d

25 mai 2018 - Morgot League of Legends

« L’importance de Paris va continuer de grandir » (Antoine « Uncle » Rabhi, Directeur Commercial d'O'Gaming)

« L’importance de Paris va continuer de grandir » (Antoine « Uncle » Rabhi, Directeur Commercial d'O'Gaming)

Dans les allées du MSI, Antoine « Uncle » Rabhi, notre directeur commercial, a pris le temps de nous parler un peu de la collaboration entre O'Gaming et Riot, de League of Legend et de Paris.

Chez O'Gaming, Antoine Rabhi est un monsieur sérieux. C'est lui qui chapeaute l'aspect commercial des bêtises du travail des autres. Mais au fond il est pour toujours « Uncle » (oui, cet Uncle là), toujours passionné par l'e-sport et toujours émerveillé devant les évènements auxquels O'Gaming participe. Notre cher ami Antoine « Morgot » lui a posé quelques questions lors du MSI.

 

Tu peux nous parler de la collaboration entre O’Gaming et Riot ?

O’Gaming existe depuis bientôt sept ans, au début cela a commencé avec des commentaires de StarCraft II dans un appartement. Ensuite, on s’est intéressé à d’autres jeux dont League of Legends. Le partenariat avec Riot s’est fait par itération, on ne commence pas directement dans le Zénith. On a commencé à couvrir les Worlds en 2012 et la première participation pour un évènement live était en 2014, pour les All Stars. L’année d’après, on a fait les Docks Pullman. Ce qui est génial pour nous c’est que Riot nous a fait de plus en plus confiance, on a commencé en ramenant nos casters et maintenant on apporte notre staff à nous et on produit notre show sur place. Cet apogée, on a commencé à le toucher du doigt à Bercy sur la finale des LCS EU.

Ce MSI est l’occasion de poursuivre ce parcours, notre équipe technique travaille main dans la main avec l’équipe Riot. Pour nous c’est fantastique : il y a sept ans on était étudiants et on faisant ce qu’on voulait. Aujourd’hui, on est une entreprise d’une trentaine de salariés, on travaille avec les plus gros éditeurs de jeux vidéo du monde, on fait de l’évènementiel et on fait vivre notre média. Cette confiance de la part de Riot, c’est ce pourquoi on travaille depuis des années.

 

Le MSI représente quoi pour O’Gaming en terme de masse de travail, de nombre de personnes impliquées, etc ?

Le MSI est l’un des deux évènements majeurs de Riot avec les Worlds. Sur la couverture de la compétition online il y a une équipe de casters, entre cinq et dix sur la saison, des analystes qui travaillent sur l’édito et font des débriefs. Derrière, il y a besoin d’un live producer qui choisit quoi envoyer à l’écran, un réalisateur, une direction artistique complète, des gens qui travaillent sur l’édito. Il y a énormément de travail sur les assets graphiques (ndlr : des encarts informatifs) qu’on envoie dans le show. On décline en français des assets  pour présenter des informations aux spectateurs. Systématiquement, à chaque game, on doit mettre à jour ces assets avec les nouvelles informations. En tout et en comptant les casters, il doit y avoir une bonne grosse quinzaine de personnes qui travaillent sur toute la compétition et qui ont commencé à travailler au moins trois semaines en amont.

 


Quel bel homme ! 
Photo : O'Gaming / Noki


Quelle est l’importance de League of Legends pour l’activité d’O’Gaming ?

D’un point de vue contenu, la compétition LoL est spécifique, car elle dure toute l’année. Il y a très peu de périodes de pause (Spring Split, MSI, Summer Split, Rift Rivals puis Worlds). Il y a également des circuits parallèles comme celui de Riot France, le Lol Open Tour. Plusieurs contenus différents qui n’ont pas les mêmes objectifs.

 

Parlons de Paris et l’e-sport. La ville accueille désormais de nombreux évènements, il y a une volonté politique de faire de Paris une capitale européenne ?

L’importance de Paris va continuer à grandir et je le souhaite de tout mon cœur, c’est ce qui fait partie de notre rêve d’étudiant : consommer de l’e-sport comme du sport dans un pub ou un stade. C’est très important que les éditeurs investissent dans des évènements physiques en France. Les médias mainstream s’y intéressent alors et on parle plus de l’e-sport. Blizzard a annoncé qu’une étape de la World Cup d’OW sera à Paris c’est très positif et encourageant pour la suite.

 

Un mot de la fin ?

Dès que tu parles d’e-sport, les gens se limitent à la partie jeux vidéo : ceux qui ne jouent pas vont dire qu’ils ne sont pas intéressés. La meilleure façon d’aborder facilement l’e-sport est évidemment de faire une comparaison avec le sport. C’est appliquer les mêmes ressorts émotionnels à une discipline certes différente, mais qui crée la même passion chez les gens.

 

À peine le MSI terminé, toutes nos équipes retournent au charbon pour continuer de proposer le meilleur contenu possible. Dans son bureau, Antoine, lui, recommence à préparer de bien sérieux graphiques avec des chiffres partout.

Mais il suffira d'un autre tournoi, d'un autre moment fort d'e-sport pour que Docteur Antoine laisse la place à Mister Uncle. 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.