d

12 avr. 2016 - Perco StarCraft 2

Les chroniques d'un joueur lambda #10 : supply dépôt... de plainte.

Les chroniques d'un joueur lambda #10 : supply dépôt... de plainte.

Commissariat central, 9h30, le lieutenant de service entame sa quatrième bière. C’est lundi après tout, il faut être raisonnable après le week-end. En me voyant arriver, il pense sans doute à une énième histoire de vol de voiture ou de conflit de voisinage. Non, cette fois c’est grave.

Allô la police ?

Mon regard torve et mon visage livide lui mettent la puce à l’oreille, il interrompt son collègue qui lui montrait le nouveau numéro de « Police magazine » et se tourne vers moi.


Un très grand merci à Tam.


J’ai la gorge sèche, le palpitant en syncope.
Raconter sa souffrance, c’est la revivre.

« Monsieur, ça va monsieur ?

- Je, je ne sais pas trop…  je voudrais déposer une plainte, c’est ici ?

- On va s’occuper de vous, asseyez-vous ici, qu’est-ce qui s’est passé ?

- J’ai été agressé. Chez moi. J’étais tranquillement sur mon ordinateur et il est apparu. Je ne l’avais jamais vu avant.

- L’agression a duré longtemps monsieur ?

- Dix minutes avec des attaques à 4 min 30, 6 min 25 et 9 min 12. De plus en plus violentes.

- C’est… étonnement précis monsieur, vous êtes sûr de vous ?

- Oui oui, je suis formel. J’avais une horloge sous le nez tous le temps… ça m’a paru plus long, remarquez.

- Je vais taper votre déposition monsieur. Vous pouvez me donner des détails sur chaque étape ?

- Eh bien, il a commencé par brûler mes économies, au lance-flammes.

- Au lance-flammes ?!  Chez vous ? Bon, je note… « l-a-n-c-e f-l-a-m-m-e ». Une atteinte aux biens donc, pas sur vous directement.

- Voilà… dites, si vous tapez à un doigt, vous devriez passer en mode grille, ça serait plus pratique.

- J’y connais rien en ordinateurs moi, monsieur, désolé. Et ensuite ?

- Eh bien il est reparti chez lui et il est revenu plus tard. Ç'a été horrible, il... il a tué tous mes cafards, je n’en avais plus un seul.

- Il a tué vos... cafards ?

- Oui, tous.

- Chez vous ?

- Oui. »

 

Partie classée sans suite

J’ai bien senti que le vent tournait. C’est tout de même un comble. Vous souffrez, vous appelez à l’aide et l’on finit par retourner cela contre vous.
En reprenant son clavier, l’agent avait un petit mouvement de sourcils qui ne me plaisait pas beaucoup.

 


Par Victor Casale.

« Ma foi, je le note, “c-a-f-a-r-d-s”...  dites, c’est bizarre votre histoire.

- Pas du tout, et il est encore revenu plus tard. Toujours chez moi.

- Seul ?

- Oh non, ils étaient plein.

- Vous pourriez dire combien ?

- Mmm… 180 de population je dirais.

- 180 ? À votre domicile… Je me demande si vous ne nous faites pas perdre notre temps monsieur.

- Hé, je suis une victime ! Ils ont tout cassé et vous m’accusez de je-ne-sais-quoi.

- Très bien monsieur, très bien, calmez vous. Donc je résume, des individus sont venus à 180 chez vous pour tout brûler au lance-flammes.

- Non non, ils n’avaient plus de lance-flammes.

- Mais ils avaient des armes ?

- Des tanks.

- Des… des tanks ?!! Allez, ça suffit monsieur, vous avez assez abusé de notre temps, on traite de cas sérieux ici. Robert, amène-toi, j’ai un petit malin qui profiterait bien d’une de nos cellules de dégrisement. »

 


La suite est un peu floue. Je me souviens du lieutenant et de son collègue Robert me traînant sur le carrelage froid, un bruit sec et des cris.

On m’a raconté que je continuai à hurler « Ils avaient des tanks ! Et des fusils ! Et des avions invisibles… écoutez-moi, écoutez-moiiiiiiiiiii ! ».
Je ne m’en souviens plus.

Demain, je vois le juge.
Mon avocat est confiant, il pense que nous pouvons plaider l’aliénation par les jeux vidéos.


 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

1 commentaire

Afrouner
Afrouner - 12/04/2016 22h52

E-N-O-R-M-I-S-S-I-M-E ! Comme ma b*** ! :>

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.