d

04 avr. 2017 - Perco StarCraft 2

Koka en GSL ?

Koka en GSL ?

Sans bruit, sans fureur, notre caster « Koka » est entré puis sorti par la petite porte dans le tournoi qualificatif de la seconde saison de la GSL 2017. Itinéraire d’un enfant perdu.

Quelle est la frontière entre le rêve et les bouffées délirantes ? Ce dimanche, notre ami Koka a aidé la science psychiatrique à progresser. Retour sur un drame qui aurait, sans doute, pu être évité.

Fugue en Koka mineur

Malgré l’avis et l’inquiétude de ses proches, le jeune commentateur avait tout fait pour accéder au tournoi permettant d’accéder au Graal des compétitions individuelles coréennes : la GSL.

Fuguant du domicile familial à la fin du mois de février et sous une fausse identité, il a réussi à tromper la vigilance des agents de sécurité de l’aéroport d’Orly et à s’envoler vers Séoul. « Nous aurions dû nous rendre compte que ce petit garçon n’allait pas bien », reconnait aujourd’hui José, le vigile en charge ce jour là, « Il criait qu’il voulait prendre un avion Jin Air, seulement un avion Jin Air…sur le moment je n’ai pas compris, j’ai pensé que ça ne voulait rien dire. Je regrette tellement aujourd’hui ».
 

 

Se cachant dans une valise, c’est finalement dans la soute d’un avion cargo ukrainien que le jeune Koka réussira à s’envoler vers le Pays du Matin calme. Après trente sept heures de vol, il est découvert par Youri et Mickaïl, manutentionnaires dans une société d’import-export. « On l’a gardé un peu avec nous avant de le laisser partir. Il était mignonne et il avait la peau douce », se souvient Youri.

Après sa libération on perd sa trace quelques jours, dont on imagine qu’ils consistent en la lente descente aux enfers d’un enfant perdu dans la capitale sud coréenne. Drogue, attouchements, vente d’organe, prostitution ? Personne ne le saura jamais clairement mais à la vue de cette vidéo, filmée la semaine suivante, on craint que cela ne soit tout ça à la fois.

 

 

À Paris, ses collègues commencent à peine à s’inquiéter. « On n’a pas réalisé tout de suite mais comme on ne lui adresse la parole qu’une fois par mois environ, personne ne s’est affolé », déclare le commentateur FunKa, « Jamais on n’aurait pu imaginer qu’il pourrait faire un truc pareil, je veux dire… partir à Séoul et jouer en GSL, mais à quoi il pensait ?! ».

Corée de Huntington

Seul, sans doute affamé et effrayé, le jeune garçon réussit pourtant à survivre et prend même le temps de chercher du réconfort à l’aide de peluches. Les câlins lui manquent mais il n’a pas perdu de vue son obsession : jouer à StarCraft avec les meilleurs et montrer que lui aussi est digne de la GSL.
 

L’affaire semble pourtant impossible en vertu du règlement du tournoi. En effet, si je jeune éphèbe est bien classé « Master » grâce à l’efficace utilisation d’un seul et unique build order dans tous les match up, il reste un gros problème : l’accès aux inscriptions est interdit au moins de douze ans. Sans doute grâce à l’aide d’un pot de vin glissé à l’administrateur, il réussit pourtant encore une fois à tromper le règlement. Aussi incroyable que l’histoire puisse paraître, celui que l’on surnommait « la Blanche neige des salles de musculation parisiennes » est alors en passe de réussir son improbable projet.

Pourtant, alors que le moment approche de se rendre aux studios d’Afreeca TV, dans lesquels se jouent les qualifications, il semble qu’un faible sursaut de lucidité le saisisse. Sous l’humour forcé, on sent poindre l’inquiétude réelle de confronter le fantasme à la réalité.

 

Mais se réfugiant dans le déni, le jeune candide se convainc qu’il va sans doute rencontrer un « no name », un joueur coréen arrivé là un peu par hasard. Cela n’arrivera pas. Lorsqu’il prend place pour jouer son premier – et dernier – match, l’incompréhension est totale chez les organisateurs. « On a vu ce petit enfant blanc se balader tout l’après midi dans nos pattes », se souvient l’un d’entre eux, « Tout le monde pensait qu’il était là pour obtenir des signatures, des photos. Lorsqu’on l’a vu s’assoir devant le clavier, on a compris mais il était déjà trop tard ».

Il est en effet déjà trop tard à cet instant. Face à lui, ByuL, le « tueur aux mille victimes » n’a pas l’habitude de faire de sentiments. Ce que l’on pouvait craindre de pire est en train de se produire : sans émotion apparente, il joue comme si son adversaire était de son calibre. « Je n’ai pas trop compris, quand j’ai lancé ma première attaque sur sa seconde base, il n’y avait rien. Je me suis dit que son clavier était peu être débranché et je suis allé boire un café le temps que le problème soit réglé », nous explique ByuL, « En réalité le timer continuait car tout allait bien mais en revenant j’étais encore largement en avance sur la macro ».

De l’autre côté, le monde réel est en train de rattraper notre petit KoKa. Il agite ses doigts dans tous les sens mais un peu au hasard. À cet instant précis ses amis lui manquent, sa maman lui manque, un caleçon neuf lui manque.

2 – 0 en huit minutes, « RIP the dream » et « Koka out ! ». Fort heureusement, le match ayant été diffusé sur O’Gaming TV en France (et disponible en rediffusion pour nos abonnés adorés, à la fin de l'émission de dimanche dernier), l’alerte est lancée et les services de secours retrouverons le jeune homme, hagard et les yeux embués, avant de lancer une procédure pour le rapatrier.
 


Koka, du temps de l'innocence...
 

Le soutien  psychologique mis en place à Paris devait aider à la reconstruction de l’estime de soi de Koka mais on apprend que le bougre s’est, à nouveau, échappé. De source sûre, il aurait pour projet de s’inscrire désormais dans les « OlimoLeagues », persuadé – dans une nouvelle psychose - que « Tout le monde est contre [lui] et que c’est à cause de la pression du tournoi offline que ça c’est mal passé ». On craint le pire.

Merci Koka (et pardon), on a bien ri !

3 commentaires

Ytawo
Ytawo - 05/04/2017 22h28

Pour ceux qui veulent voir les games : https://www.twitch.tv/videos/132972165 23:47:45

sBim
sBim - 07/04/2017 22h39

Ahah bel article - mais pourquoi diable Koka est-il parti en Corée ?

percol
percol - 07/04/2017 22h57

@sBim :

Merci ;)
On se le demande bien !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.