d

18 avr. 2015 - j0kAir League of Legends

LCS EU : Preview de la finale

LCS EU : Preview de la finale

Nous y sommes! Le spring split des LCS EU touche à sa fin, c'est donc l'heure de vous présenter, en 7 points, les clés de cette finale, que vous ne devez rater sous aucun prétexte !

Fnatic, Unicorns of Love, voilà, après un long split et une lutte acharnée avec 8 autres équipes, ces deux-là sont sur le point d'en découdre, dans un BO5 qui risque bien de rester dans les annales de l'esport League of Legends. Regardons donc tout de suite à quoi nous devons nous attendre pour cette finale.

 

1- Les joueurs

Nous vous l'avions dit en début de saison, cette année était synonyme de renouveau pour les LCS EU. Une statistique vient confirmer nos dires, sur les 10 joueurs qui prendront part à cette finale 9 sont des rookies, ils viennent donc de disputer leur premier split de LCS. Le dixième joueur étant bien entendu Yellowstar, qui lui sort de 5 finales de split LCS de suite, et qui possède également 4 participations aux World Finals.

Pourquoi c'est important ? En plus de marquer un tournant dans la génération des joueurs (les nouveaux joueurs sont en général plus jeunes), les « rookies » n'ont pas subi de pression lors de ce split, ce qui leur a permis de jouer d'une manière libérée, et donc d'enfin redonner une vraie identité aux LCS Europe. Un exemple ? Le Shaco jungle de Kikis lors du quart de finale contre Gambit il y a deux semaines.

2- La méta actuelle

Comme précisé à l'instant, les champions sont différents cette saison. De plus, nous avons d'un coté les UoL, qui ne suivent pas vraiment la méta, ils suivent la leur, on sait par exemple que PoE est un adepte de Kog'Maw mid ou que Kikis peut sortir un Udyr lors d'une game et une Nidalee lors de la suivante. Preuve de leur capacité à s'adapter à une composition adverse. D'un autre coté, nous avons les Fnatic qui, comme les UoL, ont leurs champions favoris, Leblanc, Zed pour Febiven, Lee Sin, Vladimir (récemment) pour Huni ou encore Zac et Rek'sai pour Reignover. Ce que l'on remarque c'est que les UoL et les Fnatic ne jouent pas vraiment les mêmes champions, ce qui veut dire que, encore plus que d'habitude, les phases de picks et bans seront déterminantes.

3- Les playmakers

Pour approfondir notre paragraphe sur les joueurs, parlons des match up directs. Sur la midlane, nous avons deux des meilleurs, si ce ne sont les deux meilleurs, midlaners de ces LCS EU. En effet, Febiven et PowerOfEvil sont capable de carry une game à eux seuls. De plus, ce sont deux joueurs qui jouent de manière très agressive, ce qui pourrait nous offrir des kills en 1v1.

Sur la toplane, encore une fois nous avons clairement 2 des meilleurs joueurs de ce poste, bien qu'Huni soit plus fort sur le papier que Vizicsacsi, les deux sont capables de retourner un team fight, l'avantage semble tout de même revenir aux Fnatic. La jungle est LE point fort des UoL, Kikis est le nouveau boss de la jungle de la Faille. Il est très innovant, mais en plus de tenter, il réussit et si les UoL sont ici maintenant, c'est en grande partie grâce à lui. Reignover est lui aussi un jungler d'exception, et son entente avec Huni est un des gros points forts de Fnatic.

La botlane aura été la seule lane déséquilibrée à la fin de la saison régulière, tant les Fnatic sont bons à ce poste, bien que Steelback ne soit pas considéré par beaucoup comme étant dans le top 3 des ADC, pour nous, il a tout à fait sa place dans le top du niveau européen. Cependant, si l'on regarde les prestations de Vardags et Hylissang lors des quarts de finale et des demi-finales, on peut remettre en question la domination des joueurs Fnatic. Certes la duolane française des FNC semble plus forte, mais sur une game, le bot UoL peut faire la différence.

4- La forme actuelle

Lors des demi-finales, les Fnatic ont dû batailler pour parvenir à dominer les H2k. Ceci dit, même s'il leur aura fallu 5 games, ils ont clairement montré deux visages. Les trois premières parties étaient très serrées, mais les Fnatic ont joué d'une manière différente, comme s'ils n'étaient pas à 100%. Les deux dernières parties cependant, ont révélé un niveau de jeu incroyable, si les Fnatic jouent comme ça dès l'entame du BO5 final, ils pourraient bien s'imposer en roulant sur les UoL.

Les UoL, eux aussi, ont dû batailler en demi-finale, cependant on se souviendra que lors des quarts de finale, ils n'ont laissé qu'une seule partie aux Gambit, qui pourtant jouaient à un très bon niveau. En demi-finale, les UoL ont montré deux visages comme les Fnatic, mais à l'inverse de ces derniers, un de ces visages n'était pas resplendissant. Lors de leurs deux games perdues, ils n'ont pas vraiment montré qu'ils pouvaient s'imposer (on ne parlera tout de même pas de stomp). Le point plus que positif, c'est que lors de la game 5, les UoL ont montré un mental sans faille, qui leur a permis de dominer aux dépens des SK, et donc de se qualifier pour la finale. Ils ne craignent donc pas la pression.

5- Les équipes

Les joueurs Fnatic et leur coach n'évoluent pas ensemble depuis longtemps, cependant ils semblent faire preuve d'une excellente communication d'équipe, que ce soit en jeu ou dans la gaming house. Côté organisation, Yellowstar, chez Fnatic depuis janvier 2013, permet de bien intégrer ses nouveaux équipiers à la structure. Une force des Fnatic est que les relations Top/Jungle peuvent se faire directement en coréen, tout comme celles sur la botlane, en français entre Yellowstar et Steelback.

Chez UoL, Vardags, Hylissang et Vizicsacsi jouent ensemble depuis août 2013, ce qui fait que leur communication n'est plus un problème. PoE est arrivé à l'été 2014 et Kikis a rejoint le bateau en septembre dernier. Ils jouent donc ensemble depuis plus longtemps que les Fnatic et ont déjà joué des tournois à élimination directe ensemble (IEM San José et Up and Down LCS).

Du coté des coachs, on ne parle pas souvent du coach UoL, mais Sheepy est l'ancien jungler de l'équipe et connaît donc bien ses joueurs. Le coach des Fnatic est sûrement un des coachs les plus reconnus en ce moment, et ce grâce à son travail avec ses joueurs, qui n'ont pas eu besoin de jouer ensemble longtemps avant de parvenir à de bons résultats.

6- Le style de jeu

Pour les Fnatic, le style de jeu est bien évidemment un style agressif, mais on remarquera surtout les calls. Les Fnatic ont une capacité incroyable à rentabiliser n'importe quel mouvement. Même s'ils perdent un affrontement, ils rentabilisent sur des objectifs. Leur spécialité ? Les Nashors en secret : le call Fnatic par excellence, c'est un call au baron après 20 ou 25 minutes de jeu. Ce sont aussi des joueurs qui arrivent à terminer la partie, ce qui pour certaines équipes, n'est pas le cas.

Les UoL sont eux sûrement encore plus agressifs que les Fnatic, pas besoin de faire durer le suspense, la spécialité des licornes, ce sont les picks hors méta mais qu'ils maîtrisent à la perfection, on pense notamment à la Syndra de PowerOfEvil. Les UoL ne sont pas les pires en termes de fin de games, mais si une des deux équipes de cette finale devait throw une game, la balance penchera en défaveur pour les UoL selon nous.

7- Quelques statistiques

Lors de la saison régulière, deux games ont eu lieu entre Fnatic et UoL, ces parties ont été remportées par les UoL, on peut donc dire qu'ils ont l'avantage, d'un autre côté, les Fnatic auront à cœur de ne plus concéder de défaites contre les coéquipiers de Kikis.

Les Fnatic ont roulé sur les stats de la saison régulière, trois de leur joueurs sont dans le top 5 des meilleurs KDA (Steelback (2ème), Febiven (3ème), Yellowstar (5ème)). Febiven et Steelback sont également deuxième et troisième du classement des joueurs avec le plus de kills de la saison. Yellowstar (1er), Huni (4ème) et Hylissang (5ème) sont parmi les joueurs avec le plus d'assistances de la saison.

Les classements propres aux playoffs ne sont pas très pertinents puisque les UoL ont disputé 8 parties, alors que les Fnatic n'en ont joué que 5. Cependant les joueurs UoL possèdent de très bonnes places dans ce classement. La seule statistique intéressante est celle du KDA, et avec Reignover (1er), Steelback (2ème) et Febiven (5ème), les Fnatic sont en meilleure posture que les UoL, avec seulement PowerOfEvil à la quatrième place.

 

Nous vous avons donc présenté à peu près tous les points importants de cette finale. Qui sera couronné roi de l'Europe et empochera 90 points en vue de la qualification pour les Worlds ? Qui fera gagner son équipe ? Mais bien plus important, vivrez-vous cet événement avec nous ? Car bien évidemment la finale des LCS EU est à suivre sur la webtv LoL d'O'gaming avec l'équipe habituelle. On vous donne donc rendez-vous dimanche pour suivre cette finale qui s'annonce déjà comme un événement majeur de la saison esport 2015.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

5 commentaires

Shadrood
Shadrood - 18/04/2015 10h45

Super analyse ! GG l'article.

Dizzy
Dizzy - 18/04/2015 12h50

Super article !

flidak
flidak - 18/04/2015 13h54

advienne que pourra! j'espère que le match sera bon!

Doucluffy
Doucluffy - 18/04/2015 14h43

Exellent article comme toujours :D Sur ce Go UOL!!!!!!!!!!!!!!

LBot
LBot - 18/04/2015 15h28

Ah ça fait envie, les prochaines 24h vont être longues...
Jpense que les FNC sont meilleurs mais j'espère voir les UOL win, vraiment une belle histoire leur parcours.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.