d

23 août 2016 - Perco StarCraft 2

Les chroniques d'un joueur lambda #28 : Courage fuyons !

Les chroniques d'un joueur lambda #28 : Courage fuyons !

Positionnement, concave, microgestion sont, paraît-il, les mamelles de l’affrontement d’armées dans StarCraft II. J’ajouterais bien à cette liste la bonne grosse vieille technique de la fuite.

Mettons les choses au point dès le départ, nous éviterons tout malentendu. Si vous jouez avec ne serait-ce qu’un vague sentiment d’honorabilité à ce jeu, si votre cortex irradie une once de bravoure quelconque alors cette chronique ne vous concerne pas. Vous pouvez circuler, merci, un chaton vous attend quelque part en haut d’un arbre.

Couard & essai

C’est bon ? Nous sommes entre gros lâches maintenant ? On peut donc parler librement. Avouons-le, il est bien plus agréable d’être un pleutre vivant qu’un héros mort. En tout cas, cela dure plus longtemps.
L’art de survivre implique celui de choisir ses batailles, logiquement plus on les évite plus on s’accroche. La lâcheté est l’outil des puissants, de ceux qui restent pour raconter la bataille, celle des autres de préférence.
 


 

L’astuce pour frapper par derrière, avec un petit drop, un runby ou un warp, consiste à presque affronter le gros de l’armée autre part sur la carte. C’est le « presque » qui compte ici, montrer ses gros muscles (factices), gueuler fort un bon coup, prendre son élan et… se carapater vite fait. Survivre un autre jour.

I will survive

Ne vous y trompez pas, échapper au combat – y échapper le plus souvent possible en tout cas – n’est pas une sinécure. La technique de l’anguille est, certes, une technique de fourbe mais elle requiert une attention de tous les instants, un œil aguerri aux aller-retours sur la minimap. Il ne faudrait pas se retrouver, par inadvertance, dans un face à face à la régulière. À moins de cinq contre un, la baston présente un risque de mandale dans la tronche, autant éviter.

Attrape-moi si tu peux ; chaque seconde grappillée à faire courir l’armée adverse autour d’un buisson est une seconde constructive. Si vous disposez de suffisamment d’APM pour ajouter la gestion parallèle d’un outil de fourbe (DT, drop mine, baneling trap, faites votre choix en magasin) alors le monde s’offre à vous. Le monde de la putasserie et le royaume des pleutres, certes, mais c’est déjà ça. Au fond, qui est le plus puissant ? Le plus faible des chevaliers ou la reine des catins ?

Honneur d’organe

C’est certain, courir vers la bataille présente plus de panache. Pour autant, la fuite n’est pas dénuée de tout honneur. Se carapater fissa, n’est-ce pas dire à son adversaire « Je reconnais ta supériorité d’armée, ton talent de général et je préfère remettre notre rencontre à plus tard ? ». Il faut un certain courage pour admettre cela au fond, ranger son ego et déserter. Non, le fait d’en profiter pour glisser une petite cochonnerie dans le dos de l’adversaire n’a rien à voir, non môôôôsieur.
 


Voilà, en fait, la lâcheté, c’est une forme de courage.

Je vous laisse, je dois dénoncer mes voisins au fisc.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.