d

31 mai 2016 - Perco StarCraft 2

Les chroniques d'un joueur lambda #17 : Tête à clic

Les chroniques d'un joueur lambda #17 : Tête à clic

J’ai l’APM d’un koala neurasthénique sous prozac et encore, les bons jours. C’est un fait, je le sais, je l’admet, je l’accepte.

J’ai tout essayé, j’ai spammé les sélections en box, les clics de mouvement ou d’attaque. Je n’ai réussi qu’à envoyer vingt ouvriers au gaz ou à transformer mes armées en troupeau de lemmings, avançant sans retenue vers une extinction certaine.
 


Un grand merci à Luc Damas.

APM ton prochain

J’ai cherché à me convaincre que cela n’avait pas d’importance, pas vraiment d’influence sur le niveau de jeu. J’ai demandé conseil sur les forums dédiés.

Les réponses qui m’ont été données étaient plutôt rassurantes, bienveillantes et constructives.
Au fond, la communauté autour de Starcraft est composée de faux méchants, de trolls polis. On s’agresse mais on aide les vielles dames à traverser la rue.

Tout cela est bien gentil, cela n’en reste pas moins faux.
Promettre à un joueur lent que les APM ne sont qu’un plus, un élément secondaire bien qu’important revient exactement à lui dire « Tu as un œil crevé, un nez tordu et tu boites mais t’inquiète, c’est le charme qui compte… ne t’approche pas trop de moi, tu sens encore un peu ».


Source : Les forums de TeamLiquid

 

La vérité, nue, sans fard est aussi simple que cruelle.
En dessous d’une certaine capacité de jouer vite, on se heurte à un plafond de verre sauf que ce n’est pas un plafond, c’est un adversaire et qu’il n’est pas en verre mais en diamant.

Je compense donc je suis

Jouer lentement revient à jouer propre mais en décalé. 

Prenez les timings d’attaque idéals, faites-les revenir dans un bain-marie de lenteur, laissez mijoter et servez-les : c’est froid. C’est bon, mais c’est froid.
Comprenez moi bien, j’ai parfois l’impression de jouer si lentement que le temps que mes unités traversent la carte, j’en arrive à me demander si elles n’ont pas été patchées en route.

Oui oui, à ce point.

 

J’ai cru comprendre que le mieux, dans ce cas, était de compenser par autre chose. S’appuyer sur une force pour combler une lacune.
Des points forts, voyons voir… j’organise très bien mes bases, ça compte ? 
Comment dire, prenons une image : si j’étais un boxeur, j’aurais un jeu de jambe de vieillard, la puissance d’un chaton mais j’aurais un short sympa. Je ne suis franchement pas convaincu.

 


Mouais, quand on est Coréen c'est facile aussi.

 

Alors j’ai utilisé une technique chinoise, fruit d’années de recherches scientifiques pointues et extrêmement sérieuses : la méthode dite du « YOLO tu micro rien et on verra bien ».
C’est un concept.

En gros, lorsque je lance mes troupes en combat, je fais un ou deux moves de micro histoire de dire et je retourne à ma macro avant de revenir voir le résultat.

C’est très excitant à défaut d’être très efficace. Cela donne un côté Euromillion au jeu, on ne sait jamais trop ce que l’on va retrouver.

Et puis ça déstabilise l’adversaire. 
Moi en tout cas, si je tombais sur un type qui macro pas mal, scoute et trouve les bonnes réponses stratégiques pour finalement m’envoyer 25 banelings dans un Thor, je serais déstabilisé.

Ah ben je l’ai trouvé mon point fort, c’est la guerre psychologique.

1 commentaire

MistPicko
MistPicko - 31/05/2016 22h20

J'ai beaucoup d'exemples de personnes qui ont niveau très décent, j'entends par là top 20-30 masters , et ce dans les 3 races mais qui malgré tout plafonnent à 160-180 d'APM. En fait, il faut savoir prioriser l'attention, savoir reconnaitre dans un build order les temps morts (utilisés pour micro) et suffisamment bien utiliser les groupes de contrôle pour pouvoir réaliser l'essentiel de la macro même pendant la micro.

Moi même ne possédant guère plus d'APM, j'ai réfléchi à la question et j'ai entamé de petites modifications sur ma façon de jouer. Des trucs du genre mettre mon twilight et mes 2 forges dans le même groupe de contrôle que mes gates ce qui fait que je peux me débrouiller par exemple pour lancer mes upgrades en continues, même pendant les fights car je sais exactement quand l'upgrade se finit.

D'autre part tu n'es pas obligé d'avoir la vue centrée sur une unité pour la faire bouger. J'entends par là que moi par exemple lorsque je scout, je suis parfois entrain de macro dans ma base alors que je fais tourner ma probe en shift cliquant sur la mini-map.

Il est egalement a savoir qu'il est crucial de set up des groupes de camera, ne serait-ce que pour les bases, sans quoi il te faudra bcp plus de clicks afin d'arriver au même résultat en terme de macro.

Tu peux également penser tes builds dès le départ dans l'optique d'optimiser les clicks. c'est par exemple opter pour des gros timmings 2 ou 3 bases utilisant des armées lentes et puissantes. Comme les Timmings que proposaient les Protoss sur Wol ou HOTS ( ce qui expliquait qu'il n'etait pas necessaire d'avoir bcp d'apm pour bien jouer toss). Si tu joues Terran tu peux egalement faire des gros go bio liberators tanks ou mines. Si tu es Zergs tu peux faire des gros go lurker ou des drops queens.
Tu l'auras compris si tu sais que ton adversaire a plus d'APM que toi, il faut penser à des stratégies dans lesquelles ce deficit d'APM aura un impact faible. Si tu sais que ton adversaire va partir sur des oracles et que ca ira trop vite pour toi, coupe la production à la source, envoie une probe dès le début du jeu et vole lui son gaz. Le départ Oracle il peut se le caler dans son orifice.

Pour finir je crois que c'est Snute qui disait ca, "L'important pour bien jouer ce n'est pas de pouvoir cliquer rapidement mais c'est d'etre au bon endroit pour envoyer le click au bon moment."

Donc le vrai salut pour toi n'est pas dans la recherche à tout prix de l'augmentation de ton APM. Mais il est dans la recherche de l'optimisation de tes clicks et tu verras que petit a petit cette démarche va contribuer à augmenter ton APM naturellement.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.