d

12 juil. 2016 - Perco StarCraft 2

Les chroniques d'un joueur lambda #22 : Polar Night

Les chroniques d'un joueur lambda #22 : Polar Night

Un début de partie est une petite enquête policière. Il faut déterminer, à partir de quelques indices épars, ce qui s’est produit pendant deux minutes. Si un reaper partant au scout nous en faisait le récit, ça ferait un bon polar.

Je me doutais en quittant mes pénates que la journée allait être longue. De là à anticiper le carnage qui allait me tomber dessus, je n’aurais pas parié un patch de minerai.

Reaper sur la ville

Je connais la région comme ma poche, cette map, c’est ma maison, mon territoire, ma terre. J’en ai arpenté toutes les hauteurs, tous les recoins, toutes les finesses et elle arrive encore à me surprendre.
J’ai senti tout de suite en arrivant chez les barbouzes d’en face que ça puait à plein nez. Visiblement, j’étais indésirable, persona non gratta. Bizarre.
 


Par Oxoxoxo

Si j’avais su à l’époque, j’aurai pris mes jambes à mon jetpack et je serais rentré fissa. Je suis resté, grosse erreur.
L’entrée était gardée par un molosse de métal. Le genre gorille venu d’Aïur. C’est fou, on se promène pépère pour se dégourdir les arpions et, au coin d’une rampe, on se fait accueillir à grands coups de laser dans le fondement.

Quelle époque.

Reste que j’avais un boulot à faire. Oh, pas le genre glorieux mais il faut bien remplir la gamelle et payer le fioul. J’avais accepté le job en urgence pour éviter de me faire doubler par ma principale concurrente, un beau brin de femme dans son Hélion, le genre flamme fatale. Gardé ou pas, il fallait que je trouve un moyen d’entrer dans ce rade pour y pêcher des bribes de quelque chose, des miettes d’information. À défaut, j’allais devoir rentrer l’air con et, sur ce plan, je suis déjà bien pourvu au départ.

Victime building

J’avais beau me creuser la tête, pas moyen d’y couper, il me fallait du biscuit, de l’inédit, du croustillant. Mon client n’allait pas se contenter de quelques images floues de Gates ou de pylônes au téléobjectif.

« Si on te ferme une porte, rentre par la fenêtre » disait mon vieux paternel entre deux rasades. Ainsi soit-il. J’attendais que le vigile s’éloigne un peu pour prendre mon élan ; qu’est-ce que ça peut être con un stalker en mode patrouille. Une falaise, deux falaises, je laissais mon corps retrouver ses sensations réflexes, c’était bon bordel.
À force de me griser de vitesse et de hauteur, j’en oubliais la base, le B.A-ba, et je commençais à regarder ailleurs que devant moi.

L’avantage d’un photon overcharge c’est que ça réveille, l’inconvénient c’est que ça picote jusqu’au fond du slip. À dire vrai, la première décharge ne m’a pas fait si mal, c’est la seconde qui m’a frisé les poils.
 


Par Sam "Samwise" Didier. ©Blizzard Entertainment

La course poursuite, c’est pas ma spécialité. La fuite la queue entre les jambes par contre, je suis passé maître. La difficulté ici allait être de se carapater en réussissant à voir quelque chose,  et sans terminer sur la table du légiste. Je slalomais entre les probes, glissais comme une anguille tout en esquivant les tirs nourris qui s’abattaient sur ma trogne. Du coin de l’oeil, je furetais comme un chat sauvage. Des Gates, des pylones, des assimilateurs... bon sang, rien qui valait la peine de risquer ma peau.

Et puis je l’ai vu, au hasard d’un virage, comme une oasis dans le désert. Une Stargate, brillante, superbe, planquée tout au fond. Voilà ce que tu mijotais mon salaud ! 
J’ai connu un temps où un code d’honneur existait, vieille histoire tout ça. Aujourd’hui, plus personne ne respecte plus rien, ça fait des Oracles même en non-classé. Tout fout le camp décidément.

J’avais ma carotte, il fallait survivre pour toucher ma paye. Quand on commence à m’agiter les biftons sous le nez, je peux faire preuve d’une pugnacité hors pair.
 


Par Erik Egerup

 

J’ai survécu, je suis rentré. Oh j’étais pas beau à voir mais je tenais debout. À l'intérieur, je suis mort depuis longtemps, mais j’étais quand même pas mécontent d’avoir ramené ma vielle carcasse à la base.
Brûlé, fatigué, couvert de fioul mais vivant.

C’est là que je me dis que j’ai franchement manqué d'à-propos en allumant un cigare...

 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

1 commentaire

Agreubill2
Agreubill2 - 12/07/2016 21h31

"Les Chroniques..." sont déjà bien en temps normal, mais celle-là est vraiment très inspirée ! Un vrai plaisir renouvelé à chaque fois :)

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.