d

22 juil. 2014 - Stabillo StarCraft 2

La Pologne est-elle toujours souveraine sur StarCraft II ?

La Pologne est-elle toujours souveraine sur StarCraft II ?

Le troisième pays qualifié pour les phases finales de NationWars est la Pologne. Après avoir roulé sur le Royaume-Uni et l'Ukraine, le pays de Jean-Paul II arrive à Paris plein de certitudes. Préparez vos pommes de terre et votre meilleure vodka pour accueillir cette grande nation de l'eSport.

La Pologne est une grande nation de StarCraft II

MaNa, Nerchio, Tefel. Trois noms qui pèsent treize podiums (soit le plus gros total de la compétition à égalité avec la France qui bénéficie des douze podiums de Stephano) dans les plus gros tournois Starcraft II du monde et beaucoup de victoires importantes. Deux DreamHack, un titre ESWC et une HomeStory Cup. Effrayant. À l'époque, Iron Squid invite MaNa et Nerchio, pas de Snute ni de TargA. Deux ans plus tard, ils sont toujours au plus haut niveau dans les plus grandes équipes du monde (Acer, Dignitas et TeamLiquid). Bref, le palmarès va en faveur des Polonais qui rencontreront une Norvège qui ne totalise que trois podiums en Premier Tournament

Les Polonais disposent en effet d'une composition très homogène puisque les trois joueurs évoluent régulièrement en Premier League des WCS Europe, le gratin du Vieux Continent, et sont souvent très convaincants dans leurs sorties. Ils ont l'habitude d'évoluer en team league puisque leurs équipes participent à l'Acer TeamStory Cup. De plus, MaNa est le coéquipier de Snute et pourrait dégoter une ou deux stratégies pour le sniper. Le CV est parfait. 

L'avantage de cette équipe équilibrée est qu'il est très compliqué de mettre en place une stratégie pour la contrer. La différence peut venir des trois joueurs, et ce n'est pas un hasard si elle est pour l'instant l'équipe qui a concédé le moins de points.

La personnalité des Polonais devrait charmer le public français et rappeler la bonne vieille alliance franco-polonaise chère à Napoléon. MaNa est l'un des types les plus charmants du circuit, Tefel est très sympathique et Nerchio a un sens du show qui est très rare. Nul ne doute que le public français pourrait se soulever à chaque victoire polonaise - après tout, on leur doit bien Chopin et Kopa - et qu'ils sauront utiliser leur bouteille pour faire exulter l'audience !

La meilleure arme de la Pologne pour ces NationWars sera son expérience. Statistique intéressante lors de ces NationWars : chaque Polonais rentré sur le terrain a toujours au moins marqué un point. Les Polonais connaissent donc bien leurs forces et leurs faiblesses et prennent jusqu'ici les bonnes décisions pour sniper l'adversaire.

Comment battre la Norvège ?

Au fond, ça ne fait aucun doute, la Pologne est structurellement la nation la plus titrée, et elle a clairement toutes ses chances pour remporter ces NationWars. Son adversaire en demi-finale risque d'être le plus coriace : il faut battre la Norvège, championne en titre, emmenée par les deux stars TargA et Snute.

C'était déjà la Norvège qui avait double-cloqueté la Pologne lors des NationWars I en gagnant d'abord 3-1 puis 3-2. DieStar avait alors marqué deux des trois points polonais et avait semblé être le seul en mesure de faire la différence.

Or, point de DieStar dans ces NationWars II. Alors quelle stratégie mettre en place ?

MaNa a beau connaître Snute et revenir très en forme depuis plusieurs mois, son moins bon match-up est le PvZ, et il ne sera pas évident pour lui de faire la différence face à TargA et Snute. En revanche, son PvP est l'un des tous meilleurs en Europe et il pourrait ne faire qu'une bouchée d'Eiki, pourtant toujours décisif aux NationWars.

La différence devra venir de Nerchio, qui culmine à 67% en ZvZ sur Aligulac, ou de Tefel, aussi très bon dans ce même match-up. Mais si on regarde l'historique de chacun de ces joueurs face à Snute, il n'y a pas non plus de quoi être très optimiste pour la Pologne.

Les Polonais seront-ils assez en forme pour le faire ?

Certes, la Pologne a le plus gros palmarès. Mais la taille importe peu, l'important c'est ce qu'on en fait retient. Point de Polonais sur un podium depuis 2012, une seule participation en quart de finale des WCS Europe (lors de la saison 3 de 2013) et pas franchement de victoires cinglantes.

Les trois Polonais sont de redoutables adversaires, ils représentent un effectif riche, mais aucun des trois n'arrive à Paris avec le statut de top joueur capable de tout écraser. MaNa déclarait avant NationWars I : « Il n'y a jamais eu d'aide mutuelle entre les joueurs polonais à cause de moi et Nerchio qui étions adversaires dans tous les tournois très très souvent. ». Vexés de n'avoir pu passer les poules lors des NationWars I, les Polonais se sont mis à travailler en équipe. L'esprit d'équipe est aujourd'hui affiché, et ils voient certainement les NationWars comme le moyen de s'imposer encore. 

Désormais, la star, c'est l'équipe. Ruse, malice - il se murmure même que Nerchio aime trashtalk pour déstabiliser ses adversaires - et expérience seront les cartes à jouer pour des Polonais qui ont soif de victoires dans ces NationWars.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.