sur nos compétences : le choix s’est imposé de lui-même de nous lancer à l’aventure. Nous avons eu pas mal de propositions pour rejoindre des multigaming mais nous ne trouvions rien de plus que ce que pouvait nous offrir notre ancienne structure. La partie communautaire de notre ancienne structure a su nous faire confiance et nous avons perdu moins de 5% de l’effectif lorsque nous avons créé Invasion eSport.

Quelles sont vos ambitions ?

La première est bien entendu personnelle : nous aimons l’eSport et voulons nous faire plaisir. C’est ce qui dirige la plupart de nos décisions. D’un point de vue équipe, nous avons deux aspirations principales :

- Être l’équipe reconnue comme étant le tremplin de nouveaux talents

- Faire rayonner notre structure dans l’eSport, aujourd’hui sur Starcraft 2, mais sans s’imposer de limites.

Vous vous basez sur un staff international : qui sont ces gens et comment les recrutez-vous?

Dans notre ancienne structure, nous étions quatre membres du staff, et cela n’a pas vraiment changé depuis. Globalement, cela fait deux ans que nous travaillons tous les quatre pour gérer tout ça. Les personnes qui composent le management sont : Chef, Simple, CaZo et Sebou. Nous avons recruté une personne, Ana, pour le management et les relations publiques (s’occuper de la recherche de tournois, de leurs inscriptions, de rechercher des sponsors et de l’accompagnement de nos joueurs au quotidien). Peu à peu, d’autres personnes se montrent intéressées et nous étudions au cas par cas comment les inclure à l’aventure. Nous avons déjà beaucoup des joueurs de la partie communautaire qui nous soutiennent, nous aident sur les aspects techniques et organisationnels. Un grand merci à eux.

De fait, comment vous financez-vous à ce jour et quel est votre business plan pour continuer à vous développer ?

Jusqu'à aujourd’hui nous avions deux sponsors. Le principal est un « Familly Office » : une sorte de fonds d’investissement spécialisé dans les boissons alcoolisées. Le gérant est un fana d’eSport et s’il ne souhaite pas être connu pour ça. Invasion eSport est pour lui une possibilité de participer à la croissance de l’eSport, d’apporter sa pierre à l’édifice. Il partage nos convictions et nos ambitions et nous laisse donc carte blanche pour les décisions à prendre. Le second, LibrIT (http://www.librit.fr), est une société d’open source co-créée par l’un de nos admins. Elle fournit une aide technique et financière. Pour 2015, nous avons trois nouveaux sponsors que nous pouvons à présent nommer : 

- Inovaent : http://www.inovaent.com/

Une startup spécialisée dans le développement de jeux pour mobiles.

- Four seasons property : http://www.four-seasons-property.com/

Une agence immobilière de biens d’exception et de conciergerie de luxe.

- 8ways : http://www.8ways.ch/

Une agence web innovante aux clients de renom, qui excelle dans le monde digital.

Notre recherche de sponsors ne s’arrête jamais, d’ailleurs certaines négociations sont à un stade très avancé. Il est important de rester actif sur ce point : nos ambitions nécessitent de satisfaire nos sponsors et d’en obtenir de nouveaux.

La rédaction aAa avait mis votre équipe sous les feux des projecteurs en décriant votre manière d'obtenir des likes sur Facebook. Qu'as-tu à dire pour ta défense et surtout comment comptez-vous développer vos réseaux sociaux et votre visibilité ?

En Août 2014 tout s’est accéléré : nouveaux recrutements, une renommée croissante en Asie.. et notre communication stagnait. Nous avons dû faire des choix, celui de structurer le management des joueurs, de valider ou refuser des candidatures, de rechercher des sponsors, de gérer l’accès à certains tournois.. et de mettre de côté la communication. Ce n’était pas idéal mais nous n’avions pas assez de temps pour tout réaliser correctement. Peu à peu, des volontaires nous ont rejoint pour nous aider. Dans un excès de zèle, l’un d’entre eux s’est proposé de nous aider sur les réseaux sociaux et a effectivement utilisé des « boosters » financiers. Le résultat fut une catastrophe, nous en sommes conscients et présentons à nouveau nos excuses. Après une très longue bataille, nous avons réussi à remettre en partie les choses en ordre, c’est-à-dire de retrouver une nombre de like ou follow bien plus proche de la réalité.

Est-ce que ces attaques vous dérangent ?

Le mot est bien choisi : il s’agit d’attaques et c’est dommage. Plus que de nous déranger, nous ne les comprenons pas. Certaines sont fondées, d’autres sont gratuites mais dans les deux cas, nous attaquer n’y changera rien. Initialement, en créant la structure, nous voulions faire croître l’eSport en France et autres pays francophones. La France est déjà bien armée avec O'Gaming et Millenium sur Starcraft, et nous pensions qu’un troisième acteur majeur sur ce jeu viendrait renforcer la position de celle-ci sur la scène eSport internationale.

Quelle déception ce fut de voir que les petits acteurs de ceux que nous voulions aider se sont attaqués à nous. La francophonie pourrait certainement rayonner si tous ceux qui voulaient entreprendre dans l’eSport en France s’entraidaient. Il ne s’agit pas d’un gâteau à se partager mais bien de créer notre propre marché, la compétition n’existe que dans le jeu. Plus les acteurs seront nombreux, plus l’eSport en profitera : pour les fans, les joueurs, les structures. Nous avons donc décidé de nous focaliser sur l’Asie, qui a comprit ce principe qui lui permet d’atteindre les sommets que nous connaissons tous. Laissons à la France et aux structures « old school » le temps de progresser. Bien sûr, nous restons ouverts aux remarques sur nos erreurs, cela nous permet de progresser : mais nous pensons qu’il serait plus constructif de venir nous en parler avant de publier pour connaître le contexte et mieux présenter la réalité.

Quels sont vos projets pour la suite ? D'autres jeux ? Une lineup européenne ?

Nos projets sont nombreux, impossible de tous les citer : certains ne verrons peut-être jamais le jour et de nouveaux pourraient apparaître. Cependant, voici un petit aperçu de notre « roadmap » :

- La croissance d’Invasion eSport tant dans le jeu que sur la communication.

- Se rapprocher des fans de nos joueurs et de notre équipe.

- La création de lineups sur d’autres jeux. Pour commencer certainement une parmis LoL, CS Go, HotS ou Hearthstone, des jeux que nous affectionnons beaucoup même si Starcraft a une place privilégiée dans nos cœurs.

Quoi qu’il advienne, nous tiendrons la communauté au courant de notre évolution, alors n’hésitez pas à nous suivre sur nos diverses pages :

Facebook : https://www.facebook.com/invasionesport

Twitter : https://twitter.com/invesport

Site Web : http://www.invasion-esport.com

À bientôt !

Une structure épanouissante

Si nous ne devions retenir qu'une seule chose dans cette interview, ça serait le souhait qu'a Invasion eSport de faire rayonner ses joueurs le plus possible. Ils souhaitent devenir une structure reconnue, propulsant ses joueurs sur de grands tournois, en les accompagnant et les aidant. Des passionnés encadrant des passionnés. Bien que la transparence n'eût pas été leur force au début, les choses tendent à s'éclaircir et les mois à venir vont sûrement être bénéfiques pour la structure.

Le renouveau de la scène

Invasion eSport représente, d’une certaine façon la nouvelle génération d’équipes de StarCraft 2 et engendre un dynamisme pour les joueurs, et surtout les spectateurs. Une nouvelle équipe vient concurrencer celles qui sont déjà bien présentes, en recrutant des joueurs connus mais également des joueurs prometteurs sur la scène française. Tout cela ne peut apporter que du bon et suscite l’intérêt. Il est dommage de critiquer une initiative quand il est question de sa passion, surtout quand les critiques et rumeurs semblent infondées.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.