d

23 mai 2018 - Nepou Battle Royale

Le battle royale, une recette miracle ?

Le battle royale, une recette miracle ?

Avec l'explosion de la popularité des « battle royale », le genre est en passe de s'imposer comme une valeur sûre du box office. Pour autant, peut-on les considérer comme une solution miracle ?

PlayerUnknown's Battleground et Fornite sont les deux gros noms d'un genre qui affole les compteurs de joueurs (et de dollars) depuis l'année dernière. Nombreux sont les éditeurs qui se sont ainsi dit qu'ajouter un mode multijoueur à leur dernier bébé leur permettrait de surfer sur l'esprit du temps. Le battle royale est-il donc une recette miracle ou s'agit-il d'une fausse bonne idée ?

 


N'oublions pas les précurseurs

 

Regard en arrière, les origines du genre

Revenons donc aux origines des battle royale. Le terme, d'abord, provient de la nouvelle éponyme de l'auteur japonais Koushun Takami publiée en 1999. Le film qui est en tiré, par Kinji Fukasaku, a participé a la notoriété du genre naissant. L'histoire est basique : dans un futur dystopique, une classe de lycéens japonais est envoyée sur une île où ils doivent se battre jusqu'à la mort, des colliers explosifs garantissant la combativité des participants. Si l'histoire vous dit quelque chose c'est parce qu'elle a grosso modo été reprise par un bouquin puis un film un peu populaire, The Hunger Games. C'est avec la popularité du film, nouvellement sorti en 2012, qu'un premier mode est développé pour Minecraft et gagne rapidement en succès grâce à un groupe de youtubeurs anglophones. Mais Minecraft n'est pas le seul jeu à subir cette mode des mods. Arma II est un jeu ayant lui-même subi de nombreuses variations, au gré des envies des développeurs. L'un d'eux, basés sur des zombies, s'est révélé particulièrement populaire à l'époque, DayZ. Un développeur, Brendan Greene, a alors développé un mod du mode, un battle royale. Le sieur Greene, plus connu sous son pseudonyme de PlayerUnknown (oui, c'est lui) est ensuite devenu consultant sur H1Z1 : King of the Hill avant de concevoir son propre jeu chez BlueHole, PUBG.

 


Même si le scénario n'est pas très original, il faut reconnaître l'importance de The Hunger Games

 

Encore faut-il être là à temps

Venus du modding avant de devenir des jeux autonomes, il ne semblerait y avoir aucun problème à ce que les battle royale redeviennent des mods de jeux développés pour d'autres objectifs. C'est d'ailleurs le cas de l'autre leader du classement. Si Fortnite est plus connu pour son mod battle royale, il n'en est pas moins à l'origine un jeu PvE en multijoueur. La partie battle royale n'a, elle, été ajoutée qu'au dernier moment au regard du succès du champ de bataille du soldat inconnu. Dès lors, serait-il particulièrement surprenant que des triples A défient l'autorité en intégrant ce nouveau mode de jeu ? Que nenni ! L'occasion est trop belle et les éditeurs auraient tort de se priver.

Mais pour saisir une tendance, il ne faut pas arriver trop tard. Tel un dab en 2018, un mod à contre-temps est un mod inutile. Ainsi, si Go 4 The Kill a été développé sur Counter Strike Global Offensive, il ne s'agit en rien d'une création de Valve. Celle-ci est bien en projet, mais elle n'est pas encore sortie. Loin de là. De même, le nouveau Call of Duty, Black Ops 4, disposera d'un mode de jeu battle royale. Pour autant, il ne sortira que le 12 octobre 2018 sur nos plateformes de jeux préférées. On peut cependant s'attendre à du bon travail de la part des grands éditeurs. Le mode zombie de Call of Duty a, par exemple, une excellente réputation. Introduit dans le 5e opus de la série, World at War, en 2008, il avait pour objectif de répondre à la mode des jeux de zombie présente à l'époque (on pense notamment au fameux Left 4 Dead de Valve). Acclamé par la critique, le mode zombie a fait son apparition dans les opus ultérieurs apportant de la diversité au PvE en ligne. Les éditeurs sortant un battle royale en stand alone devraient d'ailleurs se méfier. Arriver à contre-courant des tendances et se faire ensevelir par des juggernauts déjà bien installés est un risque majeur. Heroes of the Storm, sauvé par son statut de jeu Blizzard, en a fait les frais dans les rangs des MOBAs. Arrivé trop tard et n'ayant pas su fédérer face aux deux monstres que sont League of Legends et Dota II il ne survit que grâce à l'énorme communauté de son éditeur.

 


Les battle royale suivront-ils la mode des zombies ? Pour l'éditeur de CoD c'est en tout cas une piste.

 

Faire un jeu de bonne qualité, les gros éditeurs s'y connaissent, mais arriveront-ils à temps où ne pourront-ils que se partager les miettes de la mode des battle royale ? L'avenir nous le dira ! L'E3, du 12 au 15 juin prochain, devrait déjà nous permettre d'y voir plus clair. Nombre d'éditeurs y annonceront leurs futures sorties et les battle royale pourraient s'offrir un podium à la mesure de leur succès.

1 commentaire

Hatnuz
Hatnuz - 24/05/2018 21h04

La référence filmique est validée ! :D

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.