d

23 juin 2017 - Hatnuz League of Legends

LCS NA : en roue libre

LCS NA : en roue libre

Le Summer Split ayant pris sa vitesse de croisière, il permet d’esquisser un peu partout le tableau des équipes qui se positionnent pour aller chercher un résultat et dans la foulée les fameux tickets pour les Worlds en octobre. Si le haut des classements coréen et européen semblent un peu plus disputés qu’au printemps, on observe cependant outre-Atlantique une véritable mêlée folle, entre bonnes surprises et tradition de jeu locale.

Faux départ pour le top 3

 Dans la continuité de son Mid-Season Invitational très décevant où elle avait été éliminée dès la phase de poule, Team Solomid n’est pas beaucoup plus avancée que sa dauphine Cloud9 avec des résultats en dents de scie (respectivement  4-2 et 3-3) qui placent ces deux formations dans le peloton central. Le groupe de tête étant composé d’un trio CLG/Dignitas/Immortals, aucune équipe ne semble réellement émerger de l’arène comme formation solide et imperturbable.

Quant à la très prometteuse Phoenix1, c’est en creusant profondément sous terre que l’on retrouve la malheureuse formation complètement amorphe qui pointe à six défaites pour aucune victoire.  Rappelons qu’une équipe perd tous ses points de championnat* (P1 en a gagné 50 suite à leur 3e place, ce qui la qualifie dans le pire des cas pour le regional qualifier) si elle termine dernière ou avant-dernière. Il est donc crucial pour Ryu et ses coéquipiers de sortir de la zone rouge.

*Les fameux points engrangés par les équipes à la fin de chaque Split et permettant ou non la qualification pour les Worlds.

Ces contre-performances laissent du fait plus d’espace pour les outsiders. Et ils sont nombreux en Amérique à chercher la rédemption (la vraie hein, pas l’objet). Des formations comme Immortals ou Dignitas semblent avoir bien préparé le retour à la compétition.

« Hey les gars regardez ! 

- Quoi ? T’a encore trouvé un meme sur Wildturle ?

- Non, on est à égalité avec Dignitas

- T’es con mec. »

Crédits : Riot Games.

Alors oui, même avec un optimisme démesuré, on ne peut nier le fait que la compétition va mal en LCS NA. Aux prises de décisions parfois douteuses et à une irrépressible envie de se jeter l’un contre l’autre dans une lutte qui rend hommage aux plus grosses batailles de l’Histoire, il faut ajouter l’incapacité quasi systématique à finir une partie rapidement. Avec une durée moyenne de partie à presque 38 minutes, la région dépasse notamment la Corée et l'Europe (respectivement de deux et quatre minutes).

Des parties plus longues, des joueurs plus belliqueux, et donc des scores assez uniques comme ce FlyQuest vs CLG culminant à 52 kills en 42 minutes. Crédits : Lolesport.

Nous avons affaire à un véritable combat d’arène, une mêlée folle qui favorise donc certains profils d’équipes qui proposent un style plus agressif, plus irrégulier. C’est le cas du trio de tête qui a en commun des joueurs que l’on qualifierait de play-maker,  c’est-à-dire des machines survoltées qui se donnent à 100% chaque minute de chaque partie, quitte à pécher par excès de zèle.

CLG  dans son élément

Counter Logic Gaming est un très bel exemple du profil d’équipe qui bénéficie largement de la situation actuelle. Toujours emmenée par un éternel aphromoo, la formation s’est défaite de FlyQuest ainsi que de Phoenix1 la semaine dernière et le caractère paradoxal de ces deux rencontres illustre parfaitement la compétition nord-américaine.

Le Bon, la Brute et le Truand (devinez qui est qui), un trio infernal et meurtrier pour accompagner Huhi et Stixxay sur la Faille. Crédits : Riot Games

Paradoxal parce qu’en regardant les parties on se rend bien compte que CLG est au-dessus, de loin.

Dardoch, la nouvelle recrue toute droit venue de Team Liquid,  survole l’early game avec un stuff atypique et dépose entre les mains de Darshan les clés de la victoire. Comme toujours très à l’aise dès qu’il peut manier un champion à dégâts, ce dernier débloque très souvent la situation dans une position en 4-1. Un rapide coup d’œil aux champions joués par le toplaner est d’ailleurs éloquent.

Même si c’est toujours loin d’être aussi simple, les deux défaites de CLG cette semaine coïncident avec un champion de type tank pour Darshan. Notez aussi la longueur des parties. Crédits : Gamesoflegends.

De manière plus générale, aphromoo peut compter sur son duo DaDa (Dardoch-Darshan) qui propose des teamfights complètement fous. Loin d’être irréprochable, c’est le genre de joueur qui profite de l’absence d’une véritable formation solide et capable de se retrancher derrière ses fortifications en attendant la bonne opportunité.

L’autre facteur de réussite de CLG en ce début de Split, c’est la duolane. Stixxay, s’il n’est pas un monstre absolu, fait le travail et affiche un KDA de 6.2 (juste derrière Jensen). L’ADC profite pleinement de la très grande forme d’aphromoo, un joueur historiquement réputé pour ses champions à engage (Tresh-Bard-Blitz, auquel on peut rajouter plus récemment Rakan) et qui a plus d’une fois débloqué la situation pour son équipe.

Et paf ! Fulgoru-poing dans les dents de Keith pour ramener le pauvre Varus sur Dardoch. Aphromoo régale sur Blitzcrank contre Echo Fox.

On a envie de vous dire que CLG a été propre, que ses victoires ont été nettes et  sans bavure, mais on reste consterné de voir qu’une équipe aussi bien rôdée jette encore des parties à la poubelle. La game n°2 contre FlyQuest peut être montrée dans toutes les écoles de gaming (même à Nantes) comme exemple à ne pas suivre. Même constat contre la lanterne rouge Phoenix1, qui force une manche décisive de 45 minutes avant de s’incliner avec les honneurs. Counter Logic Gaming a peiné contre des adversaires pourtant sur la pente descendante, mais le résultat est là.

Et comme dirait un entraîneur en conférence de presse post-match : « On aurait pu saisir des opportunités plus tôt, cela n’a pas été facile, le terrain était un peu trop arrosé, nos adversaires étaient coriaces et regroupés dans leur moitié de terrain. Le résultat est là, c’est ce qui compte à la fin ». On se contentera donc pour le moment de saluer CLG pour un bon départ, elle qui n’a pas engrangé beaucoup de points de championnats et qui est donc (au même titre qu'Immortal ou Dignitas) forcée à un résultat pour entrevoir les Worlds cette année.

Ce qui est certain, c’est que cette région n’a pas fini de nous en faire voir de toutes les couleurs. Ne manquez pas le choc ce vendredi entre  les deux équipes les plus en forme du moment : Immortals et CLG.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.