d

16 févr. 2016 - Kyoomei League of Legends

KT Rolster : Exercice de style

KT Rolster : Exercice de style

Avec deux titres de champions du monde en trois ans, SKT est le symbole de la domination asiatique sur League of Legends. Toutefois, une autre écurie est indissociable de la scène coréenne depuis ses débuts : KT Rolster.

Le fil du destin

Il suffit de quelques secondes pour faire et défaire les légendes. Si KT reste gravé dans les consciences à l'échelle mondiale, c'est à travers le célébrissime outplay de Faker sur Ryu dans leur duel de Zed. En un instant, le jeune prodige a acquis le statut de Dieu du jeu, tandis que le nom du midlaner des KT Bullets ne peut désormais être prononcé sans penser à cette humiliation publique à un moment clé pour les deux équipes.
 


Vous savez tous ce qui va se passer...
 

Le contre-coup a sans doute été encore plus lourd compte-tenu du contexte. Finale de l'OGN Summer 2013, les KT Bullets menaient 2-0, avant de se faire remonter et de jouer l'historique Blind Pick de la cinquième game (qui devrait d'ailleurs, hélas, bientôt disparaître…). Que se serait-il passé si les Bullets de KaKAO, inSec, Score, Mafa et donc Ryu l'avaient emporté face aux futurs champions du monde ? Une probable qualification aux Worlds, aux dépens des SKT, et c'est l'histoire du jeu qui en aurait été changée.

Mais cela n'est que de la fiction. Dans les faits, cette défaite si proche du titre national marquera le début du déclin des Bullets, bientôt supplantés par les Arrows, qui réussiront là où leurs frères d'armes ont échoué.

 

Agressivité et talent pur

Pour en finir avec cette finale légendaire, il s'agit d'un des plus beaux Bo5 joués dans l'histoire de League of Legends. Les deux équipes pratiquaient un jeu résolument tourné vers l'offensive, et les games pouvaient rapidement devenir sauvages.
 


De gauche à droite : Score, Ryu, KaKAO, Leopard, Mafa et inSec. L'apogée des Bullets...
 

Cette agressivité, c'est la marque de fabrique des KT Rolster, et ce jusqu'en 2014. Un style de jeu permis par le talent hors norme de chacune des individualités de la structure. Le positionnement toujours juste de Score « L'immortel », à l'époque ADC ; la science de l'engage et les plays d'Insec, qui s'illustrera surtout dans la jungle mais aussi au top ; KaKAO et sa domination de la jungle, sa volonté de contrôler le territoire adverse, et ses ganks tranchants. Chaque joueur est l'un des tout meilleurs à son rôle, illustrant déjà la domination technique des Coréens sur le reste du monde.

Si la défaite des Bullets face à SKT est un coup dur dont ils ne se relèveront pas, cela n'empêche pas l'équipe de marcher sur les IEM Katowice 2014, en ne perdant pas la moindre game. Fnatic, Millenium, Invictus Gaming ; personne n'est de taille, même pas les Gambit, pourtant dans leur compétition fétiche. La faute notamment à un certain Leopard sur la top lane, qui se renommera plus tard en… Duke.

 

Les Arrows prennent le relai

Un peu avant les IEM, Leopard avait donc supplanté inSec sur la toplane, qui avait lui-même repris sa place dans la jungle. Conséquence directe, KaKAO rejoint la lineup sœur, aux côtés de Ssumday au top, Rookie au mid, et la botlane Arrow-Hachani. Le tirage au sort du Spring Split a donné lieu à une célèbre phrase de KaKAO, lequel disait vouloir tirer les deux équipes SK Telecom dans son groupe et « détruire l'organisation SKT ». La prophétie est réalisée, les Arrows se retrouvant face aux S et aux K dans leur groupe.
 


Le sourire espiègle de KaKAO après avoir tiré les deux équipes SKT dans son groupe
 

Néanmoins, la défaite des KT face aux « petits frères » des champions du monde (rappelons que l'équipe était composée de Marin, Horo, Easyhoon, Bang et Wolf…) fait sourire l'audience et risque de faire disparaître celui de KaKAO. Mais le jungler aux lunettes Léopard et les siens viennent à bout des K, et s'emparent de la première place du groupe, profitant de l'improbable défaite des S face au petit poucet Prime Optimus. Un épisode célèbre qui ne poussera pas suffisamment les KT pour passer les quarts de finale, face aux CJ Blaze. Après un groupe plus aisé, les Bullets ne feront pas mieux, tombant face aux finalistes Najin White Shield.

Vient alors le Summer Split. Ce dernier OGN est aussi certainement le plus relevé. Les deux équipes Samsung proposent un niveau de jeu aberrant, les SKT semblent en retrait mais restent une force colossale, et les deux équipes Najin sont particulièrement en forme. Autant dire que ni les Arrows ni les Bullets ne sont franchement favoris. Ces derniers vont d'ailleurs achever leur histoire assez piteusement, avec la dernière place du groupe B, dominé par les deux line-up Najin.
 


La plage de Busan, théâtre d'un fabuleux spectacle s'achevant par la victoire des KT Arrows
 

L'équipe de Ssumday va, elle, passer en force devant les Jin Air Stealths et les CJ Blaze, prenant sa revanche du Split précédent. La suite, c'est une série de reverse-sweep qui aura inspiré Cloud9 aux Regionals de la saison passée, KT Arrows s'imposant au blind pick face aux Najin White Shield et aux SKT T1 S pour atteindre la finale. Votre dévoué serviteur qualifiera ce match face aux Samsung Blue de meilleur Bo5 de l'histoire du jeu, bien que cela reste évidemment subjectif. À l'arrivée, une cinquième game à la nuit tombante sur la plage de Busan, en blind pick, et une victoire méritée pour les KT. KaKAO est MVP du Split, et la qualification pour les Worlds ne semble être qu'une formalité.

 

L'heure du changement

Si les KT Arrows ont réussi à aller chercher la meilleure équipe du monde à ce moment-là, c'est parce qu'ils sont restés fidèles à leur style de jeu. KaKAO et Rookie ont toujours fait preuve de beaucoup d'agressivité (par exemple, le midlaner n'a jamais joué Ziggs pendant le split, alors que le personnage était à son apogée et plébiscité par toutes les structures), et leur énorme travail permettait à la botlane, un peu en dessous, et à Ssumday, d'évoluer plus sereinement.

Malheureusement, plusieurs évènements vont drastiquement affecter la structure. Le premier, c'est une tempête appelée Najin White Shield. Alors que tout le monde attend une finale entre les Arrows et SKT T1 K, l'équipe de Watch va survoler les Regionals après une excellente préparation, en sortant les Bullets puis les deux mastodontes pressentis pour s'emparer du troisième spot qualificatif. Un coup dur, notamment pour KaKAO, qui rate une nouvelle fois les Worlds malgré sa place dans le top 3 des meilleurs junglers du monde. Deuxième problème, le format qui passe des OGN à la LCK ; conséquence directe, les écuries ne sont plus autorisées à aligner deux équipes. Il faut donc se séparer de certains joueurs, pour construire la lineup la plus compétitive possible.
 


Watch, le jungler des Najin White Shield, qui a fait rêver les jeunes filles et cauchemarder KT et SKT
 

Dernier problème, qui concerne toute les structures coréennes : les sirènes chinoises. Que les choses soient claires, KT n'est pas une petite structure. Elle a des vrais moyens financiers. Mais face aux milliardaires chinois, difficile de retenir ses joueurs. C'est ainsi que le duo Rookie-KaKAO, le cœur de l'équipe l'an passé, s'envole vers Invictus Gaming. Pour pallier à ces départs, le management de l'équipe va fusionner ses deux lineup. Ssumday, Arrow et Hachani restent titulaires ; Nagne prend la succession de Rookie au mid ; et, plus surprenant, Score quitte la botlane et se convertit en jungler.

 

Printemps difficile, été convaincant

L'année 2015 n'a pas été une promenade de santé pour les KT. Le début du Spring Split a même été très difficile. Score devait s'habituer à son nouveau rôle, et sa relation avec Hachani n'était pas spécialement efficace pour garantir un bon contrôle de la map ; le support fut plus tard supplanté par le jeune Fixer. Son style de jeu très offensif pouvait être efficace et garantir un avantage rapide pour son équipe, mais face à des équipes préparées, cela le conduisait parfois à des prises de décision trop tranchantes et à des morts inutiles.

De plus, son roaming fréquent pénalisait Arrow, dont la tenue de lane n'a jamais été la principale qualité, le forçant à se tourner presque toujours vers une Sivir, pouvant assurer le 1v2 correctement. Quant à Nagne, son pool de champion restreint et son laning discutable ont été des soucis permanents – seuls son Azir, fort heureusement adapté à la méta, et sa Leblanc, ont à peu près convaincu. Toutefois, la comparaison avec Rookie rendait nostalgique tous les fans des KT Rolster.
 


La line-up étendue des KT Rolster en 2015
 

Face à ces problèmes, la stratégie de l'équipe a dû être adaptée en conséquence, et s'orienter sur le carry principal de l'équipe : Ssumday. Grande satisfaction de ce Spring Split, le toplaner n'a cessé de progresser ; sa faculté à outplay son opposant en lane et à capitaliser sur un léger avantage en ont fait le cœur du jeu KT version S5. En outre, sa science du téléport lui permettait de continuer à enfoncer sa lane tout en mettant sa domination au service de ses coéquipiers.

L'arrivée de Fixer permet de sauver le début de saison catastrophique des KT, mais ne suffit pas à garantir une place en playoffs. La véritable révolution, c'est l'introduction de Piccaboo lors du Summer Split. L'ancien support des SKT possède un style de jeu similaire à son prédécesseur aux côtés d'Arrow, mais le tempère avec plus de précision et de calcul. Sa qualité de shotcaller améliore grandement les mouvements globaux de la team, et sa relation avec Score assure un bien meilleur contrôle de la jungle ainsi que des escarmouches efficaces.

Le choix récurrent des compositions AD-centriques, en exploitant notamment le très bon Kog'Maw de Arrow, illustre le changement d'optique des drafts KT depuis leur âge d'or. Pourtant, cela ne les empêche pas d'apporter un traitement particulier à ces compos, en jouant parfois de manière très belliqueuse en early-game : leurs opposants ont souvent été surpris, et cet avantage acquis très tôt avec une équipe orientée late-game assurait la victoire à Piccaboo aux siens.
 


Faker esquive subtilement l'ultime de Nagne - Les KT sont impuissants face aux futurs champions du monde
 

Les KT Rolster se hissent jusqu'en finale des playoffs, après un Bo5 explosif face aux Koo Tigers. Mais SKT est déjà bien trop fort, et la Telecom War tourne court. Payant un Spring Split difficile, il faut passer à nouveau par les Regional Qualifiers : mais cette fois-ci, pas de mauvaise surprise, et KT peut, enfin, participer aux Worlds.

 

L'âge de la maturité

Dans un groupe relevé, la performance inattendue des Origen aura été compensée par le crash LGD. Contre les européens, KT jouera et perdra une game considérée par beaucoup comme la plus belle du tournoi. Malgré un parcours arrêté prématurément face à des Koo Tigers de gala (la faute à un Ssumday hors de forme et à la Fiora de Smeb, laissée open inexplicablement sur les quatre games), KT Rolster a acquis la première place de son groupe grâce une macro très bien maîtrisée, avec Score et Piccaboo en chefs d'orchestre. En priorisant à nouveau les compositions late game mais en jouant très intelligemment et parfois sauvagement l'early game, Arrow et ses équipiers ne lâcheront que cette fameuse game face à OG.

Après leur élimination en quart de finale, les Coréens n'ont pas échappé à la valse des transferts. Nagne a été logiquement écarté, simplement afin de renforcer l'équipe ; son successeur, Fly, a déjà démontré une plus grande flexibilité, et ses performances sur les mages à longue distance en font un midlaner beaucoup plus fiable que son prédécesseur.

Le départ de Piccaboo était toutefois source d'inquiétude chez les fans KT, tant le support s'était imposé comme un leader au sein de l'équipe ; et son évolution annoncée devait en faire un des plus grands joueurs de l'histoire compte-tenu de son potentiel. Le recrutement d'IgNar, jeune talent des Incredible Miracle, rassurait quelque peu, le joueur étant lui aussi annoncé comme un futur grand ; mais c'est pourtant Hachani qui occupe le poste de titulaire pour l'instant. Réputé pour ses tendances à mourir inutilement et ses plays parfois douteux, celui-ci a fait taire les critiques en démontrant un jeu beaucoup plus propre, des prises de décision rapides et efficaces, et une très bonne synergie avec Score.
 


Si vous n'avez pas peur de Arrow, vous le regretterez...
 

Alors quel avenir pour KT Rolster ? La lineup actuelle est très équilibrée : Ssumday reste un fantastique toplaner, Fly apporte une solidité bienvenue au mid, et Arrow a largement progressé sur sa phase de lane, tout en conservant ses excellentes dispositions en teamfights. Score impressionne par sa versatilité et la maturité de son jeu, après seulement une année passée dans la jungle, et son association avec Hachani fonctionne très bien pour l'instant.

L'équipe a perdu un peu d'exotisme et de folie, mais SKT n'est pas devenu champion du monde avec un style de jeu particulièrement explosif. Peut-être les incessantes défaites face à leurs frères « Telecom » ont-elles convaincu KT de s'inspirer des rois du jeu. Pourtant, les ROX Tigers, qui dominent outrageusement la Corée en ce moment, adoptent eux un style nettement plus violent.

KT est donc une équipe « méta ». Un style de jeu propre, une excellente compréhension stratégique, et des avantages conservés et convertis par des joueurs faisant tous partie des meilleurs à leurs postes : voilà les atouts sur lesquels s'appuient les KT Rolster version 2016. Un long chemin a été parcouru depuis l'explosivité des Bullets, mais la structure est désormais fermement ancrée dans le top 3 coréen. Et vaincre SKT et les Tigers ne semble plus si utopique.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.