d

17 janv. 2019 - Hatnuz League of Legends

La surprise est de leur côté !

La surprise est de leur côté !

Que vois-je ? Qu’ois-je ? Une nouvelle ligue européenne ? Des nouvelles équipes ? Des nouveaux talents prêts à faire hurler la foule ? Pas de doute, nous sommes bien à l’aube d’une nouvelle saison de compétition. Et bien que plusieurs formations en Occident n’aient pas caché leurs intentions avec un mercato solide et ambitieux, afin de confirmer leur excellente année de part et d’autre de l’Atlantique, d’autres structures ont davantage misé sur la jeunesse et la surprise. Pour nous préparer à la reprise, jetons un coup d’œil à ces outsiders qui apportent du sang frais dans l’arène.

Petit talent deviendra grand

Côté européen, il suffit de balayer du regard les différents effectifs pour se rendre compte de la solidité de certaines équipes. Fnatic, G2 Esports, Misfits et Vitality semblent se positionner pour jouer les premières places. Derrière elles cependant, on trouve quelques formations prometteuses qui allient joueurs expérimentés et nouvelles pousses. C’est notamment le cas de Splyce qui propose une équipe relativement stable (Vizicsacsi – Xerxe – Kobbe – Norskeren) mais en ajoutant quelques ingrédients supplémentaires. Ainsi, le poste de midlaner sera occupé par Humanoid, 18 ans, rookie tout droit sorti de la ligue turque. Par ailleurs, le coach Peter Dun a fait appel à Tierwulf pour renforcer la jungle, ce dernier étant le premier import extra-européen de Splyce depuis son arrivée en LCS.
 

Du cru Splyce 2018, il ne reste que Xerxe et Kobbe.
Crédits : Riot Games

 

Tout porte à croire que l’équipe a de sérieuses chances d’embêter les ténors de la ligue, mais son véritable potentiel ne sera observable qu’après avoir vu Humanoid face aux meilleurs joueurs à son poste (on rappelle qu’il sera opposé, entres autres, à des monstres comme Caps, Febiven, Nemesis, Jiizuke, Exileh ou Nukeduck. Bonne chance hein).

Autre structure et autres choix en provenance d’exceL Esports qui a le chic de nous proposer un parterre de dix joueurs dont des noms sympathiques comme Expect, Kasing et Exileh. À leurs côtés, beaucoup de rookies et de joueurs à l’expérience limitée. Mais de nombreux coachs et managers se veulent rassurants en parlant de « projets sur le long terme » qui autorisent les structures à prendre leur temps pour bâtir leur équipe. Il ne faut donc pas avoir peur des premiers faux pas venant de ces équipes qui ont envie de profiter de cet écosystème extrêmement bénéfique que le LEC est voué à devenir. Enfin, il serait de l’ordre de la faute morale de ne pas saluer SK Gaming, qui apporte également quelques nouveaux joueurs sur la Faille, rassemblés autour de Werlyb et Pirean.
 

SK Gaming a quelques comptes à régler en LEC, notamment en retrouvant son rival historique Fnatic lors du Clasico,
ou avec Origen, qui l’avait bouté hors des LCS lors des Up & Down en 2015.
Crédits : SK Gaming

Si l’équipe ne fait pas spécialement rêver, gardons-nous de la juger trop hâtivement et attendons les premières semaines.

L’Amérique couve ses petits

Du côté américain en revanche, le constat est assez criant et révélateur du fait que les deux ligues Occidentales majeures prennent des chemins diamétralement opposés. Peu, voire pas de nouveaux joueurs alignés à l’entame de cette saison. On a globalement redistribué les mêmes joueurs, mais dans des équipes différentes. Cela dit, on peut citer comme exception à la règle le canadien V1per qui occupera la toplane chez FlyQuest, ainsi que le Turco-Allemand Broken Blade au même poste chez TSM. Enfin, le jeune rookie Wiggily prendra place dans la jungle pour l’équipe CLG. Bien entendu, ce ne seront pas là les seuls jeunes talents qui fouleront le sol de la Faille lors de ces LCS, mais les équipes nord-américaines préfèrent visiblement prendre moins de risques et se réservent le droit de piocher les nouveaux joueurs dans les équipes « Academy ». Car c’est probablement là que réside le principal facteur de cette quasi absence de nouveaux joueurs : les rookies talentueux sont là, mais ils jouent pour le moment chez TSM Academy, Cloud 9 Academy, Teeam Liquid Academy, OpTiC Academy, etc. Et le moment venu, ces joueurs seront promus dans l’équipe première.
 

Démarrer la saison dans l’équipe B, puis atterrir dans l’équipe A après de bonnes prestations,
c’est le parcours du toplaner Dohkla chez Optic Gaming, ou celui du jungler Blaber chez C9. Le talent est bel et bien là.
Crédits : Riot Games

 

Évidemment, cette distribution initiale rend le futur relativement opaque. Quand on voit les résultats parfois médiocres d’équipes qui avaient tout pour gagner et à l’inverse des joueurs renverser les pronostics, on ne se risquera pas plus loin qu’une esquisse des équipes qui peuvent bousculer la hiérarchie. D’abord, il y a ces équipes de milieu ou de bas de classement qui se sont dotées d’un joueur autour duquel toute la stratégie reposera. C’est le cas de Golden Guardians qui gravitera autour de Froggen, ou de Clutch Gaming qui fera de même avec Huni (qui se plait décidément bien en Amérique du Nord). On connait la capacité de ces joueurs à porter leur équipe, mais par le passé cela ne leur a jamais permis d’aller plus loin qu’un dernier carré de Playoffs, au mieux. À côté de cela, nous avons quelques structures qui étaient déjà prometteuses et qui ont choisi de continuer à se renforcer en important du gros poisson coréen. Souhaitons donc la bienvenue à Bang (prenons quelques secondes pour évoquer le fait qu’il passe de Faker à Huhi en coéquipier midlaner, je dis ça, je ne dis rien), qui jouera chez 100 Thieves, ainsi qu’à Crown qui évoluera sous les ordres de Zaboutine chez Optic.
 

Après toutes ces années de rigueur, de travail, de rythme fou, de bootcamp, de stratégie et de jusqu'au-boutisme,
Bang va découvrir les machines à smoothies nord-américaines.
Crédits : 100 Thieves

 

Au final, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, on a exploité ce qui se faisait déjà depuis quelques saisons. Les Européens tablent essentiellement sur la floraison de nouveaux talents et les Américains se renforcent à grand coups de pa$$ion. Mais nous, fervents défenseurs du Vieux Continent devant l’éternel, nous savons qui va prendre une raclée au MSI.

On se retrouve demain, vendredi 18 janvier, pour la reprise du LEC, puis le 26 janvier pour le début des hostilités en LCS sur O’Gaming.tv !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.