d

22 juil. 2014 - Only StarCraft 2

Le Mexique, l'outsider, vraiment ?

Le Mexique, l'outsider, vraiment ?

Si la victoire éclatante de la France contre la Russie était assez inattendue, c’est bien le Mexique qui a créé la surprise en allant s’imposer contre le Canada de Scarlett avec une facilité déconcertante. Entre un MajOr véritable ace de l’équipe et deux autres joueurs capables du meilleur comme du pire, petit tour d’horizon des forces et faiblesses de cette équipe mexicaine.

Si le Mexique présentait un casting quasiment inconnu du grand public, MajOr mis à part, c’est pourtant bien ce qui fait leur force dans ces NationWars : on ne sait pas à quoi s’attendre. C’est d’ailleurs avec deux cheeses bien placés que Maker a pu s’affranchir de desRow et Scarlett lors du tour précédent. Maker et JimRising, bien moins connus et faire-valoir du monstre MajOr, ont pourtant leurs qualités et peuvent bien représenter une menace pour nos Français.

Maker et JimRising, la chair à canon

La stratégie mexicaine est claire : envoyer Maker et JimRising, et dégager le terrain pour que MajOr puisse finir le travail. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le tableau de chasse des deux Mexicains est plutôt fourni. Rien pourtant ne les prédestinait à pouvoir sortir des joueurs réputés bien plus forts qu’eux, puisque s'ils sont actifs sur la scène sud-américaine et américaine en général, ils sont loin d’avoir eu des résultats impressionnants.

JimRising, capitaine de la sélection, a connu son moment de gloire lors de son passage chez l’ogre FXO quand il parvient à se qualifier pour les regrettés WCG en 2012. Depuis lors, il enchaîne les tournois de la scène américaine sans toutefois parvenir à sortir son épingle du jeu, même s'il perd très rarement contre des joueurs moins forts que lui. Ses meilleures performances sont incontestablement en clan war avec son équipe Kaos Latin Gamers où il parvient à sortir de gros joueurs notamment en SC2 Improve Team League. C’est un joueur solide résolument tourné vers la macro, dont le meilleur match-up est le ZvP, mais qui a des problèmes en ZvT.


Maker, le Dave mexicain

Maker, quant à lui, est un peu plus connu que son homologue de la race Zerg, pour la simple et bonne raison qu’il stream à intervalle régulier. D’autre part, il a connu dans sa carrière pas moins de douze changements d’équipe, son nom était donc souvent repris par les sites d’actualité. De ce qu’il nous a montré lors de ces NationWars, il peut être très dangereux, capable de jouer la macro comme le all-in avec maîtrise. S'il reste en-dessous de nos Français en terme de niveau, c’est bien de son jeu agressif dont il faut se méfier, un jeu qui lui a permis de sortir Scarlett avec un 2 rax exécuté à la perfection.

En résumé, si ces deux joueurs sont capables de surprises, ils restent largement à la portée de la France. Il faudra toutefois faire très attention à Maker qui serait bien inspiré de sortir un joueur ou deux grâce à nous ne savons quelle fourberie.

MajOr, le monstre sacré

Si nous avons vu à l’instant que le Mexique disposait d’arguments intéressants mais plutôt fragiles, en tout cas dans la perspective d’un match contre l’équipe de France, c’est incontestablement de MajOr que viendra le danger. Confortablement installé dans le top 10 foreigner depuis de longs mois, le Terran mexicain fait figure d’épouvantail dans cette équipe du Mexique et a prouvé lors des matchs précédents qu’il était l’un des meilleurs joueurs des NationWars, si ce n’est le meilleur.

Les victimes ? De très bons joueurs tels que Serral et HuK, mais aussi, et surtout, des joueurs de classe mondiale comme Welmu et Scarlett, chacun battu deux fois d’affilée grâce à la règle du revive. MajOr a les capacités d’all-kill n’importe quelle autre équipe de la compétition, et la France devra être particulièrement attentive. Il est connu pour son jeu très agressif aussi bien en early mais aussi en mid et en late game, utilisant des drops et des multifronts incessants. Il a les mécaniques parmi les meilleures du monde hors-Corée, et peut donc à sa guise jouer bio comme mech, macro comme all-in.

Il est d’ailleurs le seul joueur de la compétition à être passé par une équipe KeSPA, Team 8th (aujourd'hui Jin Air Green Wings), lors de son séjour en Corée. Il y rencontre l’un des plus grands créateurs de stratégie sur Starcraft, le Terran coréen Cure. De lui viendront nombreuses de ses stratégies fétiches, comme le bio-mech déployé contre Serral, ou encore des openings redoutés, comme le push 8 Marines/6 Hellbats contre Zerg.

L’objectif de la France devra être de neutraliser JimRising et Maker sans subir de perte afin de garder le maximum de forces et surtout d’options pour venir à bout de ce joueur qui, nous le rappelons, doit être battu deux fois. MajOr pourra-t-il continuer à assumer son rôle d’ace et sortir trois des meilleurs joueurs européens ? La France sera-t-elle capable de se débarrasser du Mexique comme son statut de favori lui impose ? Lilbow, Dayshi et Stephano confirmeront-ils leur bonne forme actuelle contre le Mexique pour faire de la France un potentiel champion du monde ? C’est à toutes ces questions que répondra cette demi-finale entre la France et le Mexique qui s’annonce comme un choc, une bataille sans merci où chaque côté se rendra coup pour coup.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.