d

28 juin 2016 - Perco StarCraft 2

Les chroniques d'un joueur lambda #20 : Réunion de chantier

Les chroniques d'un joueur lambda #20 : Réunion de chantier

Il est plus que temps d'aborder les vrais sujets, les sujets qui fâchent, la langue de bois n'a que trop duré. Aujourd'hui , on parle maçonnerie.

L'art du « Sim City » dans le jeu m'est relativement étranger, après tout je joue Zerg.
Je sais pourtant apprécier la beauté d'une base ordonnée, l’esthétique d’un placement de pylônes où, oserai-je, la poésie d’un wall.
 

 

Quand le bâtiment va, tout va.

« Bon, les gars, je viens de faire le tour du bouzin là, faut qu’on cause. Y a de la belle ouvrage, je dis pas, mais j’ai quand même deux ou trois choses qui me questionnent. Qui s’est occupé de monter les gates dans le wall ?

- C’est Pedro, chef. Il est parti scouter.

- C’est beau, je dois reconnaître, ça brille, c’est propre mais quand même… quatre gates dans un wall, c’est pas un peu beaucoup ?

- C’est les nouvelles consignes de sécurité chef, ça se fait. Quatre gates, un cybercore, un pylône et une robot  au milieu.

- Moui… juste une chose : comment ils sortent nos Immortels ? À dos de phoenix ? Faut allumer la boite à neurones les enfants. Vous m’aviez déjà fait le coup avec des tanks sur un chantier terran la semaine dernière !

- Ah oui mince… bon, du coup, on le pète le pylône ?

- Et on désactive tout pendant 30 secondes ?! Je vous préviens, cette fois les pénalités de retard, c’est pour vos pommes, marre de réparer vos conneries. »

 

Bref, c’est compliqué.
Mais comme toute chose complexe, le résultat peut être gratifiant. J’imagine qu’un bon placement de pylônes permettant de défendre une petite pression à coup d’overcharge ou un mur de dépôts de ravitaillement se relevant juste devant le nez d’un runby doit provoquer chez son auteur le même sentiment de satisfaction que la Cité radieuse chez un Lecorbusier.

 

Du haut de cette rax, quarante siècles vous contemplent.

Alors évidement, la construction, ce n’est jamais une science exacte. Entre le projet et le résultat final, il y a de subtiles différences. Ici, un petit trou dans le wall, une jonction mal fichue, là un doublon malencontreux. Voilà ce que c’est de vouloir faire ses travaux soi-même !
 


Et puis les délais, surtout les délais. C’était promis, tout serait fini à sept minutes trente, plus qu’à faire les finitions. Sauf qu’à 10 minutes, vous êtes toujours sur le gros œuvre, à vous demander si c’était bien une rax qui devait se situer là pour compléter le Sim City sur votre deuxième base. Il faut avouer, aussi, que sur un véritable chantier c’est assez rare de se prendre un drop baneling sur le coin de la gueule pendant que l’on coule une dalle de béton, ça se saurait.

Reste que la satisfaction du travail bien fait n’a pas de prix.

À dire vrai, à compétence égale, un joueur terran ou protoss capable de penser son architecture peut monter au moins d’une ligue. Et c’est justice.
Il faut dire que la puissance de l’acier et du quartz (c’est du quartz le minéral ?) est sous-évaluée par beaucoup de monde. Prenons un exemple :


Mauvaise réaction :

« Chef, y a des ultralisks qui arrivent !

- Quoi ?! Vite, produisez des marines, des tanks !

- On va les recevoir comme il faut… Arghhhh… Non, pas mon tournevis, pas dans mon… Ohhhhh, quelle drôle de sensation ! »

 

Bonne réaction :

« Chef, y a des ultralisks qui arrivent !

- Et bien faites des tourelles, faut pas me déranger pour si peu.

- Des tourelles… ok,ok.

- Il est mignon quand même celui là, il tourne en rond. Gouzi gouzi, ah t’aime bien ça quand je te gratte sous la carapace chitineuse. Assis maintenant.  »


J’exagère à peine, mais un peu quand même. Non, en fait j’exagère franchement.
 


 

Pour récompenser ces petits artisans de la base propre, ces aficionados du BTP, je propose que Blizzard rajoute un mode de victoire par « esthétisme ».
Star-MineCraft II en somme.

En voilà une bonne relance de la franchise.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.