d

07 juin 2016 - Perco StarCraft 2

Les chroniques d'un joueur lambda #18 : pourquoi tu joues ?

Les chroniques d'un joueur lambda #18 : pourquoi tu joues ?

Il y a des moments où je hais ce jeu, de toute mon âme, de tout mon être. En règle générale c’est après une grosse série de défaites humiliantes et sèches, alors que mon MMR fait du base-jump. Tous les samedis donc.

Sur les porte-nerfs

Quand j’arrive à cet état, ça s’entend, je vocalise. « Mais c’est quoi ce jeu de merde ? Ça me stresse, ça me saoule, ça me gonfle ! ».

Je fais un german supplex au chat, ça me calme.

 

 

Ma femme – dont l’avis sur StarCraft oscille entre l’indifférence polie et la tendre consternation, mais qui a oublié d’être bête – choisit toujours ce moment précis pour mettre ses jolis pieds dans le plat. « Pourquoi tu continues alors ? Joue à autre chose ».
Elle m’énerve avec son bon sens, elle m’éneeeeeeerve.

*Coup de la corde à linge au chat*

Elle m'énerve parce qu’elle a, évidemment, raison mais que cela ne marche pas comme ça. Pas du tout, ce serait trop simple.

Ne me quitte pas

 

Ayant arrêté la psychologie en petite maternelle, je serais bien en peine de vous expliquer comment ce jeu agit sur le subconscient mais les faits sont là.
On ne peut pas tirer un trait sur ce jeu lorsque l’on perd, quelque chose vous retient.  On ne peut pas plus le quitter lorsque l’on gagne. Un joueur de StarCraft est marié au ladder pour le meilleur et, le plus souvent, pour le pire.

C’est un constat qui, bien sûr, est valable pour beaucoup de jeux. Le « petit plus » de la variante StarCraft vient du fait qu’il s’agit d’un jeu horriblement difficile et éprouvant pour le commun des mortels.
StarCraft, c’est les échecs sur une chaise électrique : à chaque erreur, bzzzzz, une petite décharge.

 

 

Je tenterais bien un étranglement sanguin sur le chat mais il se planque. Je crois qu’il se méfie maintenant.

Ce sont les temps sombres, les traversées du désert ludiques, on joue mais on ne s’amuse plus, on farme. Il y a quelque chose d’angoissant à abandonner un jeu avec lequel on a vécu tant d’émotions, partagé tant d’heures. Alors on attend, on attend que cela passe, que l’excitation revienne, que la passion reprenne le dessus.

Il suffit parfois d’une petite étincelle, un patch, un nouveau Build order que l’on veut absolument tester, une compétition incroyable vue sur un stream.
 

 « Quoi ? Tu relances StarCraft ?

- Vi. Mais c’est pasque Polt il a trouvé un nouveau build avec des banshee…

- Bon sang, t’étais bien, calme. Tu vas encore être d’une humeur massacrante dans trois jours.

- Ui, mais y a des banshee et elle sont invisibles et tout et tout

- Fais-toi une raison, ça marche jamais et tu vis mieux sans.

- Mais Polt…

- Polt je l’emmerde !

- Ohhhhhh !!! »

*cri d’effroi*

 

Vraiment, j’ai pris la bonne décision en ne touchant pas aux MOBA, il parait que c’est pire.

Oh mince, le chat est monté sur la troisième corde...


Note de l’auteur :
aucun chat n’a été brutalisé, violenté ou blessé durant l’écriture de cette chronique.
N'appelez pas la SPA, merci.

1 commentaire

Furi0us
Furi0us - 14/06/2016 00h19

Comme toujours, c'est très plaisant à lire, et on se reconnait parfois...
=D

Bisous !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.