d

25 févr. 2016 - Kyoomei League of Legends

La recette du jungler parfait en S6

La recette du jungler parfait en S6

À l'heure de la mi-saison, il convient de dresser un premier bilan des différentes scènes compétitives. Aujourd'hui, intéressons-nous aux junglers : quelles qualités leur permettent de dominer leurs régions respectives ?

La vision, nerf de la guerre ?

« Posez une ward, sauvez une vie ». La vision est certainement la condition la plus importante pour remporter une game sur League of Legends, et de par leur mobilité sur la map, les junglers sont censés y contribuer grandement. La saison 5 a notamment vu le développement de la sacro-sainte relation jungle-support ; les équipes ayant le mieux performé l'an passé et en cette première partie du Spring Split s'appuient généralement sur un tandem efficace.
 


Le style agressif et décomplexé de Peanut : une des raisons du succès des ROX Tigers
 

Une anomalie s'est manifestée en ce début de saison. Elle sourit beaucoup, et écrase tous ses adversaires avec nonchalance, sans la moindre espèce de pitié. Son nom ? Peanut. Les ROX Tigers marchent sur l'eau depuis ce début de saison, et cela est dû en grande partie à la formidable intégration de leur nouveau jungler. Si les Koo finalistes des championnats du monde étaient déjà impressionnants, leur early game auparavant prudent (sauf si Hojin mettait la main sur Lee Sin) est désormais explosif et la plupart de leurs opposants implosent avant les 20 minutes de jeu. Pourtant, malgré son talent, Peanut semble assez peu impliqué dans la vision de son équipe.
 


 

Les meilleurs junglers du monde poseraient moins de wards ? Pas sûr. Certes, en LMS, Mountain est lui aussi le dernier de la classe, ce qui n'empêche pas ahq de dominer outrageusement la région. Et en Europe, Shook présente des statistiques moyennes ; toutefois, les deux autres leaders européens mènent au classement du warding.

La meilleure défense, c'est l'attaque !

Bien vu ! Si certains junglers posent peu de wards, c'est peut-être qu'ils en suppriment beaucoup. Nos deux cancres semblent en effet plus efficaces pour contester la vision adverse, et leur ratios tournent autour des moyennes régionales.
 


 

Mais cette statistique non plus n'échappe pas aux surprises. La preuve : Trick est le pire jungler d'Europe dans ce domaine ! Si Shook apporte un vrai plus à Vitality, cela ne semble en tout cas pas être au niveau du contrôle de la map ; au final, seul Jankos se montre vraiment serviable, et tient son rang dans chaque compartiment.

Si vous avez suivi, ce dont personne ne doute, un cador n'a pas encore été évoqué, et pas des moindres : Reignover. Sans minimiser la performance des Immortals, toujours invaincus en douze matches, il n'est pas aberrant de dire que l'ancien jungler des Fnatic en est en grande partie responsable (avec un WildTurtle resplendissant qui capitalise à merveille sur le travail de son jungler).
 


Reignover peut sourire : grâce à lui, les Immortals sont toujours invaincus

Pourtant, une nouvelle fois, le meilleur jungler de la région est tout juste « moyen » lorsqu'il s'agit de contrôler la vision. Et s'il faut vous rendre encore plus confus, sachez que le jungler qui ward le plus aux NA est… Crumbzz ! 0,96 ward par minute. Pourtant, les Renegades sont bons derniers, et le brave Alberto n'impressionne pas franchement depuis janvier.

Un ennemi mort ne ward pas

Alors, imaginons le scenario suivant. Certaines équipes roulent tellement sur leurs adversaires que la vision n'est plus un objectif indispensable. Avec quinze kills d'avance, les ennemis peuvent bien venir essayer de contester le Baron, si ça leur chante. Et les moyennes des autres joueurs sont gonflées par les games beaucoup plus serrées lorsque le mastodonte régional n'est pas impliqué.
 


 

Voici le premier point de convergence de tous nos junglers de haut de tableau. Dans des proportions différentes, leur KDA est au-dessus de la moyenne de leur ligue, et tous occupent le top 3 du classement pour cette statistique. Reignover gonfle violemment le KDA standard nord-américain, mais même avec un élégant 12, il reste assez loin de Clearlove (Edward Gaming) : 15,3 ! Bon, EDG est seulement deuxième de son groupe, d'où l'absence de la légende chinoise dans le tableau. Mais la tendance est claire : les junglers des leaders régionaux ont tous des bons KDA.

Cela nous apprend-il quelque chose ? Pas sûr. D'une part, il semble évident que tous les joueurs des équipes en tête des classements auront des bonnes statistiques, simplement parce que l'équipe qui gagne a généralement plus de kills que son adversaire (finir après un ace est plus commode que lorsque trois champions ennemis sont encore debout). D'autre part, tout le monde a croisé en soloqueue ce joueur aux stats incroyables mais qui perd toutes ses parties ; et oui, si on se cache tout le temps et qu'on ne pose pas de dégâts, il est facile de mourir peu. Vous devinez ce qu'on va maintenant regarder…

Frappez plus fort, messire

Et nous démasquons enfin l'imposteur. Des stats médiocres, un bon KDA mais une part de dégâts infligés très faible : Shook se fait porter par ses coéquipiers. Le reste des top junglers tournent autour des 18 % de dégâts pour leur équipe, sans occuper le sommet du classement, hormis pour Mountain.
 


 

Le cas de Shook est en vérité très intéressant. Si sa participation aux dégâts des Vitality est effectivement très faible, on ne peut pas nier son début de saison assez convaincant. Sa faculté à impacter les games n'est pas forcément chiffrable ; une bonne présence autour de ses sololaners en early game, façon chien de garde, un kick bien senti avec Lee Sin qui permet d'éliminer un carry adverse et de plier la partie...

En trouvant l'équilibre…

Vous serez vainqueurs. C'est peut-être une des leçons qu'on peut tirer de ces chiffres : il n'y a pas de règle absolue. Pas de recette miracle. Le warding et les statistiques liées aux dégâts infligés sont certainement deux aspects fondamentaux du jeu, mais d'autres axes pourraient être analysés.

Lors du match ROX Tigers contre Sbenu, la deuxième game a par exemple mis en évidence une des qualités de Peanut : son contrôle de la jungle adverse. En récupérant les dix premiers buffs de la partie (!), il a complètement étouffé Flawless, en le privant de golds et d'expérience. Pourtant, cela ne se reflète pas dans les statistiques abordées dans cet article.

Finalement, le jungler doit aussi s'adapter à son équipe, et au plan de jeu qui dépend de la game et des drafts. Un match peut reposer sur un excellent contrôle de la map pour éviter de se faire déborder et de subir une engage déplaisante ; un autre peut se résumer à du snowball pur et dur avec des agressions violentes dès les premières minutes de jeu. Faire les bons choix : voilà peut-être le secret des meilleurs junglers du monde.

Note : Pour établir les moyennes et classements régionaux, tous les joueurs ayant participé à au moins 4 games ont été pris en compte - d'où, par exemple, un classement à 12 places en Europe.

4 commentaires

samsems
samsems - 29/02/2016 12h38

Pour le coup, il manque la statistique autour du Jungle Share.. Et là je pense qu'on aurait vu une similitude marquée (enfin je le pense). Que ce soit Peanut ou Reignover, sans doute les 2 plus impressionnant en ce début de saison, et bien on se rend compte qu'ils insistent beaucoup sur l'invade de la jungle adverse et ça se ressent ensuite sur toutes lanes, et les ganks.

liclic
liclic - 03/03/2016 11h20

En effet, cela fait partie également de la pression et Reignover est connu pour avoir le plus gros jungle share en NA ainsi qu'il l'avait l'an dernier en EU.

Sowet
Sowet - 03/03/2016 17h47

Un truc tout bête également concernant le warding, peut-être serait-il intéressant de prendre en compte les champions joués par les jungles ?
Par exemple, un champion qui joue beaucoup Rek'sai, ou Quinn en jungle, sera enclin à back de façon plus régulière grâce à sa capacité de revenir sur le terrain plus facilement avec leurs ultis. De ce fait, ça refresh l'item à ward, et ils peuvent donc techniquement en poser davantage.
ça prendrait son sens pour Reignover par exemple qui a été très adepte de Rek'Sai au début du split. Ce qui expliquerai qu'il ait un score de warding intéressant.

De plus, un jungler qui gagne a plus de gold rapidement, a plus rapidement sa version de l'item jungle permettant de warder, et donc changera plus vite sa trinket en brouilleur. Qui accentuera son nombre de wards détruites.

Pour finir, merci pour l'article très intéressant !

Kyoomei
Kyoomei - 04/03/2016 18h51

@samsems @liclic En effet ; la jungle share est évoquée à travers Peanut dans le dernier paragraphe, mais c'est une statistique assez difficile à obtenir et j'ai suivi un raisonnement "standard" en fonction des premières réflexions qu'on peut se faire, et voir où on arrive. Donc vous avez raison, c'est bien une stat pertinente ; mais on pourrait aussi la pondérer par la pression des lanes par exemple, la synergie avec le support, etc... :)

@Sowet Les trois picks les plus joués (assez largement), quelle que soit la région, sont Elise, Nidalee, et Graves. Lee Sin un peu en retrait, et Rek'sai n'est plus tellement utilisée (à part pour Crumbzz, ce qui pour le coup confirme ton avis). Quand à Quinn, elle n'est quasiment pas vue. Donc l'argument vaudrait peut-être pour Nida, mais encore une fois, tous les joueurs ont un pool de champions similaires, et vu le nombre de games * 25, 30, 35 ou 40 minutes, je pense que ça aplatit les stats (vu qu'on parle en WPM). Même réponse pour l'obtention de l'item à 5, 6 ou même 7 minutes de jeu.
Et merci à toi !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.