d

14 oct. 2016 - Wicket League of Legends

Le PSG investit dans l'esport

Le PSG investit dans l'esport

Le club de football français du Paris Saint-Germain vient d'annoncer son entrée dans l'esport avec la création de la franchise du Paris Saint-Germain eSport, en collaboration avec Webedia. Il est temps pour nous de faire un point sur cette annonce et de nous intéresser aux événements à venir.

Une chance pour l'esport en France

À l'instar de l'équipe allemande de Schalke 04, lors du rachat du slot LCS League of Legends d'Elements, le Paris Saint-Germain a décidé de s'engager dans l'eSport en s'associant à Webedia, groupe média dédié aux loisirs et divertissements online. C'est dans un communiqué, paru le 4 octobre dernier, que le PSG justifie son arrivée dans l'eSport par une volonté de capter une communauté à la fois gigantesque, mais également en forte croissance (256 millions de fans avec 10% de croissance, selon les chiffres parus sur le site du club parisien). Ils s'appuieront donc sur l'expertise de Webedia, groupe qui gère l'intégralité des activités de Millenium (aussi bien les équipes pros que le contenu éditorial), et qui vient également d'entrer en négociations exclusives pour entrer au capital (ou acquérir ?) Bang Bang Management, agence qui gère entre autres les droits de joueurs comme Yellowstar ou Hans sama. C'est donc entouré d'une structure et de personnes compétentes que le PSG s’apprête à entrer dans le monde de l'eSport.

Nasser Al-Khelaïfi, Président du Paris Saint-Germain

Quelles vont être les conséquences pour l'eSport, non seulement en France, mais également au niveau mondial ? Pour ce qui est de la France, le PSG est un pionnier en la matière. Personne avant eux n'avait investi dans ce secteur, avec autant de moyens à disposition. Car le PSG, ce n'est pas seulement un club de football, mais aussi un état. Au travers du PSG, c'est le Qatar qui investit dans l'eSport, avec les moyens qu'on lui connaît. Le PSG et Webedia ce sont également une logistique, des hommes et des femmes professionnels, à même d'amener leurs compétences à une discipline qui manque, parfois, de professionnalisme. Le PSG, c'est enfin une marque, une image, une communauté de fans, non seulement en France, mais partout à travers le monde. Tout cela mis bout à bout fait de l'arrivée du PSG dans l'eSport une très bonne nouvelle. Au niveau mondial, le Paris Saint-Germain ne fait que suivre un mouvement initié par Schalke 04 en Allemagne, ou le FC Valence et le Real Madrid en Espagne (nous ne parlerons pas ici de ce qui se fait en NA, avec l’afflux de capitaux par d'anciens sportifs renommés). Néanmoins, l'arrivée d'un nouveau « grand », aux capitaux plus ou moins illimités, procure encore plus d'attractivité à un milieu qui n'en manque déjà pas.

Un investissement sous quelles formes ?

Comme le dit le communiqué du club parisien, « la franchise Paris Saint-Germain eSport sera alignée sur les plus grandes compétitions mondiales des jeux vidéos de référence. ». Pour ce qui est de League of Legends, de nombreux bruits de couloirs ont courus récemment. Tantôt affilié à la structure française Vitality (ce qui aurait semblé étrange, étant donné que l'un des sponsors principaux de cette écurie n'est autre que Canal +, rival historique de Bein Sport, propriété du Qatar), tantôt à Millenium – ce qui aurait semblé légitime vu les liens entre le PSG, Webedia et donc Millenium – le club de la capitale semble avoir jeté son dévolu sur l'équipe de Challenger Series Huma, selon un article d'ESPN. C'est donc en deuxième division que le PSG va commencer son aventure dans LoL. Quant aux autres jeux compétitifs (Counter-Strike, Starcraft, Hearthstone, Overwatch ?), rien n'a filtré, pour le moment. Il faudra attendre la conférence de presse du club parisien, prévue fin octobre, pour en savoir d'avantage.

Des problèmes à venir ?

Comme le PSG a pu être assujetti aux règles du fair-play financier, mises en place dans le monde du football, au début de leur prise de pouvoir, les qataris vont devoir faire face aux règles instaurées par Riot. On peut alors se demander si des conflits d'intérêts ne vont pas apparaître, notamment si le PSG acquiert bien le slot de l'équipe Huma, et que, dans un même temps, Webedia conserve la gérance de Millenium. Il en va de même pour les joueurs représentés par Bang Bang Management, Yellowstar et Hans sama en tête, qui pourraient alors jouer pour une équipe tout en étant représentés par une société affiliée à une autre. Quelques interrogations auxquelles le PSG va devoir répondre s'il ne veut pas que son aventure tourne au cauchemar, comme ce fut le cas dans l'affaire TDK/Renegades, en LCS NA. Souhaitons en tout cas la bienvenue au club parisien dans l'eSport, en espérant que cette arrivée en appelle d'autres rapidement.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.