d

20 févr. 2018 - Biggy, Kyoomei & Maginn League of Legends

Le récap, semaine 5 : Harlem Shook

Le récap, semaine 5 : Harlem Shook

Soirées trop arrosées ? Des rapports à terminer ? En bref, vous n’avez pas pu suivre la cinquième semaine de compétition ? Rassurez-vous, O’Gaming est là pour vous. Les matches à revoir, les chiffres à retenir et le joueur clé de la semaine : avec ça, vous serez à jour !

Les matches de la semaine

Vitality – H2K

Défaits la veille par des G2 en pleine bourre, les leaders du classement européen n’en étaient pas moins favoris de cette rencontre face à une structure en grosse difficulté. Suite aux remplacements de Caedrel et Santorin par Selfie et Shook, les « Durs à tuer » ont abordé cette cinquième semaine de compétition avec un duo mid-jungle flambant neuf, mais composé de vieux briscards. Pari gagnant : entre un Shook hyperactif dans la jungle avec son Jarvan, et un Selfie solide et efficace avec Galio (full AP, bien sûr), H2K a complètement changé de visage. Dominatrice face à l’épouvantail de ce début de saison, l’équipe a profité d’un Gilius à la rue et d’un Jiizuke nettement moins tranchant qu’à son habitude pour s’imposer et boucler la semaine sur un 2-0. Réveil de H2K, et retour à la réalité pour Vitality, qui va maintenant devoir montrer sa capacité de réaction contre Giants puis Misfits : cette partie pourrait constituer un véritable tournant de la saison.
 


 

Echo Fox – Cloud9

« Lorsque Licorice a choisi Lucian, Huni s’est simplement mis à rire. » Cette phrase de Dardoch lors d’une interview avec Inven Global résume assez bien le choc de la semaine 5 en Amérique du Nord, entre deux équipes qui étaient coude à coude au sommet du classement. 33 minutes plus tard, le jeune toplaner des Cloud9, bourreau d'Impact la semaine passée, devait amèrement regretter son choix : 0/7/2, et une défaite gênante dans la course à la première place.

L’excellent travail de Dardoch, impérial depuis le début de la saison, a permis aux Renards de punir à de multiples reprises les positionnements ambitieux de Licorice, tandis que Fenix et Altec devenaient de plus en plus menaçants sur Vladimir et Kalista. La bonne prestation de Jensen ne suffira pas à sortir les C9 de ce mauvais pas, au lendemain d’une victoire de prestige face à des TSM toujours dans le dur. Les deux équipes restent confortablement en tête de la ligue, mais attention à la remontée fulgurante de Clutch Gaming…
 


 

Gentside – LDLC

Pas de LCK cette semaine, mais la première étape de l’Open Tour, nouvelle compétition française qui permettra à deux équipes de se qualifier pour le tournoi paneuropéen, autrement dit notre Ligue des Champions à nous. Entre péripéties de streamers et éliminations surprises, symptomatiques des Bo1, Gentside et LDLC sont parvenues à se hisser en finale. Ces deux structures sont déjà bien ancrées dans la scène française, elles qui avaient notamment participé au dernier Challenge France.

Dans un Bo5 explosif, les deux équipes se sont rendu coup pour coup, en utilisant quelques champions inhabituels – une Karma toplane pour Brosak, une Nami pour Moopz… Mais c’est la dernière game spectaculaire de ce match qui a marqué les esprits, et conclu de fort belle manière le tournoi. Résistance acharnée, remontée, backdoor : la tension était à son comble, et tous les ingrédients étaient réunis pour faire vibrer le public. LDLC s’est finalement imposée au bout du suspense, mais nul doute que Gentside se battra jusqu’au bout pour une qualification au tournoi paneuropéen. Des nouvelles rassurantes du niveau français !

Note : une journée à attendre, c’est long, certes. On peut se lamenter de s’être déplacé pour pas grand-chose. On peut même se plaindre, si l’on est joueur, des heures d’entraînement consacrées à la préparation du tournoi – même si évidemment, l’entraînement sera utile pour tous les tournois à venir. Mais lorsque des bénévoles travaillent d’arrache-pied pour résoudre des problèmes largement indépendants de leur volonté, afin de restaurer le bon fonctionnement des infrastructures, ne les insultez pas. Vous attendez, c’est chiant, mais eux se démènent, et subissent l’énorme stress de savoir que des milliers de personnes sont en train de s'ennuyer. Comportez-vous en humains civilisés, nom de Zeus.

Big up au staff de la Lyon eSport qui a réussi à régler les soucis pour la journée de dimanche. 
 


Crédits : Lyon eSport

Les chiffres de la semaine

4

C’est le nombre de champions présents dans chacune des dix phases de draft NA ce week-end. On y retrouve Zoé, Gangplank, Gnar et Skarner, seul le dernier constituant une petite surprise. Zoé (7 bans pour 3 picks) et Gangplank (9 bans pour 1 pick) ont plutôt été mis sur la touche. Notre pirate préféré (ou pas ?) a donc le vent en poupe, et monopolise à lui seul un ban pour le red side. Au contraire, Gnar a été le personnage le plus en vue puisqu’il est apparu dans 9 des 10 matches joués. Pour finir, le Scorpion de la Faille s’est vu refuser l’accès à la Faille seulement 4 fois. La méta actuelle apparaît quelque peu figée puisque 20% des champions sélectionnés sont les mêmes à chaque rencontre : on peut donc remercier Riot d’être passé à 10 bans !

9

L'un des chiffres de la semaine sera accompagné d’une couleur. En effet, 9 des 10 équipes victorieuses en LCS NA se sont imposé en blue side ! Seule Team Liquid a réalisé un « combobreaker » en l'emportant face à CLG alors qu’elle était red side. Peut-on généraliser à partir de cette semaine très bleue ? Difficile à dire. Ce côté de la carte apporte un contrôle plus facile du Nashor, et un first pick lors de la phase de draft. De plus, le blue side compte 55% de victoires en LCK cette saison... mais seulement 48% en LCS EU. Cette semaine était donc bien exceptionnelle, même si les chiffres de l'ensemble des régions semblent accorder un avantage aux équipes démarrant au Sud-Ouest de la Faille. Peut-être une étude plus approfondie du sujet sur O'Gaming d'ici quelques temps ? ;)

0-2

On termine avec le score de Vitality sur ce week-end. Perdant tour à tour contre un concurrent direct, G2, puis contre une équipe de bas de tableau, H2K, Jiizuke et ses coéquipiers sont redescendus sur terre après avoir tutoyé les sommets pendant quatre semaines. Gilius paye peut-être son arrogance de ces derniers jours et totalise sur les deux matches un score de 0/6/2. Et même si ce week-end ne remet pas en cause l’extraordinaire début de saison de Vitality, il leur servira peut-être de piqûre de rappel.

Le joueur de la semaine : Shook

Eh non, vous ne rêvez pas, il est bel et bien de retour : Shook, le jungler qui avait amené Alliance au titre européen en 2014 avant de connaître des jours plus sombres avec Elements, Vitality et Ninjas in Pyjamas. Malgré des performances en dents de scie, le vétéran néerlandais a toujours su se maintenir en LCS. Lorsqu'il n'est pas titulaire, il sert de remplaçant d'urgence aux équipes en perdition souffrant de problèmes dans la jungle, ce qui était justement le cas de H2K après la quatrième semaine. La lanterne rouge du classement s'était débarrassé de Santorin dès la troisième semaine au vu de ses performances... intéressantes, lui préférant même le midlaner de métier Caedrel, alors remplacé par Selfie, lui aussi l'une des roues de secours préférées des équipes LCS. C'est donc tout naturellement que les H2K se sont tournés vers Shook pour limiter la casse d'ici la fin du split, et le moins que l'on puisse dire, c'est que le bonhomme n'a pas fait les choses à moitié.

 

Thorin résume la pensée de tout le monde à chaque fois qu'une équipe fait appel à Shook.
 

Auteur de deux performances très solides, il a su mener une équipe pourtant en déficit de skill à la victoire par deux fois, dont une face aux leaders du classement Vitality (certes bien aidé par Selfie, qui aurait lui aussi pu être joueur de la semaine).

Face à des Roccat jouant le milieu de tableau, Shook a su trouver de nombreux ganks fructueux en début de partie avec son Zac et a ainsi pu feed son midlaner ; il a ensuite été crucial durant les teamfights, utilisant son Let's Bounce ! à très bon escient. Il n'a pas non plus tremblé pour sécuriser le Baron à l'aide de son Smite, face à un Memento pourtant très en forme sur les steals ces derniers temps.
 

H2K Shook content spring 2018 week5
Shook tout sourire après avoir appris la vie à deux petits jeunes.
Crédits : Riot Games
 

Vitality a beau monopoliser la première place depuis le début de la saison, cela n'a pas empêché Shook de donner une leçon de jungle à Gilius, qu'on voyait pourtant dominateur ces derniers temps. Le vétéran nous offre une partie quasi-parfaite, avec 100% de participation aux kills (et uniquement des assists, grand seigneur qu'il est) pour une seule mort (et encore c'était à cause de Sheriff, on ne va pas se mentir). À chaque combo de son Jarvan, les joueurs Vitality se retrouvaient shake, shook et shaken dans tous les sens, condamnés à une mort certaine. Formant à nouveau un duo redoutable avec Selfie, il se sont offert le duo mid-jungle le plus en vogue du moment sur un plateau d'argent, ne laissant aucune place au hasard ; et ce malgré un coup d'éclat de Jiizuke aux 30 minutes de jeu, seul point noir au tableau H2K, emmenés par un professeur Shook de gala.

Après deux parties plus que convaincantes, la machine H2K semble relancée grâce à ces deux recrues tardives. Mais il est encore trop tôt pour juger du niveau véritable de cette line up remaniée, alors ne nous emportons pas... Les H2K vont-ils gagner les Worlds ?

 

Voilà pour cette semaine ! La rédac' espère que cette session de rattrapage vous aura été profitable. On se retrouve mardi prochain pour un nouveau récap' !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.